Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !


Partagez | 
 

 Pour un peu de sommeil [pv Alceste]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amadeo Santinone

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 29
Localisation : hide from every one
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Catena Di Pirati


MessageSujet: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Dim 27 Fév - 6:47

Pour un peu de sommeil
Alceste & Amadeo
.

    1 h 36.
    Impossible de fermer l'œil. La journée avait pourtant été banale : répétition de la pièce en cours et l'émission le soir même. Tout c'était plutôt bien passé dans l'ensemble mais dès que je fermais un œil, je voyais les flammes lécher la façade de la maison de mes parents. Cela faisait déjà quelques nuits que cela durait et c'était devenu presque intolérable. J'avais laissé la télévision allumée sur une chaîne de documentaires animaliers non-censurée par le Parrain mais ça ne s'était pas avéré très efficace. Pas plus que la tonne de sucreries que je pouvais ingurgiter pour penser à autre chose. En fait, cette réminiscence était sans doute normale. Mais je ne pouvais pas me permettre de ne pas être en forme en ce moment. J'étais traqué, et je le savais pertinemment. Je devais faire attention aux moindres de mes gestes, à la moindre de mes paroles. Et même si j'étais d'un naturel assez solide pour ceci, c'était quand même une épreuve épuisante. Si en plus de ça, je ne dormais pas la nuit...une faute pourrait vite arriver.

    1h53.
    Je me décidais à mettre un pied hors du lit pour me faire un lait chaud saupoudré de somnifère. Sauf que ma pharmacie était vide. Un grognement sonore s'échappa de mes lèvres avant de regarder par la fenêtre, trois hommes habillés de noir passèrent. Les patrouilles nocturnes faisaient leur travail pour fusiller la moindre âme désobéissant au couvre-feu. Seulement, sans vraiment que je m'en aperçoive, un sourire avait légèrement fleuri sur mes lèvres. Les règles sont faites pour être transgressées. Je l'avais lu quelque part et la phrase c'était ancrée dans ma mémoire. J'enfilais rapidement des vêtements sombres, à savoir un jean noir, une chemise vert foncé et un très long manteau chaud et noir orné d'une énorme capuche en fourrure de la même couleur. Je me munis également d'une bonne liasse de billets (les narcotiques sont passablement chers au noir) et je finis par quitter mon appartement aussi silencieux qu'une souris.
    En fait, j'étais habitué à sortir de temps en temps en pleine nuit (d'habitude c'est pour me promener je vous rassure), j'étais surtout habitué à éviter les chiens de garde du Parrain et à semer ceux qui tentent de me suivre. Cette fois il me suffit d'attendre tapis dans l'ombre qu'une patrouille passe avant de rejoindre le coin d'une ruelle et de retenter la manœuvre, ainsi de suite. De cette façon, j'arrivais sans trop d'encombres dans le quartier pauvre de la ville où se trouvait un fournisseur que je connaissais. J'espérais juste qu'il aurait ce que moi je voulais car il avait la sale manie de vouloir me refilais des drogues dures qui ne m'intéressaient pas.

    2h14.
    La porte était ouverte et je m'y faufilais rapidement. Le couloir qui menait au bar de nuit était long, histoire de pas être repéré par les patrouilles, je trouvais l'idée ingénieuse. Une autre porte me barra la route, lourde, en bois massif. J'y frappais fermement et un long grognement me répondit. « Leonardo Da Vinci » annonçais-je doucement. J'entendis le loquet de la serrure et la porte s'ouvrit lentement. Je me glissais dans l'entrebâillement.
    La pièce était remplie, des femmes, des hommes, de tout âges et de toutes catégories sociales. A priori rien ne les réunissaient, excepté leur dégoût des règles imposées par le Parrain. Mon s'élargit légèrement en pensant qu'il s'agissait principalement de mes auditeurs alors qu'ils ne connaissaient même pas mon visage. Mais personnes en fait, exceptés les membres de la Catena di Pirati.
    Mon regard balaya la pièce avant de trouver celui que je cherchais. Une grande perche, comme moi. Sauf qu'au lieu d'avoir les cheveux blonds comme les blés, ils étaient noirs comme l'ébène. Alceste Verziero. Je ne lui avais encore jamais rien acheté et je me doutais qu'il jubilerait en sachant ce qui m'amène mais peu m'importait. Moi, je voulais juste dormir.

    « Allez me chercher Verziero. Dites lui que c'est une vieille connaissance qui le demande. »

    Vieille connaissance. Peut-être que j'y allais un peu fort. En fait, on s'était déjà croisés plusieurs fois quand je traînais la journée dans ce quartier. Il avait essayé de me vendre de cette nouvelle drogue apparemment très tendance et moi, sérieux comme je suis vous me connaissez, je l'avais laissé faire sa pub, je lui avais même posé tout un tas de questions lui laissant miroité que j'étais intéressé pour au final partir dans un grand éclat de rire. Je ne sais pas s'il m'en a voulu après ça mais moi je m'étais un peu intéressé à lui et j'avais mené une petite enquête le concernant. Mais revenons aux choses sérieuses, je vous dévoilerais le résultat de mon enquête plus tard si j'en ai l'occasion et si je ne manque pas de sommeil surtout !

    2h55.
    Mon verre de Corvina Veronese (vin rouge de Vénétie) était à moitié vide quand je sentis enfin quelqu'un approcher de moi. Je levais les yeux avec un grand sourire d'enfant, heureux de revoir un vieil ami de classe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alceste Verziero

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 19/02/2011
Age : 28
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Dim 27 Fév - 7:40

    Cela faisait longtemps qu’il n’était pas venu tuer le temps dans ce petit bar sombre qu’il fallait connaître pour trouver. Il avait au départ rendez-vous avec un proxénète qui voulait quelques pilules pour le business. Alceste n’avait pas demandé, ça ne le regardait pas et ça allait être encore un truc sordide. Et il n’aimait pas parler avec ce genre de gars. Il en avait suffisamment fréquenté dans le passé pour savoir que ce n’était pas des enfants de chœurs. Il avait déjà assez d’ennuis comme ça en général.

    Ensuite, il était resté. Il avait demandé un verre au patron. Il avait récolté un peu d’argent dernièrement alors autant que ça parte dans quelque chose comme un peu d’alcool. Le patron prit son temps pour le faire. Il savait qu’Alceste buvait beaucoup quand il venait et ça ne lui plaisait pas plus que ça. De un parce qu’il finissait par squatter le bar, tentait de lui parler sans arrêt alors qu’il faisait son boulot et qu’une fois sur deux, il avait fallu qu’il se charge lui-même ou un autre client de ramener le dealer chez lui. Ca ou il dormait dans le bar quand la rue n’était pas sûre dû aux diverses patrouilles. Donc, il prenait toujours son temps pour lui préparer son verre ce qui par moment énervait le jeune homme.

    « Dépêche-toi ! »
    grommela Alceste en posant son menton sur sa paume, appuyé en avant.

    Le patron leva les yeux au ciel et posa devant le capricieux client, un china blue dont le glaçon avait été taillé en rond. Parfait.

    Il sirotait son verre quand un gars vint le voir, lui tapotant l’épaule avant de lui expliquer qu’une grande perche blonde semblait l’attendre, une vieille connaissance qu’il disait. Alceste ne chercha même pas à se retourner pour voir qui pouvait bien être cette soi-disant connaissance. Il ne se rappelait pas en avoir réellement à vrai dire donc ça l’intriguait un peu. Surtout qu’on le demandait très rarement à une heure pareille quand on ne l’avait pas prévenu auparavant. Il se retourna finalement et aperçut la dite grande perche blonde qui semblait attendre plus loin. Sa soi-disant vieille connaissance ne lui disait absolument rien à vrai dire. Malgré pourtant son usage assez abusif de substance illicite, il était sûr de ne pas avoir une mémoire aussi mauvaise. En vérité Le blond lui disait quelque chose effectivement mais il était persuadé qu’il se serait rappelé d’un client du genre. Pas qu’il ait eu l’air outrancier ou qu’il se démarquait tant que ça par un élément physique mais il faisait partit de ces gens qui semblaient avoir une aura qui les distinguait des autres.

    Alceste demanda un autre China Blue au patron qui encore une fois prit son temps pour le faire alors que celui-ci, tapotait ses doigts sur le bord de la table, en signe d’impatience. L’homme en face lui fit vite fait la morale, lui précisant qu’en aucun cas il ne le ramènerait ce soir-là s’il finissait ivre. Evidemment, Alceste ne l’écoutait pas. Le verre à la main, il se dirigea lentement vers celui qui le demandait avant de s’assoir à côté de lui et de poser son verre sur la table.

    « Je ne me rappelle pas avoir gardé les vaches avec toi pour qu’on puisse être de vieille connaissance. » commença-t-il comme introduction.

    Il leva les yeux et détailla le blond. Un grand blond aux traits fins, quasi efféminé, léger et délicat. Oui, décidemment, il s’en serait rappeler sinon d’un type pareil.

    Il but une gorgée tout en examinant toujours le gars en face de lui, étant sûr de l’avoir vu quelque part avant que ça ne lui revienne.

    « Eh,…je me souviens ! » dit-il en pointant l’interlocuteur du doigt. « T’es le gars qui m’a laissé en plan après que je t’ai sortit le grand jeu ! »

    Ah ça ! Il avait été à fond, lui vendant sa nouvelle drogue comme on aurait vendu une nouvelle voiture. Il avait tout essayé aussi, être gentil, être mielleux même, faire des blagues pas drôle et tout un tas de technique pour que l’autre accepte l’échange. Il y avait d’ailleurs cru jusqu’à ce qu’il rigole bruyamment et s’en aille. Pour le coup, Alceste avait été vert et était rentré chez lui en grognant, de mauvaise humeur pour la journée.

    A présent, du fait de son caractère passif et de l’alcool dans le sang, il était un peu agacé mais sans plus réellement. Ça demandait trop d’effort de toute façon de réagir plus violemment. Et il était dealer pas rugbyman donc de toute façon, il n’employait jamais la méthode forte.

    « Bah qu’est-ce que tu veux ? Vu que je ne semblais pas t’intéresser la dernière fois ? » Demanda-t-il en finissant son verre, faisant signe au patron de venir lui en faire un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo Santinone

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 29
Localisation : hide from every one
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Catena Di Pirati


MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Lun 28 Fév - 9:28

    Alceste choisit de s'asseoir à côté de moi et c'est avec un sourire sans doute trop jovial que je l'accueillit. Mais en fait, je souriais souvent et pour beaucoup de raisons plus ou moins valables. Le fait était juste que j'étais souvent content d'un rien. Et revoir celui avec qui j'avais un peu joué l'espace d'un instant était un souvenir agréable pour moi. Peut-être un peu moins pour lui...mais bon. En fait, il n'avait pas l'air content du tout, Alceste. Il n'avait même pas l'air de me reconnaître même. Enfin...je parlais trop vite et mon sourire s'élargit un peu plus en le voyant se souvenir. Certes nous n'avions pas gardé les vaches ensembles comme il le disait si bien (quelle expression adorable ! Il fallait que je la retienne pour l'avenir) mais je pensais l'avoir marqué un minimum et je m'apercevais que ce n'était pas autant que je l'aurais souhaité. Mais peu importe, dans ce monde là, il valait mieux pour moi passer inaperçu même si on connaissait l'Amadeo Santinone médiocre qu'employait le Théâtre de la Fenice à défaut d'avoir mieux trouver. Bien sûr après avoir liquidé tous les metteurs en scène talentueux de la ville, il ne restait que les passables. En tout cas en apparence.

    « Il fallait bien quelque chose pour te faire venir...vieille connaissance m'a parut une raison suffisante...et j'avais raison. »

    Ok. J'étais un peu trop formel pour le coup et j'en fus moi-même choqué. Sans doute le manque de sommeil. Non, en fait je n'en doutais pas. C'était vraiment le manque de sommeil et je sentais même les cernes se former et battre sous mes paupières alors qu'elles n'étaient pas encore visibles, ou si peu.

    « Oui oui le grand jeu, tu étais assez convainquant d'ailleurs ! J'ai adoré te faire mariner...mais je crois que toi tu t'es pas beaucoup amusé...dommage... »


    J'étais presque déçu que ce soit le cas. Oui en fait, je n'avais pas vraiment pensé à mal quand je m'étais amusé avec lui. Je n'avais eu en tête que le fait que je m'amusais et je n'avais pas du tout pensé, sur le moment, au fait que j'aurais pu le froisser. Mon naturel joueur me jouait (justement) souvent de mauvais tours de ce genre et c'est ce qui me rendait un peu niais aux yeux de la population. Trop enfantin, trop immature disait-on souvent. Mais moi, ça me plaisait d'être comme ça. Car avec des excuses honnêtes, les dérapages étaient souvent pardonnés facilement.

    « Je m'excuse si tu as mal pris l'issue de notre dernière rencontre...tu m'en veux toujours ? »

    Je levais de petits yeux vers lui. En fait, je n'aimais vraiment pas que l'on soit fâché contre moi, surtout quand il s'agissait de quelqu'un que j'appréciais. Je n'étais pas du genre à avoir un énorme égo qui m'empêche de m'excuser, loin de là. A vrai dire, je ne me rendais même pas compte que c'était dégradant (selon certains...imbéciles ajouterais-je) de s'excuser quand quelqu'un avait des griefs contre nous. Je serrais mon verre doucement, en fait j'espérais vraiment qu'il me pardonne. Mais il me fallait aussi lui expliquer ce qui m'amenait ici et pourquoi je le cherchais.

    « Oui, la dernière fois tu m'intéressais pas pour ce que tu me proposais...mais aujourd'hui, je veux savoir si tu as des narcotiques... c'est assez urgent. »


    Je serrais les lèvres avant de boire une gorgée de mon verre et le reposer sur la table. En fait, j'attendais peut-être beaucoup de cet homme ce soir, mais j'étais optimiste et de toute façon s'il n'avait pas ce que je voulais, il me faudrait chercher ailleurs et il me faudrait lui demander où chercher par la suite. Mais une fois de plus, le barman arriva avec un énième verre pour Alceste, ce qui me fit sourire. Il était pourtant jeune pour boire autant. C'était cependant compréhensible au vu de ses antécédents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alceste Verziero

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 19/02/2011
Age : 28
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Sam 5 Mar - 0:32

    Alceste n’était, certes, pas un professionnel en matière de relations humaines mais il était sûr qu’on n’accueillait pas quelqu’un avec un si grand sourire quand celui-ci vous accusait de l’avoir lâché lâchement la seule fois où il s’était rencontré. Malgré son cerveau embrumé, il était perplexe. Avait-il rencontré Amadeo bien auparavant pour que ce dernier lui semble si jovial ? Il ne répondit que par un ‘pff’ vexé à la raison de l’utilisation de l’expression ‘vieille connaissance’. Ça paraissait tellement logique et oui, en effet, il était tombé dans le panneau. Il bu une gorgée pour se donner une contenance.

    « Bien sûr que non, tu crois quoi ? Je ne fais pas mon numéro gratuitement. C’est mon gagne-pain» Il haussa les épaules. « Je m’en fiche. » finit-il par répondre.

    On ne pouvait pas dire qu’il en voulait à Amadeo. Il ne le connaissait pas suffisamment pour et en vérité, il avait eu tous les droits de refuser. Alceste avait surtout été vexé au départ et de voir à nouveau l’auteur l’avait un peu agacé au départ mais pas à ce point.

    Et puis, à présent, Amadeo semblait réellement s’excuser et le regard qu’il lui lançait à l’instant rendait mal à l’aise Alceste. ‘Beuh, je ne veux pas qu’il se mette à pleurer’ s’était mis à penser le jeune homme qui avait du mal à lire les expressions de son interlocuteur. Il n’était pas un mauvais bougre…même s’il vendait des trucs illégaux.

    « Des narcos ? »

    Alceste se redressa un peu et rejeta un coup d’œil à son potentiel client. Les narcotiques, ça donnait envie de roupiller et il n’avait pas pensé que l’autre puisse être du genre à souhaiter ce genre d’effet. Mais à bien y regarder, il avait l’air assez fatigué avec un début de cernes et quelque chose dans son regard qui semblait indiquer que, oui, il en avait besoin.

    « T’es sûr que tu veux pas plutôt avoir des hallus, ce genre de truc ? Je te dis, ce que j’essayais de te refiler la dernière fois, ça passe drôlement bien… » Tenta-t-il en tout état de cause. « Puis, c’est pas super cher en ce moment parce que ce n’est pas vieux donc t’auras un super rapport qualité-prix… »

    La plupart du temps, quand un client voulait quelque chose, c’était assez dur de le faire changer d’avis mais ne savait-on jamais. Il pouvait peut-être essayer de faire un lot, non ?

    Il fit tourner son verre entre sa main tout en observant le glaçon se noyait dans l’alcool aux couleurs bleues.

    « T’sais, les narco, c’est cher en ce moment…t’es pas le seul à vouloir dormir et oublier un peu, je crois. » commenta-t-il doucement toujours absorbé par son verre.

    Une mise en garde en somme. Alceste avait beau ne pas être un mauvais bougre, quand il s’agissait argent, il voulait être sûr qu’il n’allait pas se faire rouler.

    Il bailla, finit son verre avant de continuer sur le même ton :

    « Puis va falloir repasser par chez moi, je me trimballe pas avec mon stock et je ne pensais pas trouver un autre client pour ce soir. »

    Il posa le verre sur le rebord du bar si maladroitement qu’il dut le rattraper de son autre main pour ne pas qu’il aille se briser en morceau sur le sol. Oh, retourner jusqu’à chez lui allait être amusant.

    "Ouais, bon, ça te dit toujours?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo Santinone

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 29
Localisation : hide from every one
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Catena Di Pirati


MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Dim 13 Mar - 1:07


    Ça devenait de plus en plus difficile de ne pas ressentir les effets du manque de sommeil. En fait, mes yeux brûlaient de plus en plus et je n'avais envie que d'une chose : m'allonger et les fermer. Sauf que je savais déjà que j'aurais beau les fermer, je ne pourrais quand même pas dormir. Les images de l'incendie me hantaient et j'aurais préféré avoir subit un plus fort traumatisme, assez pour oublier complètement ce qui s'était passé cette nuit là. Ma vie aurait sans doute été différente même si je ne regrette pas du tout celle que je vis en ce moment. Seuls ces souvenirs me perturbent et je m'en serais bien passé.

    D'où mon besoin de narcotiques. Je savais bien que c'était le médicament le plus cher du marché. Le Parrain les avait retirés de la vente un ou deux ans auparavant sous un prétexte entièrement inventé par lui. J'en avais même fait une chronique à ce moment-là.

    Après un regard à Alceste, je glissais une main dans la poche intérieure de ma veste pour en tirer une grosse liasse de billets largement suffisante pour une dizaine de doses des narcotiques que je voulais. S'il avait suffisamment de stock, je lui prendrais le tout pour être tranquille un bon moment. Je posais la liasse sur la table devant moi en le regardant fixement.

    « Je suppose que c'est suffisant. »

    J'accompagnais ma phrase d'un sourire innocent, à vrai dire on ne peut pas dire que je ne l'étais pas. Je n'avais jamais touché à d'autres drogues que les narcotiques et j'avais toujours eu horreur de l'alcool fort. Malgré mon apparence nonchalante, j'étais loin d'être un dépravé (parfois à mon humble regret mais c'était ainsi).

    En fait, je ne pus m'empêcher de me mordre la lèvre inférieure avant de rentrer l'argent dans ma veste. J'étais peut-être innocent mais pas naïf et son argent, il ne l'aurait que quand je verrais les produits.

    Je terminais mon verre de vin en une gorgée et me levais pour le rejoindre. Je me penchais à son oreille, me doutant qu'il n'avait rien sur lui.

    « On y va ? » chuchotais-je au creux de son oreille. « Tu as une planque ? »

    Je payais pour mon verre et les siens. En l'observant, je m'étais aperçu de son côté un peu maladroit et surtout son goût pour l'alcool. Il avait pourtant l'air jeune pour en boire autant en étant seul. J'avais du mal à comprendre, quoique, je pouvais bien deviner si je le voulais. Mais j'avais toujours pensé qu'il était facile de trouver d'autres moyens exutoires à ses problèmes.

    Mais lui. Lui, il avait l'air bien plus seul que je ne l'étais. Et ça me donnait envie de lui tenir compagnie. C'était loin d'être de la pitié, mais depuis que je m'étais remis de l'incendie, j'étais attiré par les désœuvrés, les solitaires...ceux qui avaient une cicatrice profonde qui ne guérissaient pas.

    Il était temps de partir de ce bar. Une fois dehors en pleine nuit, il valait mieux changer d'endroits souvent pour ne pas se faire prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alceste Verziero

avatar


Messages : 25
Date d'inscription : 19/02/2011
Age : 28
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   Ven 25 Mar - 16:20

    Alceste se rendit compte tout de suite du geste de Amadeo vers sa veste avant de retirer une liasse de billet qui a vue d’œil était largement suffisante pour un bon petit stock de narco. Il leva son regard vers son interlocuteur, l’observant en silence avant de le baisser de nouveau vers l’argent. C’était la meilleure des réponses à ses yeux. Il était avide et ce n’était pas un secret. Il ne s’en cachait même pas à vrai dire. A quoi bon en même temps. Il savait ce que c’était que d’être pauvre et savait donc combien ce n’était pas amusant du tout.

    Il allait lever le bras pour attraper les billets, quand évidemment Amadeo rangea le tout là où il l’avait trouvé. Ce n’était pas un amateur…ou un naïf en vérité. Il devait se douter que c’était bien son seul élément de chantage et qu’en plus ça marchait bien sur le dealer avare que pouvait être Alceste. Au final, ce dernier n’avait pas le choix. On ne refusait pas une somme si coquette d’argent en des temps si sombres. Il eut un petit sourire à l’idée. Il avait déjà arnaqué deux trois personnes. En général, des gens qui n’avaient pas l’habitude de ces réseaux sous le manteau, qui venait juste tester et qui ne serait, à pas s’en douter, aucunement fidèle. Ca leur apprenait, il pensait.

    Alors qu’il luttait encore un peu pour rester debout et droit, un peu digne en quelque sorte, l’étrange homme vint lui chuchoter dans l’oreille ce qui le fit frissonner un court instant. Il ne se laissait que rarement approchait de si près si ce n’est qu’il n’était plus tout à fait sobre et que ses barrières étaient plus ou moins chaotiquement dressées. Il avait difficilement confiance et paranoïaque, il était persuadé que quiconque s’approchait trop près physiquement lui voulait sûrement du mal.

    Cela dit, Amadeo ne devait pas être un si mauvais bougre vu qu’il semblait payer sa consommation et celle d’Alceste. Ca devenait revenir assez cher. Ou alors son interlocuteur était plutôt fortuné ce qui expliquerait la liasse de billet un peu plus tôt. Dans tous les cas, il n’y voyait aucun problème. Si un peu d’argent pouvait lui revenir…

    Il répondit finalement après s’être passé une main dans ses cheveux ondulés.

    « Oui, oui, pas trop loin d’ici…je crois. »

    Il avait plus d’une planque en vérité. C’était en général, des tous petits appartements qui ne se distinguaient pas de la normale et disséminés dans la ville. Il y a de ça quelques années, quand il n’en avait qu’une, la police était arrivée jusque là et ça avait fait beaucoup de bruit et il n’avait eu son salut qu’à sa paire de jambe qui finalement pouvait courir plus vite qu’il ne le pensait. Depuis, il faisait un peu plus attention.

    Il attrapa Amadeo par le bout du manteau et se dirigea vers la sortie alors que le barman leur lançait un regard un peu inquiet. Lui et Alceste ne se considérait pas spécialement comme ami mais il fallait avouer que le jeune homme passait relativement souvent au bar et il s’était habitué à le servir. Et malgré ses airs de gros lourds, ce barman, n’avait pas envie de voir sa clientèle disparaître du jour au lendemain. C’était bien les seules personnes qu’il voyait encore.

    « Ce n’est pas trop loin. » répéta-t-il alors qu’arrivé sur le seuil de la porte, il jetait un regard aux alentours histoire d’être sûr que tout était sans risques.

    Ils finirent par sortir dehors, Alceste longeant les murs et aux aguets. Du moins autant qu’on pouvait l’être quand on avait un peu trop d’alcool dans le sang. Il arrivait à marcher assez droit cela dit, et n’avait pas le cerveau trop embrumé pour l’instant. Il aurait bien bu un peu plus en vérité. Mais entre l’alcool et l’argent, le dernier restait encore un peu plus fort.

    « Comment connais-tu mon nom ? » demanda-t-il à l’homme dont il agrippait toujours un pan du manteau après plusieurs minutes de silence.

    Maintenant qu’il y pensait, il n’avait pas eu besoin de se présenter. Or d’ordinaire, il ne donnait pas son nom si facilement. Il n’avait pas fait gaffe au départ, il buvait déjà, on lui avait dit que c’était une connaissance et il avait oublié tout cela quand il avait vu qui l’avait appelé. Maintenant que le froid le réveillait, ça lui revenait assez clairement. Il ne savait pas d’où cet étrange gars pouvait bien sortir mais il ne savait quoi penser de lui. D’apparence, il avait l’air assez inoffensif mais il semblait aussi bien cacher son jeu. Alceste essayait rarement de savoir ce qui se tramait dans la tête des gens avec qui il commerçait. Mais il fallait avouer que cette fois-ci, Amadeo l’intriguait un peu.

    Il emprunta une toute petite ruelle sombre tout en vérifiant que son futur client le suivait toujours. Il lui faudrait encore quelques minutes de marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Pour un peu de sommeil [pv Alceste]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour un peu de sommeil [pv Alceste]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
Dorsduro
 :: Le squero de San Trovaso
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit