Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !


Partagez | 
 

 Excuse-me ? - Pv } Philips

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Excuse-me ? - Pv } Philips   Mar 21 Déc - 2:51


{ Hello darkness, my old friend
I have to talk with you again
}
{ Sound of silence - Simon & Garfunkel }

Date } 25 décembre 2198
Pia } 18 ans
Philips } 16 ans

    « J’aimerais que tu partes, maintenant, s’il te plait.»

    La jeune blonde plongea ses yeux dans ceux de la danseuse. Elle remit en place une mèche rebelle. Elle se retira de la couverture, puis, tout doucement, elle embrassa Pia avec délicatesse. Elle se releva, ramassa ses affaires, et sortit sans un mot.
    La jeune femme souffla en regardant le plafond. Elle avait besoin de repos. Il fallait dire qu’elle venait de passer une nuit torride avec cette inconnue qu’elle avait rencontrée la veille. La semaine qui précédait celle-ci, elle avait reçu une invitation pour le réveillon de Noël, de la part d’un riche vieil homme qui recevait ce soir-là plusieurs centaines de personnes. N’ayant rien à faire pour le 24 décembre, Pia avait accepté et s’y était rendue. Elle s’était plus amusée qu’elle n’avait pu l’imaginé. Des hommes, tous plus fortunés les uns que les autres, avaient tenté de la charmer tout au long de la soirée. Elle s’était fait une joie de les remettre à leur place, quelque peu répugnée par le sexe masculin. Mais beaucoup de femmes, aussi, étaient venues l’accoster. Pia avait vu, ce soir-là, le plus grand palmarès des lesbiennes le plus hétérogène de toute sa vie. Il y avait tout d’abord eu ces jeunes riches héritières qui lui faisaient du rentre dedans ouvertement, puis ces timides qui lui posaient surtout des questions sur la danse, ne sachant comment s’y prendre. Oh, aussi ces femmes ayant dépassés la cinquantaine, et qui étaient attirées par les plus jeunes qu’elles. On pouvait également noter celles que Pia avait elle-même dragué, la plupart du temps pour les déstabiliser avec ses grands yeux gris.
    Finalement, après que tout le monde se soit fait la bise pour se souhaiter un joyeux Noël, après que le vieux propriétaire ai fait son discours rasoir, après qu’une idiote ai renversé une des pièces montées, après trois cocktails, deux coups de champagne et un mojito, la jeune femme avait aperçu une blonde à forte de poitrine draguer la femme de l’hôte, qui avait nettement dépassé l’âge de faire des galipettes. Pia décida que cette inconnue charmante serait sa proie. Elle avait d’abord regardé à quelle classe sociale elle appartenait. Sa robe décolletée sombre, ainsi que ses talons compensés incrustés de diamants lui avaient confirmé qu’elle était riche, ou du moins était la maîtresse de quelqu’un qui l’était. La danseuse s’était approchée d’elle, et l’avait arraché de sa conversation avec la vieille femme. La blonde s’était montrée tout de suite charmée par la beauté froide de Pia. Quelques heures plus tard, elles étaient dans le lit double de la fameuse danseuse.

    Pia se leva, entièrement nue, se dirigeant vers son dressing. Elle consacrait une pièce entière à ses vêtements, chaussures et accessoires. Pour elle, c’était quelque chose d’important, ce petit sanctuaire de la mode dans lequel elle entreposait ces achats si chers.
    Elle poussa la porte puis y pénétra. Elle claqua de ses longs doigts fins, et la lumière s’alluma. Un tiroir s’ouvrit à sa droite, contenant une foule de sous-vêtements. La danseuse saisit une culotte en dentelle et un simple soutien-gorge et les enfila rapidement. Elle se posa ensuite dans un fauteuil et s’empara d’une petite télécommande grise. Pour elle, il s’agissait du moment le plus important de la journée, l’habillage. Bouton robe. *clic* Une rangée de robes classées par couleur s’avança vers la jeune brune. Ses yeux les parcoururent toutes. Son choix s’arrêta sur un vêtement léger, en soie noire, qu’elle avait l’habitude de porter les lendemains de soirées arrosées. Elle l’enfila. Bouton veste. *clic* Comme précédemment, une rangée de vestes s’avança vers elle. Cette fois-ci, elle ne savait vraiment que choisir. Il y avait bien celle qu’elle avait acheté en même temps que la robe qu’elle portait, mais elle ne voulait pas uniquement de vêtir de noir aujourd’hui. Et qu’en était-il de la blanche qu’elle n’avait porté qu’une seule fois ? Il convenait parfaitement. Bouton chaussures. *clic* Pia enfila des ballerines, puis sortit du dressing.
    Si elle s’était habillée si légèrement, c’était parce qu’elle n’avait pas l’intention de sortir ce jour-ci et d’affronter la neige qui recouvrait Venise depuis la fin de l’automne. Elle descendit lentement les marches des escaliers de sa démarche féline de danseuse. Etant très aisée, la maison qu’elle habitait depuis bientôt deux ans était extrêmement spacieuse, et les meilleurs décorateurs intérieurs vénitiens s’étaient appliqués pour qu’elle soit à la pointe de la mode et de la technologie. Pia avait adopté pour son habitation un style très impersonnel et froid. Les murs de son salon comportaient de nombreux cadres. Il fallait dire que la jeune femme adorait la photographie. Toutes les photos étaient en « noir et blanc », presque toutes avaient un rapport avec la danse. Sur la plupart on pouvait reconnaître Pia en plein ballet, ou bien d’autres femmes qui étaient réputées pour être « talentueuses », elles aussi. Un seul homme apparaissait : Christophe. Il revenait plusieurs fois dans les cadres noirs. La seule photographie du défunt et de la belle italienne était le résultat d’un shooting pour un magazine, il y avait un peu moins d’un an de cela. Les deux danseurs regardaient l’objectif, sans expression, habillés de manière très chic. En effet, il n’y avait aucune photo d’amateurs, car, je le répète, la décoration était très impersonnelle. Ce style était le reflet de la personnalité de l’héritière Delmonti.
    Pia sortit une cigarette du paquet posé sur la table basse du salon. Elle l’emboîta dans son porte-cigarette, et l’alluma avec son zippo. Elle tira sur l’embout en plastique, et laissa la fumée nocive envahir ses poumons. Elle la recracha, et sentir l’odeur qui commençait à se répandre dans l’immensité de la pièce.

    « Vivaldi, chanson aléatoire »

    L’Hiver des Quatre Saisons se fit aussitôt entendre. Ce compositeur était tellement vieux que Pia ne savait même plus de quel siècle il était. Cependant, elle trouvait sa musique tout à fait appréciable pour danser, ainsi qu’à l’oreille. Dans ses souvenirs, c’était sur cette mélodie qu’elle avait dansé la première fois de sa vie, vers ses trois ans. Cela remontait à loin.. Elle préférait ne pas s’en souvenir.
    Soudain, un bruit de pas la tira de ses pensées non nostalgiques. Pia tira à nouveau sur son porte-cigarette, laissant la fumer s’échapper entre ses lèvres. Elle se dirigea vers la porte d’entrée, d’où provenait ces sons dérangeant. Sans réfléchir, et en conservant son expression froide et indifférente, elle poussa la battant.
Revenir en haut Aller en bas
 

Excuse-me ? - Pv } Philips

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
♪ Everybody wants to be a cat ♪
 :: Wonderlands :: Flashback
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux | Autres MMORPG