AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !

Partagez | 
 

 Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Massimo A. Torino

avatar

[ ESPION ]
{ ~ Let's go to the candy mountain ~ }


Messages : 207
Date d'inscription : 30/05/2010
Age : 29
Localisation : Venise, tiens !
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫   Dim 30 Mai - 8:51

Are you talking to me ?


      Prénom(s) : Massimo Angelo.
      Nom : Torino.
      Surnom : « Le mafieux en culotte courte. »
      Date de Naissance et âge : Il est le 12 mars 2188. Et il a douze ans ET DEMI.
      Groupe : Soci del Diavolo.
      Nationalité : Italienne.
      Manie, habitude, tic : Il veut avoir l’air d’un grand mais mange constamment des bonbons, des sucreries, des pâtisseries. Tout le temps. Le dernier dentiste à lui avoir dit qu’il aurait des caries s’est pris un scalpel dans la main.

How do I look like ? Well... just look and tell me.


« Pff... évidemment que j'porte pas de shorts, crétin ! »
    « Qu’il est mignon ! On dirait un ange ! » Voilà le genre de propos qui ressortaient souvent lorsque quelqu’un rencontrait Massimo. Et il est vrai que ce dernier avait tout pour plaire. Sourire angélique, grands yeux marrons innocents... Il ne s'en rendait pas encore compte, mais le petit Massimo faisait, à cinq ans déjà, la fierté de sa mère. Cette dernière l'emmenait partout avec elle pour le montrer le plus possible. Massimo connu donc très tôt les soirées mondaines, et le costume-cravate qui va avec. Son épaisse tignasse bien peignée, il suivait sa mère comme son ombre, tel son double miniature (au masculin bien sûr). Pourtant, il était clair qu'il avait majoritairement hérité des caractéristiques physiques de son père, ce qui se fit sentir au fil des années. Aucun doute qu'une fois adulte il aura son menton carré, sa mâchoire volontaire et son regard perçant et froid comme l'acier. Surtout depuis que Massimo en a eu marre de suivre sa mère comme son chien-chien (d'ailleurs en parlant de chien-chien, même son pékinois-croisé-caniche-croisé-bulldog-allemand [eh oui c'est ça le futur] a toujours été mieux loti que lui. D'accord, elle lui mettait aussi de petits vêtements ridicules, mais lui au moins ne portait pas de cravate). Depuis sa "rébellion" (à l'âge de dix ans environ), Massimo ne tient plus compte des avis de sa mère, que ce soit dans le choix de ses vêtements ou lorsqu'elle lui dit, sur un ton désespéré, que sa tignasse aurait besoin d'une bonne coupe. Si Massimo s'écoutait, il porterait des jeans troués de partout, des vestes en cuir, et il aurait trois tatouages et deux piercings (mais on ne vous dira pas où). Seulement, comme son père est un homme d'une grande classe (c'est pour ça que Maman l'a épousé) et qu'il ne veut pas froisser sa femme, et surtout ses jolis billets verts (c'est pour ça que Papa l'a épousée), il a conseillé à son fils d'y aller mollo sur les chaînes et la coupe punk.
    Massio a un peu (beaucoup) boudé en son for intérieur, parce qu'il rêverait de se la jouer bad boy aux bonbons (ne cherchez pas...), mais comme son père est avant tout son modèle et qu'il ne voulait pas défier son autorité, il a accepté de faire des concessions ; il a laissé le jeans déchiré au placard et il a promis d'attendre la majorité avant les piercings et le tatouage. Et il ne reviendra pas sur sa parole, parce que, comme son père, c'est un homme d'honneur (façon de parler pour un mafioso)... et aussi parce que Maman lui a fait signer un contrat qu'il doit respecter s'il ne veut pas se retrouver déshérité, alors bon... vu sous cet angle-là, c'est sûr que le reste peut attendre même jusqu'à la mort de sa mère... Ne vous en faites pas, Massimo n'est pas du genre à précipiter le décès de quelqu'un par un "malheureux accident". Du moins, pas d'un membre de sa famille proche, après tout la famille c'est sacré... et surtout pas pour une question de look. Enfin, il faut dire que ça travaille quand même pas mal notre mafioso junior, parce qu'à cause de son âge, évidemment, on ne le prend pas souvent au sérieux. Et c'est vrai qu'il a encore des preuves à faire. Mais bon, personne en dehors de sa famille n'est au courant de cette "obsession" du look, parce que, franchement, ça fait moyen de dire "j'aimerais bien un tatouage mais ma manman veut pas".
    Tout ça pour en revenir à... ah oui, à la question du physique. Bah, pour faire court, disons que Massimo se contente de jeans (pas troués, promis maman), de pull-overs larges ou, quand il doit faire classe, d'une chemise blanche ou noire avec cravate assortie, mais pas attachée s'il vous plaît, à la "Daddy's Style". En dehors de cela, Massimo mesure quelque chose comme 1m62, ce qui est correct sachant qu'il avance grandement vers ses 13 ans. Il n'a rien de vraiment exceptionnel d'un point de vue physique, si ce n'est que les amies de sa mère le trouvent "mignons à croquer" (oui, il a déjà planifié la mort de plusieurs d'entre elles, ne manquerait plus que le feu vert de Papa) et qu'il ne se ferait pas remarquer s'il évoluait dans un milieu normal comme le collège et non pas la mafia italienne (graine de voyou !).


There's me, myself and I.


« One day, I'll be a killer. One day, I'll be the best. One day, I'll kill you all, and I won't apologize. »
    Massimo est ce que l'on pourrait appeler un petit psychopathe en herbe. Non pas qu'il n'ait aucune notion du bien et du mal (il a été éduqué tout de même) mais il s'en fiche bien car le plus important pour lui et d'acquérir la reconnaissance de son père. Et puisque Papa est un grand mafioso, il était logique que Massimo se dirige dans cette voie pour faire ses preuves. De toute manière, aux yeux du paternel, rien d'autre ne semble avoir d'intérêt... Massimo se fiche donc pas mal du mal qu'il peut faire pour atteindre son but, il a même appris à faire avec et, comment dire ? à aimer ça. Très égoïste donc, Massimo est le genre de gamins insupportables à avoir plus de défauts que de qualités. Pourtant, petit, il se montrait toujours très gentil, très poli et très serviable avec les autres. Sans oublier le grand sourire innocent qui va avec. Mais il en a eu marre de se la jouer gentil fils à papa maman, jugeant que cela relevait plus de l'hypocrisie que d'autre chose. Il a balancé le reste et a juste gardé le sourire pour le transformer en une expression à mi-chemin entre la joie sadique et un dégoût déguisé en mépris pour la haute société et tout ce qui ne lui inspire pas de la sympathie (ce qui fait beaucoup de choses). Parce que Massimo n'aime pas grand-monde en dehors de sa famille (et encore), même lui il se déteste. Il est donc loin de se croire supérieur aux autres, au contraire il manque cruellement de confiance en lui, mais il le cache et préfère se montrer capricieux voire chieur plutôt qu'agréable avec les gens, en particulier ceux qu'il aime. Avec eux en plus, il se montre non seulement intraitable mais râleur au possible. Rien n'est jamais bien, rien ne le sera jamais assez... au fond, il reproduit le schéma de son père sur lui. Il ne s'en est pas encore rendu compte, mais n'essayez surtout pas de le lui faire remarquer, parce qu'évidemment môssieur Massimo est susceptible. Dans la liste des choses à ne pas critiquer, il y a (en vrac) : sa mère, les donuts, son père, son style vestimentaire, la Mafia, son immaturité, sa gourmandise... et tous ses défauts. Bien sûr très rancunier, Massimo est assez immature pour vouloir se venger bêtement de ce qu'il considère comme un affront personnel (et là aussi... ça fait beaucoup de choses). Impatient, impulsif, instable... la liste de ses défauts est longue comme le bras.
    Évidemment, Massimo est près à tout pour parvenir à ses fins, même à mentir alors qu'il déteste le mensonge chez les autres. Avec lui, c'est faites ce que je dis, pas ce que je fais. Il ne suit pas vraiment de logique dans ses actions, alors ses raisonnements, pensez...! Tricher, manipuler... Massimo n'a que douze ans, mais il apprend lentement mais sûrement tout ce qui fait un bon malfrat. Ajoutons qu'il est d'une possessivité maladive pour tout ce qui lui appartient de près ou de loin.

    Il est temps, je pense, d'aborder la petite liste des choses qui font que, au fond, Massimo est quand même bien gamin sur les bords. Le genre de choses qui rassurerait ses parents s'ils savaient à quel point leur fils est encore un enfant. Premièrement, vous l'aurez compris, Massimo voue un culte à tout ce qui est sucré. Les bonbons sont ses amis, il ne faut surtout pas les insulter. Il se fiche bien d'avoir des caries (d'abord il se brosse les dents trois fois par jour !), s'il n'a pas sa dose de sucre par jour il est encore plus insupportable. Je vous laisse imaginer ce que ça donne les jours de pénurie... Il ne mange pas beaucoup tout ce qui est salé, même à table lors d'un repas important, en revanche il compense au dessert et dans sa chambre (parce qu'il a une tonne de sucreries planqués un peu partout). La deuxième chose (ou la première, on ne sait plus très bien) à laquelle il voue un espèce de culte, c'est le Parrain. Il ne l'a jamais rencontré et ne sait pas qui il est, bien évidemment, mais il le voit un peu comme un espèce de dieu parmi les mortels. Quant à son père, c'est une relation amour-haine qui le lie à lui (et qui est probablement réciproque). Même s'il ne le dit jamais, Papa Torino est probablement fier de son fils. Ce dernier quant à lui n'a jamais dit qu'il voulait devenir malfrat pour que son père lui accorde enfin son attention, mais il est clair qu'il est près à tout pour y parvenir. Son obstination est une de ses qualités, et on peut dire que son honneur (ou sa trop grande fierté, c'est selon) lui interdit de se laisser abattre par une défaite. Finalement, ajoutons que Massimo est malgré lui très curieux, ce qui rend ses missions d'espionnage un peu moins ennuyantes qu'il ne veut le faire croire. De plus, il sait se montrer agréable quand il le veut, qu'il se force ou... bref, qu'il a une bonne raison, et sait se montrer enjôleur juste quand il faut. Maman, tu me donnes plus d'argent de poche ?


Yes. One day, I'll K I L L you all ♥



      Spécialité
      :
      Actuellement, Massimo a le statut d’espion au sein de la Mafia. Il a donc appris à se faufiler partout et à avoir l’air discret et innocent au possible. Quoique, pour ce dernier point… on a des doutes. À part ça, aucune spécialisation particulière pour le moment ; son rêve serait de devenir un grand tueur, mais pour le moment il en est encore dans l'apprentissage des ficelles du métier.
      Armes qu'il possède : Non, Massimo n'a pas encore le droit d'avoir une arme à lui, bien que son père lui ait appris à tirer... et bien qu'il se promène avec un taser et un couteau de poche multi-fonction sur lui. On ne sait jamais, hein ! Pour ce qui est du couteau, il a plusieurs fonctions, comme celle de montre-réveil, GPS, répertoire d'adresses et de téléphone (condition imposée par maman), clef passe-partout, lumière infra-rouge, coupe-ongle et bête couteau, quoi... Quant au taser, la seule chose à dire est que Massimo éprouve un plaisir sadique à s'en servir, de sorte que son père retarde de plus en plus le jour où il devra lui confier sa première arme à feu... inquiétude paternelle sur la santé mentale de son fils ? Non. Instinct de conservation ? Probablement. Ce qui est certain, c'est que Massimo fera des dégâts.
      Ses conditions d'entrée dans la Mafia. : Oh oui, il est clair que si Massimo est entré dans la mafia, c’est uniquement par piston. Jusqu’à ses huit ans, son père ne se préoccupait absolument pas de lui, le laissant aux bons soins de sa mère qui voulait en faire un « parfait petit gentleman ». Mais Massimo ne voulait pas devenir une « chochotte », comme il le disait si bien, non il voulait être comme son papa, aussi tenta-t-il de lui prouver qu’il valait quelque chose. Son rêve étant, bien sûr, de se voir enfin accorder l’attention paternelle. Mais évidemment, il ne l’a jamais avoué à personne. Une fois qu’il eut prouvé à son père qu’il était digne de son intérêt, il s’est vu offrir une place dans la Mafia comme lui (à un niveau nettement moins élevé bien sûr). Alors bien sûr, pour l’instant il n’a pas un rôle très important, mais il fait tout pour prouver aux autres (et surtout à Papa Torino) qu’il mérite sa place et qu’il peut devenir un grand méchant psychopathe lui aussi.


Okay, okay... Let me introduce myself.


« I'll be the last living soul. »
    « S H I T , L O O K A T M E ! »
    E N F A N C E .

    Massimo avait toujours apprécié la vie qu'il menait. Grâce au travail de papa dans la Mafia, ils habitaient une belle maison (enfin... belle au possible compte tenu des circonstances) et n'avaient aucun ennui avec les autorités. Maman organisait souvent des réceptions, tout le monde trouvait Massimo adorable, il avait des amis de son âge et des domestiques pour ranger sa chambre et l'aider à faire ses devoirs. Massimo n'était pas vraiment pourri-gâté... enfin si un peu, car sa mère tenait à lui offrir pleins de jouets et pleins de beaux habits, mais disons qu'il ne s'en vantait pas. Il était sage, souriant, obéissant, un véritable petit ange, quoi. Tout cela, c'était avant de se rendre compte que malgré les domestiques et tout le tra la la, il n'y avait qu'une personne qui se préoccupait réellement de lui, et c'était sa mère. Mais elle se souciait rarement de ce que lui voulait, "parce qu'il était encore petit pour décider tout seul", et surtout parce qu'elle voulait faire de lui un enfant parfait afin de combler ses désirs. Mais plus le temps passait, plus Massimo se rendait compte que son désir à lui n'était pas tellement d'être parfait aux yeux de sa mère. Non, il voulait que son père le remarque, passe du temps avec lui, bref lui porte un minimum d'attention. Il comprit que ce n'était pas en restant le parfait petit garçon à sa maman que cela fonctionnerait, que pour son père il n'y avait qu'une seule chose qui avait de la valeur à ses yeux, qui méritait son respect et son attention : La Mafia. Alors, Massimo décida qu'il suivrait la même voie que lui.

    « O N E D A Y I ' L L K I L L Y O U A L L . »
    S O C I O d e l D I A V O L O .

    Évidemment, convaincre son père qu'on est près à entrer dans la Mafia alors qu'on a que huit-dix ans, c'est pas de la tarte. Massimo avait beau attirer l'attention de son père, rien n'y faisait. Ce dernier ne croyait pas ce qu'il lui racontait, et au vu de son jeune âge il y avait de quoi. Massimo avait depuis longtemps de l'admiration pour son père, SON père, l'intouchable, inatteignable, mais qui un jour remarquerait enfin que lui, Massimo, existait. Il avait donc pour habitude d'espionner ses entretiens lorsqu'il recevait des "collègues" à la maison, dans son bureau. Évidemment au début, Massimo ne comprenait pas grand-chose, en plus c'était bourré de termes techniques et de noms de code. Mais petit à petit, il comprit quelles qualités il lui fallait avoir pour impressionner son père, et ce qu'il fallait faire pour cela...

    ▬ Papa...
    ▬ Tu me déranges Massimo, je travaille.
    ▬ J'avais quelque chose d'important à te dire. Voilà, je... Je veux devenir tueur à gages.
    ▬ Oui, oui tu me l'as déjà dit, ça... Sois gentil, va jouer dans ta chambre, d'accord ?
    ▬ Je savais que tu ne m'écouterai pas et que tu ne me croirai pas, reprit Massimo en se forçant à ne pas céder devant son père, cette fois.
    Ce dernier daigna enfin lever les yeux de ses papiers :
    ▬ C'est normal, tu n'as que dix ans.
    ▬ Justement. Je me suis dit que pour te prouver ce que je vaux, je devais te montrer que je ne suis pas une chochotte. Il reprit, avant que son père ne puisse lui couper la parole : Je sais que c'est ce que tu penses, je t'ai entendu le dire à maman. Tu as dit que j'allais devenir une vraie femmelette ! Mais à contrario, tu ne fais rien pour l'empêcher de faire de moi ce qu'elle veut...
    ▬ C'est ta mère, elle...
    ▬ Non, j'en ai assez, coupa Massimo sur un ton étonnamment calme. Moi je veux être comme toi, pas comme elle. Je peux faire partie de la Mafia, moi aussi. Je peux être méchant.
    ▬ Massimo, écoute... Si c'est vraiment ce que tu veux... d'accord, on verra quand tu seras un peu plus grand. À ce moment-là, on en reparlera et tu feras tes preuves si tu veux.

    Massimo resta silencieux quelques instants, puis un faible sourire étira ses lèvres :

    ▬ Ah, bon... Mais j'ai déjà tué le majordome, en fait, dit-il tranquillement.
    ▬ Tu as QUOI ?
    ▬ Tué le majordome. Quoique "empoisonné" serait plus correct. Je ne savais pas qu'on pouvait fabriquer du poison par soi-même, mais avec quelques médicaments et une bonne explication sur internet, c'est facile en fait.

    Giovanni Torino se rassit lentement dans son fauteuil. Son fils bluffait. Il bluffait, c'était évident... Il bluffait ? Où et comment aurait-il appris à bluffer de façon aussi convaincante ?

    ▬ Tu me fais marcher, hein ?
    ▬ Non. Je t'ai déjà dis que j'étais prêt à tout pour entrer dans la Mafia. Je veux être comme toi, Papa.

    *C'est bien ce qui m'inquiète* songea le père en se refusant à imaginer la réaction de sa femme.

    *

    La mère de Massimo insista pour qu'il voit un psy, "parce qu'il ne se rend pas compte". Son père approuva. Pendant qu'il trouvait le moyen de se débarrasser du cadavre du pauvre majordome qui n'avait rien demandé, sa femme se chargea à la fois de passer une annonce pour la place qui venait de se libérer, ainsi que de mettre son fils en thérapie afin qu'il prenne conscience de la gravité de son acte et qu'il ne devienne pas un dangereux psychopathe. Dans tous les cas, ses tentatives furent vouées à l'échec. Premièrement, le bruit courait que les majordomes ne feraient pas long feu dans la demeure des Torino, à cause de leur tueur de fils, et deuxièmement le fils en question refusait de se montrer compréhensif envers les pauvres psychologues qui n'avaient rien demandé non plus. Après en avoir menacé deux, leurs collègues refusèrent de prendre Massimo en thérapie, de sorte que son père jugea qu'il était préférable qu'ils règlent la question entre hommes.

    ▬ Écoute, Massimo... ce que tu as fait est mal, tu t'en rends compte ?
    ▬ Oui, mais toi tu tues tout le temps des gens, non ?
    ▬ Là n'est pas la question. Ce que je fais ne dépend pas de moi. J'ai des supérieurs, qui ont eu aussi des supérieurs, qui savent... qui savent ce qui est bien ou pas. Nous, à notre échelle, on se contente d'obéir. Ce n'est pas à nous de prendre la décision de tuer quelqu'un, et...
    ▬ Mais...
    ▬ Laisse-moi finir. Si tu veux entrer dans la Mafia et devenir tueur à gages un jour, tu ne dois pas te comporter comme tu l'as fait, tuer pour le simple plaisir, par vengeance ou pour prouver quelque chose...
    ▬ Mais toi tu...
    ▬ Tais-toi. Dans la Mafia, il y a une hiérarchie, et si tu ne la respectes pas, si tu vas à l'encontre des ordres, ce n'est pas seulement ta vie que tu mets en danger, mais la réussite d'une mission...

    Massimo retint son souffle. Il venait de comprendre pourquoi son père lui faisait la morale. Et malgré ses remontrances, il se sentait heureux. Il faisait enfin attention à lui.

    ▬ ... alors si tu veux entrer dans la Mafia, tu vas devoir apprendre à obéir aux ordres.
    ▬ J'obéirai à tout ce que tu veux, Papa !
    ▬ Alors je t'apprendrai ce que je sais. Mais sache que ce ne sera pas facile pour toi. Tu vas devoir faire tes preuves.
    ▬ Je serai digne de toi, je le promets !
    ▬ On verra ça.

    « I ' L L B E T H E L A S T L I V I N G S O U L . »

    Massimo était heureux d'entrer dans la Mafia. Heureux que son père lui fasse confiance. Heureux d'avoir enfin un peu d'intérêt à ses yeux. Mais il déchanta bien vite. Au début, son père le prenait avec lui, pas pour toutes ses missions bien sûr, mais pour qu'il sache à quoi s'attendre et apprenne à réagir selon les diverses situations qui pourraient se présenter à lui. Au bout d'un moment cependant, il en avait un peu marre de toujours se traîner son fils sur les talons, et il demanda à ce qu'on lui confie un petit rôle, enfin quelque chose, n'importe quoi, pour qu'il s'occupe un peu. Massimo fut donc formé pour l'espionnage. Comme ce n'était pas la spécialité de son père, ce dernier eut la satisfaction de le voir confier à quelqu'un de plus compétent dans ce domaine. Enfin, quelqu'un qui n'était pas lui, quoi. Il avait donc la paix. Massimo de son côté découvrait la vie des mafieux. En fait, il découvrait surtout comment se déroulaient les choses... quand son père n'était pas à ses côtés.

    ▬ Toi, tu veux être un mafieux !?
    ▬ Ha ha, rentre chez ta mère, morveux !
    ▬ Laisse ma mère en dehors de ça, face de macaque.

    Il y eut un petit moment de silence, car les deux gorilles (c'était le cas de le dire) à qui Massimo avait répliqué s'attendaient probablement à ce qu'il s'écrase. Mais ce n'était de loin pas la première fois que Massimo avait affaire à ce genre de situation, et même s'il se rendait compte que tout n'était pas comme il l'avait imaginé, il en avait aussi marre qu'on le prenne pour un gosse. Il était aussi révolté contre son père, qui lui avait bien expliqué qu'il ne voulait plus le voir tuer quelqu'un pour son propre intérêt. Mais s'il ne se montrait pas aussi violent que les autres, comment pourrait-on l'accepter ? Surtout que tant qu'il était à ce niveau de la hiérarchie, on ne lui confierait pas de mission "d'élimination". Et si on ne lui confiait pas ce genre de job, eh bien... cela revenait au même, il ne pourrait pas faire ses preuves. Les deux costauds face à lui le jaugèrent du regard ; l'un d'eux avait l'air particulièrement remonté mais, à sa grande surprise, le plus grand lui donna une grosse tape sur le dos qui le fit chanceler :

    ▬ Ha ha, t'es marrant toi. T'as pas peur, hein ?

    Massimo resta un instant silencieux, sous le coup de la surprise. Au vu de ce qu'il avait entendu dire sur la Mafia, il s'imaginait déjà ligoté, bâillonné et balancé dans le canal avec une enclume aux pieds...

    ▬ Mon père dit que tout le monde éprouve de la peur, mais que les plus forts sont ceux qui arrivent à le cacher.

    Le gorille qui ne pouvait pas le voir en peinture se baissa et approcha méchamment son visage du sien :

    ▬ Alors tu te crois fort, c'est ça ? grommela-t-il d'une voix sourde.

    Massimo déglutit. L'autre gorille éclata à nouveau de rire :

    ▬ Ha ha, il est marrant, j'l'aime bien. Il est peut-être mort de trouille mais il manque pas de cran !
    ▬ Mort de trouille, tu parles...! Il fait dans son froc, ouais ! Ah moins que tu portes une p'tite culotte ?
    ▬ Hé, j'suis pas une tapette, ok ?
    ▬ Oh, fais gaffe à comment tu me parles, toi...
    ▬ Eh ça va, Martinez. Relax. Oublie pas comment t'étais à son âge.
    ▬ À son âge j'étais pas dans la Mafia. J'faisais pas mon malin, moi !
    ▬ Ben justement. T'as du cran, gamin. J't'aime bien, répéta le gorille plus "sympathique" en lui assenant une nouvelle tape sur le dos.
    ▬ Ouch !

    Massimo se redressa en titubant, sous les rires des deux types. Il dévisagea un instant celui qui "l'aimait bien" pour se souvenir de sa tête et savoir sur qui il pouvait s'appuyer en cas de besoin. En même temps qu'il grimaçait devant les moqueries des deux autres, il songeait qu'un jour viendrait où il serait aussi respecté et craint que son père.. voire plus. Après tout, pour prouver à son géniteur qu'il avait eu tort de l'ignorer toutes ces années, pourquoi ne pas le surpasser lui aussi ? Il le prendrait comme une humiliation, mais... à l'heure qu'il était, et avec tout le respect qu'il devait à son père, Massimo se fichait bien de ses états d'âme. Ce qui comptait à présent, c'était lui. Son avenir et lui. Des rêves pleins la tête, il oublia même les remarques un peu méchantes deux deux gorilles et se surprit à sourire.

    ▬ Pff, regarde sa tronche !
    ▬ Fiche-lui la paix, Martinez.

    Le grand type le dévisagea, Massimo lui rendit son regard. Ce faisant, il repensait à la promesse qu'il avait faite à son père. *Promesse ou pas, t'es le deuxième sur la liste mon gars.*

Who ? Oh... her.


      Votre pseudo : Massimo ça va très bien ^_^
      Age, sexe : 20 ans, et il paraît que je suis une fille.
      Avatar de votre personnage : Son Goku de Saiyuki.
      Comment avez-vous connu le forum ? Par un partenariat.
      Qu'aimez-vous/Détestez-vous dedans ? J'adore le contexte, j'aime pas mal de prédefs aussi (raison pour laquelle je crée mon propre perso... c'est trèèès logique je sais, mais ça m'évitais de faire un choix)^^ Le design est beau aussi, et les avatars manga... ça me manquait x3 C'est ce qui m'a décidé à m'inscrire^^
      Autres ? Le spaghetti est passé.

______________________________________________________




Dernière édition par Massimo A. Torino le Jeu 18 Aoû - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Massimo A. Torino

avatar

[ ESPION ]
{ ~ Let's go to the candy mountain ~ }


Messages : 207
Date d'inscription : 30/05/2010
Age : 29
Localisation : Venise, tiens !
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫   Mer 2 Juin - 5:26

Ma fiche est terminée :bigsmile:

L'histoire n'est pas très inspirée je trouve, mais je manquais de motivation sur la fin... u_u"

Voilà, j'attends des corrections éventuelles^^

______________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri A. Visconti

avatar

[ TUEUR A GAGES ]
{ ~The next Einstein ~ }


Messages : 380
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 25
Localisation : En train d'astiquer mes bébés ♥
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫   Mer 2 Juin - 8:08

Hey hey hey, bienvenue sur II !! ~

J'aime bien ta fiche, ton perso' me fait marrer, et je n'ai vu aucune faute à s'en arracher les yeux [oh, tu aime les parenthèses, mon ami ♥️ Je t'accompagne, j'aime le petits tiret - comme ça. XD] ; C'est une jolie petite fiche que voila ♥️ Tu peux désormais RP !

Bon ben Validé hein ! > Soci del Diavolo

______________________________________________________

Pumpkin head ~

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://audy-kun.livejournal.com/
    Contenu sponsorisé






    MessageSujet: Re: Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫   

    Revenir en haut Aller en bas
     

    Un jour je serai le meilleur tueur~ ♫

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Infam Industry :: 
    To start as well as everyone
     :: Tell me who you are ! :: Fiches validées
    -


    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit