Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !


Partagez | 
 

 Milo Leotta. FI NIE O/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milo Leotta

avatar


Messages : 38
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 24


MessageSujet: Milo Leotta. FI NIE O/    Jeu 30 Déc - 10:04

Identity



      Prénom(s) :Milo
      Nom : Leotta
      Surnom :- Va te faire foutre, j'ai pas de surnom-
      Date de Naissance et âge : / 17 ans - 3 Novembre 2183
      Nationalité : Italienne.
      Groupe : Civile speranza
      Manie, habitude, tic : Frappe souvent pour se défouler ou pour changer de sujet.
      Profession : Prostitué
      Sous Groupe : /


And me? And me?


    Ce qu'il pense (précisément) de la Mafia
    : Milo, il s'en fiche de la mafia. Il doit même pas savoir qu'elle existe tellement il est bête. Hum, les meurtres, au fil du temps, il s'y est habitué.
    A t-il déjà eu affaire à la Mafia : Non.


Tell me who you are...


      « Milo.
      Tu ne nous comprendras peut être pas, mais voilà : nous ne voulons plus de toi.

      Erreur de jeunesse, tu n’étais pas prévu. Je sais que ça va faire mal, mais s’il te plait…sors de nos vies. Ton père ne veut de toi…Et je ne peux vivre sans lui, alors je te sacrifie. C’est injuste, n’est-ce pas ? Mais, qu’est-ce qu’on peut dire pour toi ? Tes caprices, tes envies du moment nous tuent. Je n’aurai jamais cru devoir te l’écrire sur une lettre, mais …Nous ne t’aimons pas. Jamais enfaite. Lorsque j’ai annoncé que j’étais enceinte à ton père, j’ai pleuré. On ne voulait pas de cet enfant, on voulait vivre notre vie, tu comprends ? On a pensé à l’avortement, mais après deux visites chez le médecin, il semblait que tu tenais farouchement à vivre. Alors je t’ai porté, avec toute la tristesse d’une mère qui ne peut qu’attendre le moment venu pour te faire naître. Ces neuf mois furent une pire torture. Et puis, tu es né, enfant sans parent. Enfant sans amour avant même d’être quelqu’un. Je ne peux pas dire si je t’ai un jour aimé, tu sais, c’est facile à cacher une tristesse après 15 ans de faux semblant. Les premiers temps, avec ton père, on s’est forcé. Accepter le fait que tu sois là, accepter le fait que notre vie fut finit le jour de ta naissance…15 ans à compter les jours sur le calendrier, a noircir les pages d’un carnet vieux de ta naissance. Mais après tout, qu’est-ce que ça peut bien te faire, petit enfant roi. Tu l’as dis toi-même, « Je n’aime que moi ». Même sans t’aimer, j’ai cette part de fierté de t’avoir fait, Milo. Parce que tu montres tes crocs, parce que tu ne te laisses pas marcher sur les pieds…Même si on ne t’aime pas, tu ne nous l’a jamais fait savoir, ce manque d’affection. Tu dois avoir cette part de ton père, son côté franche de dire tout ce qui te dérange. Non…il ne faut pas que je t’identifie à lui…
      Que c’est court d’expliquer 15 ans d’existence, de mensonge et d’ignorance…Une feuille de papier, le courage d’une vie et c’est tout. Donc, je reprends. Lors de tes trois ans, tu ne te rappelles sans doute pas mais il y a eu un grand incendie à la maison. Les pompiers étaient arrivés aussi vite que possible, ayant été alerté par les voisins.
      C’était la première tentative de meurtre sur toi.
      Bien sûr, tu t’en étais sortis. Ton ange gardien te surveille depuis un bout de temps j’ai remarqué. La police n’avait pas compris la cause de l’incendie. L’affaire avait été classé « Non-résolut ». Peu de temps, nous sommes partis pour Venise. N’ayant habités que la campagne, nous avions besoin de plus de moyens pour réussir là où nous avions échoué à trois fois. Ton meurtre. Alors on a donc emménagé, notre maison était énorme. Les escaliers étaient grands…Ton père a sourit en l’apprenant. Six mois après, tu es tombé « accidentellement » de ces mêmes escaliers. A l’hôpital, tu as réussi à t’en sortir. Tu avais 5 ans et déjà tu commençais à comprendre la situation.

      On aurait pu utiliser des situations extrêmes comme te battre ou te noyer, mais ça revenait à dire que nous étions des monstres. On voulait faire croire à un accident.

      Pour tes 10 ans, une voiture t’a percuté…c’était aussi nous. Un ancien ami de ton père nous avait aidés sur ce coup là. Ayant d’abord refusé, il a accepté avec regret quand ton père lui a avoué qu’il allait se suicider s’il ne le faisait pas. Ton père utilise toujours un extrême pour avoir ce qu’il veut, même si sur ce coup là, c’était en parti vrai. A l’hôpital, ils nous ont dis que tu aurais quelques séquelles d’ordre psychologique. Que tu deviendrais violent de temps à autre. Le médecin nous a alors demandé si quelque chose clochait avec toi, si tout allait bien depuis ta naissance. On lui a mentit.
      Tes crises de violence étaient horribles si bien qu’on eut peur de toi. Toi l’enfant qui n’a jamais rien demandé à la vie devenait un tel monstre. On t’a hait alors encore plus que d’habitude. Tu n’étais plus la « chose » que j’avais crée mais un « monstre ». Tes paroles devenaient froides, ton ton sec. Tu ne ressemblais plus à ton père…Tu abordais un tel sourire sur le coin de tes lèvres…

      Tu n’étais plus Milo. Tu étais quelqu’un d’autre.

      Ta quinzième année vint enfin, et le dernier accident arriva.

      Nous étions jeunes, nous avions la vie devant nous.
      Nous étions tellement beaux.
      Regarde maintenant nos corps sur le sol. Crois-tu que nos sangs vont se mélanger pour ne fait qu’un, Milo ? Crois-tu que là-haut, nous serons ensemble, Milo ? Ou penses-tu que ce qui résultera de notre partage de chair…C’est toi ?

      Mon petit Monstre, nous sommes morts parce que nous n’arrivions pas à te tuer.

      Marta . »



    Ses mains serrent la simple feuille de papier. Une trainée de sang à ses pieds et deux corps inertes sur le sol du salon. Un simple mot, un revolver sur la table et la couleur rouge qui emplie toute la pièce. Ses dents grincent, ses poings se ferment violement.

    « Bravo. Vous venez vraiment de m’énerver là. Bande de cons.»



_________________________



Venise.

Affaire des époux Leotta.


« Le soir du 3 juin 2199 ; Marta et Tibo Leotta sont retrouvés mort dans leur salon d’une balle de revolver. Famille sans histoire, le principal suspect n’est autre que leur fils, Milo, jugé psychologiquement dangereux. Les causes d’une telle boucherie nous sont pour l’instant inconnues. Les inspecteurs auraient retrouvés des marques de coups datant d’après la mort sur les époux et pensent qu’elles auraient été faite par le jeune adolescent. Le garçon ne parle plus depuis ce jour. »



_________________________


    Poste de Police.


    « Milo Leotta ? »
    « … »

    Installé depuis près de deux heure sur la chaise, l’inspecteur commençait sérieusement à en avoir marre. Le gamin ne parlait pas depuis le début de l’interrogatoire et lui lançait presque des sourires en coin. Des malades mentales et dépravés, il en avait vu des milliers depuis le début de sa carrière, mais un cas aussi jeune, jamais. Les gamins de son âge sortaient le soir, fumaient et se droguaient…Ne tuaient pas leur parents ! Mettant les jambes sur son bureau, il regarda l’étrange gamin qu’on lui avait emmené là.
    Un sourire sur les lèvres, Milo le regardait sans sourciller.

    « L’intimidation ne marche pas sur moi. » Lança- le policier.

    Ca ne fait rien, je t’aurai à l’usure. Je suis le plus résistant. Je suis encore jeune moi.

    Je suis près à tout endurer. Mon ange gardien n’est pas loin, hein ? Alors je le regarde, mon éternel sourire aux lèvres. Tu vois Papa, je souris comme toi. Je me relève, je le vois sursauter. Je rie en prenant le verre d’eau sur son bureau. Les gens sont tellement faciles à prévoir. Depuis le début de l’interrogatoire, il fait une fixation sur moi et ne baisse pas le regard. Moi, j’ai pu étudier la pièce.
    Une vitre teintée, un bureau, deux chaises. Derrière la vitre, minimum 2 journalistes et deux gars au cas où. J’aime le « au cas où ». Je me sens confiant, ils ne peuvent me contrôler et sont obligés d’user de plus de « sécurité » justement « au cas où ». La police, quelle bonne blague.
    L’eau coule dans ma gorge, une goutte s’échappe de mes lèvres et dérape sur mon cou.

    Je sors mon plus beau sourire, je me fais presque rougir.

    L’agent rougit. Je rigole intérieurement.

    « J…J’arrête cet interrogatoire ! » qu’il crie avant de sortir précipitamment de la salle.

    « Perdu »



_________________________



    « Parait que ce gamin est fou. »
    « Ah oui ?! »
    « Mariel m’en a parlé l’autre jour. En lisant le journal, elle a reconnu le petit gamin des Leotta, ses voisins. Le gamin a toujours été …étrange. Un truc bizarre qu’elle m’a dit. »
    « Mariel était leur voisine ? »
    « Oui, mais bien qu’elle eut de nombreuses discutions avec les parents, Milo n’est jamais venu la voir. Elle leur parlait pourtant souvent, Marta était un ange, mais jamais le gamin n’est rentré dans son champ de vision. Les parents disaient qu’il était à l’étage, dans sa chambre. Ca là intriguée, tu vois. Un gamin qui ne sort jamais, qui ne voit personne peut pas vraiment vivre quoi. Bref, elle l’a vu une fois, c’était il y a 2 ans je crois. Les pompiers sont arrivés chez eux et ont retrouvé le gamin avec une jambe cassée…Du mauvais côté. »
    « Mais c’est horrible ! »
    « Oui…Le gamin n’est pas vieux…mais elle m’a dit que sur le coup, elle était sortie en peignoir et avait vu les pompiers l’embarquer. Et bien, crois-moi ou pas, le gamin n’a pas bronché une seule fois. »
    « Tu es séri--

    « S’IL VOUT PLAIT, DU SILENCE ! »

    Interrompant les deux femmes, l’homme martele de son marteau le bureau de la cour. Une grande robe ajustée à sa forte corpulence enserrait ses hanches, son regard perçant fusille la salle et en particulier le petit blond tranquillement assis au côté gauche de la salle. Le gamin qui sourit d’un air totalement sûr – voir même totalement crétin-…C’est moi.
    Aujourd’hui, c’est MON procès. De ce temps là, j’ai l’air vachement confiant, un sourire hypocrite accroché aux lèvres. Rien ne peut me faire peur, je suis invincible. Il faut dire que en vu de ce que j’avais appris de mes parents, bah on peut dire que j’ai plus rien à perdre. Fallait-il qu’il y eu quelque chose un jour.

    Et je les regarde, ces bouffons inutiles qui se pavanent comme le gros derrière son bureau là. Elle a putain de fière allure la justice, hein ? Pauvre con, t’as vu les gamins qui crèvent en bas des rues ? T’as vu les pédophiles qui courent les rues, des sucettes aux lèvres ?

    …Alors qu’est-ce que tu fais là mec ?

    Et les journalistes qui essayent de forcer l’entrée de la porte du tribunal. Comme quoi le monde était déjà bien bas de ce temps là. Les appareils photos collés contre leur flanc, les micros dans des mains tendues à l’intérieur de la pièce…C’est triste. Et je les regarde, les fusille du regard ces imposteurs, ces inconnues qui croient savoir. Croient avoir le mot de la fin de la funeste tragédie des Leotta.
    Il n’y a rien. Rien a dire, rien à faire parce qu’il n’y a jamais rien eu. Alors pourquoi je devrais parler ? Qu’ils sont cons les gens.


    « Messieurs les jurés, veuillez annoncer votre verdict. »

    Une petite femme s’avance, une petit femme blonde comme il en court dans toutes les rues. Dépliant la feuille qu’elle tient devant elle, elle regarde tour à tour les autres jurys et le public. Elle va le dire.
    Elle va le dire.
    « Pour le meurtre de ses parents, nous jugeons Milo Leotta…Coupable. »

    Putain.



_________________________


    Quarante deux. Quarante trois. Mon doigt effleure les briques de l’énorme mur de béton. Quarante quatre. Quarante cinq. Six jours que je suis enfermé dans cette putain de pièce où le jour n’ose même pas rentrer tellement les fenêtres sont minuscules, des meurtrières, le pied quoi. Ta gueule Milo, Ta gueule Milo. Hahaha.
    Depuis qu’on m’a enfermé dans ce trou à rat, j’ai la terrible impression que. …J’sais pas, avoir fait une énorme boulette ? Un truc dans le genre…Non rien. J’dois dérailler. Putain Milo, tu crains.
    Un bruit de porte , des pas qui s’approchent de ma cage de fer … mais pas les pas habituels, nan , beaucoup plus soft, moins marqué.

    Ra et puis je m’en fous .

    « Eh, petit. Tu fais quoi ? Oui non dis rien je m'en fous en fait. Ouh chouette j'ai plus coprolalie ! Tu veux savoir ce que c'est ? Naaan, tu veux pas savoir, tu vas te moquer. T'as déjà été proxo ? Pff je suis con t'es trop petit tu pourrais pas. Quoique t'as une bonne gueule, tu pourrais ptet. C'est un métier dur tu sais. Vraiment très dur. Moi j'y comprends rien, mais alors RIEN, c'est graave, mec ! Putain ça fait du bien de pouvoir parler normalement comme ça. Eh oh tu m'écoutes ? Ben oui tu m'écoutes, t'es un brave petit gars. Enfin t'es blond donc t'es brave et t'es petit et t'as pas l'air d'être une fille enfin tu me comprends. Bref, tu vois, j'te disais que proxo c'est un métier genre, super dur. Parce que tu vois faut être méchant avec les putes pour être respecté, et tout, puis du coup ils sont trop méchants avec moi et moi j'aime pas ça. Les putes méchants ça me fait mal dans mon cœur tu sais ! »

    QU…QUOI ? J’ai pas rêvé, il… m’a traité …DE NAIN ? Lentement , je me retour, le regard mauvais , les poings fixés au mur . J’crois qu’il a pas compris qui j’étais…Il doit pas lire les journaux lui….Ouais, il a une gueule de mec con qui lit pas les journaux. D’ailleurs, il a aussi une tête de mec con qui a l’air de pas savoir lire du tout. Nan mais genre, le gars il arrive, il insulte ma gueule, il me raconte sa life alors que j’en ai rien à…Attendez. …MAIS BIENSUR.

    Milo, tu es un genie.
    « Je…Je suis mignon ? Alors …Je pourrais être une pute ? Une gentille pute, hein , pas une pute méchante…Je pourrais être…Ta pute ? »

    Einstein n’aurait pas fait mieux.

    « Oh c'est trop gentil ! T'es engagé : DANS MES BRAS PETIT »

    Comme ça, genre…trop facile ? Il affiche un sourire satisfait, genre il a accomplit une tache mémorable. Franchement, ce gars il me fait flipper. Bon, problème du moment…les barreaux.
    -« Hum, j'aimerai bien....Mais il y a ces barreaux qui gênent... »Que je susurre, mes doigts parcourant les barreaux.

    Si j’arrive à sortir, en ce jour, je promets de violer la première pute blonde que je vois.
    JE PROMETS.

    « Attends je t'ouvre sauf que heu ah putain j'ai mis mes clés dans mon slip la loose. Bon j'enlève mon slip MAIS TU REGARDE PAS. »

    Je détourne le regard ; mon dieu, ce gars est un mythe. Genre, on devrait l’appeler ‘SUPRA CON’.


    « Voilà c'est bon. Voilà j't'ai ouvert. Allez viens ! »

    Alors soudainement, je me lève . Libre, putain de libre ; la porte devant moi est ouverte ! HAHA, mon dieu, qu’elle commence bien cette journée. Bon mes priorités, déjà fuir ce gars. Il me fait trop flipper là. Après , j’dois faire des recherches sur les parents, parce qu’ils sont morts, okay, ils ont bien du me laisser un truc quoi. Bref, j’ai pas de temps à perdre.
    Ni une ni deux, je m’élance alors vers la porte mais soudainement…Mon corps tombe.

    Est-ce du à la bouffe que j’ai pas mangé depuis deux jours ?

    Tout ce que je me souviens, c’est qu’à partir de ce moment là, je n’eu plus du tout le contrôle de ma vie.


_________________________


    A partir de là, disons que…je me suis retrouvé coincé dans ma situation. Quand je suis rentré chez Alluce, il y a eu un gros beug : Je peux pouvais pas me casser . En gros, Alluce , c’est pour tout l’espèce de mec qui nous garde. On doit être…une quinzaine ? Ouais .
    J’aime pas les autres. J’aime personne enfaite.
    Ils sont hautains, presque fiers de leur condition alors que putain, on est tous dans la même merde. C’est chiant ; de toute façon, ils sont tous plus vieux alors on se voit jamais. De mon âge , il n’y a qu’Abel.


    Celui qui m’énerve le plus, c’est Abel, la première tête blonde que j’ai vu en me réveillant de chez Alluce .
    Abel avec son sourire bienveillant ; Abel avec ses cheveux blonds ; Abel avec ses yeux .il m’énerve putain. Il est pas du tout comme moi…genre totalement l’opposé. Si j’étais la Lune, il serai le Soleil . Et ça m’énerve parce qu’il est la réincarnation de la perfection et de la gentillesse. Jamais il ne se plaint, jamais il s’énerve. Même quand je le frappe il ne dit rien. Il pleure souvent, c’est chiant. Il a beau être un peu plus jeune que moi…j’ai toujours cette désagréable impression qu’il cache un truc, une espèce de maturité incroyable pour un gamin de son âge. Quand il sourit, ça fait presque mal tant son sourire parait sincère et idyllique. Je lui ai bien dit qu’il ne fallait pas qu’il traine avec moi, que j’étais un monstre qui avait tué ses propres parents mais il reste toujours à côté de moi, curieux.
    Il pose aussi beaucoup de question, enfin je sais pas si c’est qu’avec moi ou pas. Genre des questions tellement stupides que des fois je me demande s’il a véritablement un cerveau.

    Naif, oui, incroyablement naif ce gosse.

    De nature, j’suis pas quelqu’un d’ultra sociable . Les gens, si je les blaire pas, ils peuvent aller se faire voir , même les clients . Alluce, il dit que les gens qui me prennent, il aime ma « fausse brutalité ». J’ai jamais capté ce que ça voulait dire. D’après lui, j’suis un caid à l’extérieur mais pas à l’intérieur. Mais qu’il est con ce boulet. Hum, j’pense que tout le monde à des moments de faiblesse, non ? Alluce, c’est avec ses yaourts déguelasses, Abel…Abel c’est tout le temps donc c’est un cas à part. De toute façon, j’en ai rien à fouttre des autres. Même des clients, des fois.

    Et l’histoire des parents dans tout ça ? Haha, presque personne n’en parle jamais alors on va dire que j’en ai rien à fouttre. Abel, il arrête pas de m’en parler pour « en savoir plus sur moi » comme il dit.

    Et puis il y a l'autre . C'est en partie à cause d'eux que je peux pas me casser.


Spoiler:
 


And... you?


      Votre pseudo :Raito, Haya.
      Age, sexe : Masculin , 17 ans.
      Avatar de votre personnage : Huhu, c'est un spoil xD. Bon, bah je dis pas le spoil, Emil Castagnier de Tales of Symphonia 2
      Comment avez-vous connu le forum ? Audy 8D
      Qu'aimez-vous/Détestez-vous dedans ? 8D Heu...En ce moment, la page principal s'affiche mal avec moi D8
      Autres ? Je cherche XD Ok by Amy



Dernière édition par Milo Leotta le Dim 13 Fév - 12:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian C. Dierich

avatar

[ EVADE ]
{ ~ Yéti ~ }


Messages : 35
Date d'inscription : 25/04/2010
Age : 25
Localisation : Darkness


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    Mar 4 Jan - 6:02

Re-Bienvenue sur Infam Industry =D


Oh, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche, sincèrement. Et Milo je l'aime.

Par contre je n'ai pas vu de description physique, si tu as fini ta fiche, il faudrait que tu rajoutes quelques lignes là dessus.

Et sinon j'ai une question, Milo il est recherché non ? Ne serait ce pas plus judicieux de le mettre dans les Girouettes chassées ?

______________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milo Leotta

avatar


Messages : 38
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 24


MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    Mar 4 Jan - 7:13

  • Merci. Un débile de plus dans mes persos ( Et un blond en plus...Putain, je le ferai bien schizo lui 8D)


    Je rajoute de la description tout de suite <3

    Hum non. Je veux pas qu'il soit recherché.
    Disons qu'Alluce - son proxo - a du faire croire une connerie aux autorités pour le garder avec lui. Toujours est-il que son histoire de meurtre est restée bouclée ( c'était le coupable parfait donc pourquoi chercher ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Allesandreli

avatar

[ MULTI-FONCTION ]
{ ~ Oh, un sachet blanc, du sucre! ♥ ~ }


Messages : 244
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 25
Localisation : Lost
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    Ven 7 Jan - 5:43

Tu as fini ta fiche ?

Ok, je comprends, et bien on reste dans les civils alors.

______________________________________________________


Elle le suivrait jusqu'en enfer
Et même l'enfer c'est pas grand chose
À côté d'être seule sur terre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milo Leotta

avatar


Messages : 38
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 24


MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    Sam 29 Jan - 9:49

J'ai fini. Dites moi si ça suffit pas.
*part se pendre*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Allesandreli

avatar

[ MULTI-FONCTION ]
{ ~ Oh, un sachet blanc, du sucre! ♥ ~ }


Messages : 244
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 25
Localisation : Lost
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    Lun 14 Fév - 1:30

Pardon du retard

Validé ~> Civile speranza

______________________________________________________


Elle le suivrait jusqu'en enfer
Et même l'enfer c'est pas grand chose
À côté d'être seule sur terre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Milo Leotta. FI NIE O/    

Revenir en haut Aller en bas
 

Milo Leotta. FI NIE O/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
To start as well as everyone
 :: Tell me who you are ! :: Fiches validées
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit