Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !


Partagez | 
 

 Shawn R. Lewis ~ Heaven at 00:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shawn R. Lewis

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 27


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Shawn R. Lewis ~ Heaven at 00:00   Lun 6 Déc - 6:40

Identity


      Prénom(s) : Shawn Richard
      Nom : Lewis
      Surnom : y' a pas.
      Date de Naissance et âge : 1er Avril 2181 donc 19 ans
      Groupe : La talpa di fuoco.
      Nationalité : Britannique
      Manie, habitude, tic : Il aime prendre le thé à 16h. Un reste de sa vie à Londres qu'il ne compte pas supprimer.
      Sous Groupe : ///

Come on ! Let me look at you…




« I've watched you change
Into a fly.
I looked away
You were on fire. »

On aurait dit qu’un ministre entrait dans la salle, et ce même s'il avait les mains menottées bien serrées. Je rajustais machinalement mes lunettes sur le nez dès le premier instant ou je croisais son regard. Je leur avais pourtant dit que je ne voulais pas faire d’interrogatoire à un mec soupçonné d’être un mafieux, ces gens sont fous et en particulier celui-ci si je devais me fier à son allure. En fait j’avais tout de suite compris que j’allais être mal à l’aise durant cette entrevue. Mais à la police c’est comme ça, et surtout depuis le coup d'état c'est devenu n'importe quoi, c'est à peine s'il l'ont sert encore à quelque chose... En réalité, quand t'es policier aujourd'hui, tu dois savoir tout faire: interrogatoires comme arrestations même si c'est pas vraiment la même chose. Alors il faut rester ferme et autoritaire même si l’accusé est innocent car beaucoup sont fins comédiens et rusent comme des professionnels. Soit dit en passant, la première impression que l’on a d’une personne pouvait être révélatrice, alors je m’étais décidé à relever les yeux pour le détailler un peu plus.

Tandis qu’il hochait poliment la tête, un bonjour très chaleureux sur les lèvres, je reproduisais son portrait dans mon esprit. Je remarquais sa grande taille, sa carrure masculine et ses vêtements qui indiquaient qu’il avait une bonne classe sociale et un âge peut être plus avancé que ce que son dossier indiquait. 19 ans...Non il en faisait bien 23 ou 24...Un type de cette stature ne pouvait avoir un âge si bas...Ou alors je me faisais bien trop vieux...Et loin d’être le cliché de l’ado rebelle, pour en revenir à ses vêtements ; il portait une simple chemise ouverte sur le haut avec une cravate, une veste façon costard et un jean pour un style un peu plus décontracté. Quelques bagues, une montre de haute gamme et très propre sur lui-même. Il avait les cheveux clairs, mi longs et s’arrêtant à ses épaules, pas l’air du genre à se laisser aller ni s’être décrassé avant pour faire bonne impression. Ils brillaient à la lumière, une cascade argentée de fines mèches lisses encadrant un visage pâle bien agréable à regarder. Je ne suis pas gay.... Mais ce qui m’intrigua le plus, c’était son regard. Un vert qui au moyen-âge lui aurait sans doute couté la vie et le bûcher tant il évoquait le mal, le poison. Le vert de ceux d’un chat noir appartenant à une sorcière et l’expression pourtant si profonde, mystérieuse. C’était clair, ce mec là avait un putain de charisme, une aura à rendre misérable la personne se trouvant en face de lui tellement il avait l’air sur de lui.

Car depuis le début, pas une seule fois il avait froncé les sourcils, assis sagement les jambes croisées comme s’il était installé sur un fauteuil confortable pour une banale interview ou une rencontre préméditée. Une personnalité bien inébranlable, peut être arrogant sur les bords alors qu’il se trouvait au commissariat suspect d’être un mafieux rebelle. Non. Vraiment pas. Il était calme, comme s’il n’avait rien à se reprocher. Et bien que ce calme devait surement témoigner d’une grande sociabilité, il imposait le respect. On le verrait vraiment bien à la tête d’un gang....Mais comment avait il pu se faire attraper ? Sous cette allure bourgeoise, avait-il un semblant d’intelligence ?

Wanna' understand you, my friend...




« I watched a change
In you
It's like you never
Had wings. »

L’interrogatoire s’était bien déroulé. Mes préjugés avaient vu juste car pour lui, ça avait vraiment eu l’air d’une interview bien que j’eusse maintes fois essayé de le piéger pour lui faire avouer certaines choses. Innocent, innocent, encore et toujours blanc. Il avait habilement sorti chacun de ses mots, prenant parfois un temps de réflexion pour me répondre dans les moindres détails. En particulier la technique du "noyage de poisson". Oh on avait bien d’autres témoins que l’on avait déjà interrogés et qui allaient tous dans le même sens que lui...Mais ça restait toutefois bien étrange. Un coup monté ? Comment les avait il corrompu de ne rien dire sur ses grands secrets ? Allez, montre moi ton côté sombre, que je ne perde pas mon temps, que je sois fasciné par une histoire de dingue qui collerait à ton image. Digne d’un héros de roman...Mais non, Shawn avait l’air d’un humble noble, peut être un peu trop imbu de sa personne pour avoir souvent répété « moi je » ou avoir vanté ses parcours. Il s’était envoyé des roses, à plusieurs reprises et avait joué de gestes lascifs, comme s’il était supérieur à moi alors qu’il avait les mains menottées. Très sociable, je remarquais cependant qu’il était difficilement susceptible. Mais une fois le mâle vexé, il s’était emporté sur des arguments prouvant qu’il avait raison - entrainant un discours à tendance philosophique et un vocabulaire bien recherché histoire que je ne capte rien et qu’il puisse ainsi prouver par une suite logique que j’avais tort. Ce type là savait donc plutôt garder son sang froid jusqu’à ce qu’on le provoque un peu trop à son goût. Et sur le terrain des provocations il devait avoir le dernier mot, ça c’était clair et net.

Plusieurs solutions s’offraient à moi.

Soit ce mec était un pro dans l’art de la manipulation, un illusionniste maitre et tout ce qu’il m’avait dit était réfléchit et par conséquent faux du début jusqu’à la fin.
Soit ce britannique bourgeois n’avait effectivement rien à voir avec l’accusation et ce n’était qu’une vengeance d’un fait datant d’un bon moment....
Soit je devenais complètement fou...

Et lorsque j’y réfléchissais, tout semblait pencher dans la deuxième solution. Aucun des témoins ne l’avait dénigré, et faisait passer l’accusateur pour un fou voulant à tout prix attirer l’attention sur lui. De plus, il n’y avait plus de preuves pouvant aller contre lui. Et pourtant, je n’étais toujours pas tranquille....Encore une fois. Comment l’être? Je me sentais impuissant et préférais laisser un véritable inspecteur faire le boulot à ma place si on devait le reconvoquer. Il avait l’air d’être un bon leader, intelligent, sachant exactement ce qu’il devait faire pour tout tourner en sa faveur. Habile acteur, à la syntaxe parfaite. Et lorsque je baissais à nouveau les yeux sur ma feuille, j’avais écoulé toutes les questions importantes sur l'affaire et pas une seule fois il y avait eu un détail qui aurait pu le trahir.

« Bien...Vous pouvez partir, merci d’avoir collaboré. »
« Je vous en prie. »

Epilogue ~

C’était mal calculé de lui avoir collé un flic pour un interrogatoire aussi révélateur. A la moindre faute, il risquait une somme astronomique d’amende doublé par une longue peine de prison. Ça aurait été mieux joué s’ils avaient mis un véritable inspecteur, un philosophe ou quelqu’un qui arrive à mieux cerner la personnalité des gens plutôt que s’arrêter à son apparence. Car Shawn avait ici montré que ses bons côtés et habilement mis sa personnalité narcissique, arrogante pour effacer tout reste de ruse et d’intérêt. Rendre son discours ennuyant en se valorisant, racontant tous ses exploits. Tout avait été totalement prémédité par ses soins. Shawn n’avait pas été détailler qu’il est grand bagarreur, que malgré son calme, quand il s’énerve mieux vaut rester loin de lui sous peine de sentir ses doigts se refermer sur votre cou. Shawn est bel et bien bon acteur, chouette manipulateur et avant tout un très bon chef qui ne perd jamais ses moyens ; que ce soit pour sauver sa peau, régler un conflit ou faire parler n’importe qui. Il saura glisser les mots à l’oreille que cette stupide race humaine aime tant entendre. Redorer les blasons pour poignarder le dos, incarner l’idéal et transformer votre vie en un doux cauchemar. Oui Shawn est dangereux s’il devient trop ambitieux, si un caprice lui dit ou si votre nom est inscrit sur sa liste noire. Ainsi il ne manque pas d’imagination... Il sait surprendre, détruire l’image que l’on peut avoir de lui ou au contraire jouer à 100% les préjugés. Un bourgeois britannique péteux à l’allure noble, quel stéréotype pitoyable.

Let me K I L L you ♥


    Spécialité
    : La bonne vieille bagarre. Rien ne vaux le contact physique pour faire comprendre qui est le plus fort. Shawn est d'un naturel bagarreur, pouvant déclencher une émeute à lui tout seul. Car il n'hésite pas à frapper s'il trouve que quelqu'un va trop loin ou s'il croise quelqu'un qu'il ne peut pas s'encadrer. A ce moment là, il se fera un malin plaisir à lui refaire un portrait à en rendre jaloux Kandinsky et son art abstrait. Lorsqu'il ne se sent pas en forme, qu'il a envie de faire les choses assez vite, il sort son joujou
    Armes qu'il possède : Le petit joujou préféré de Shawn est un revolver très particulier et surtout unique puisqu'il l'a "personnalisé" tout seul. En réalité, après avoir fait plusieurs essais et cherchant à tout prix une arme plus efficace qu'un simple gun, il a alors mis au point une machine redoutable qui est chargée non pas d'une seule balle mais de plusieurs petits clous propulsés à très haute vitesse. De quoi surprendre la personne visée surtout lorsque Shawn ne tire pas pour tuer mais juste pour blesser. Les balles, c'est old fashion. Et puisque ça a son succès, il développe d'autres monstres dans son garage quand l'ennui le prend. Venez donc visiter le musée des machines tueuses, il a besoin de cobayes~
    Autrement il peut y aller à la dynamite, faire péter des magasins peut être une forme toujours aussi efficace en matière de corruption.
    Ses conditions d'entrée dans la Mafia. : Fils de deux parents mafieux, suite à un accident il est sous la responsabilité de feu le parrain Londonien qui lui enseigne toutes les techniques de base pour monter un bon groupe. Arrivé a Venise pour tout recommencer il décide de monter le sien.


Tell me who you are...




point de vue: Shawn

« I took you home
Set you on the glass
I pulled off your wings
Then I laughed. »


Oui pitoyable - c’était le seul mot qui me venait à la bouche alors que j’essayais de résumer cette conversation. Assis dans la voiture d’une escorte de police, ils n’avaient pourtant pas pris le risque d’ôter ces menottes même si j’étais innocenté. Méfiance ? Oh c’était tout à fait possible et je dirais même plus : compréhensible...Jusqu’à ce que je sois chez moi, je continuais de montrer un air rêveur et niais en regardant par la fenêtre. Me demandant quelle porcelaine j'allais bien pouvoir choisir pour mon thé. Je sentais que celui qui conduisait me lançait quelques coups d’œil, à la recherche d’une expression pouvant trahir tout ce que j’avais dit. De quoi devenir parano, dommage que je puisse être aussi transparent que la glace. Car oui, j’avais menti, du début à la fin sur mon histoire, pourquoi j’avais été impliqué dans cette histoire et à propos de mon véritable moi. Sont-ils dignes de connaître mon histoire ? J’en doute.

En vérité, j’avais dit juste en commençant par l’Angleterre, racontant la mort inexpliquée de mes parents et mon arrivée ici pour refaire ma vie.

Pour commencer, j’étais fils unique, d’une famille plutôt normale, britannique avec ses plus et ses moins. Et malgré ça, tout deux mafieux, mère comme père, je tenais cette influence de mes deux géniteurs - je crois. Et donc Lorsque l’on côtoie la mafia, on prend le risque de mettre sa tête à prix au moindre débordement. J’avais eu du mal à le comprendre alors qu’ils moururent tous les deux de façon bien suspecte pour les enquêteurs. Mais pour moi, ça ne faisait aucun doute; une histoire de gang qu’ils avaient mal géré et ça avait fini de cette façon. Pourquoi ? Parce qu’étrangement quelques jours après je m’étais retrouvé sous la protection du parrain de l’époque qui devait beaucoup apprécier ma mère pour les photos se trouvant dans son bureau.... Bref, je vivais avec lui, il m’élevait comme son propre fils et pas une seule fois il avait été violent où je l’avais entendu hurler après quelqu’un comme on pourrait l’imaginer d'un homme si haut placé. Vous l’aurez compris, ce vieux chnoque était inoffensif, surtout respecté pour son intelligence et ses stratégies infaillibles. Stratégies qu’il m’apprenait sans en avoir l’air, par divers exercices, lorsqu’il m’aidait à faire mes devoirs la métaphore pouvait être simple ou bien il m’initiait à la philosophie autour d’un thé.

Pour moi, c’était une époque assez creuse, où je ne trouvais aucun intérêt pour les jeux ou m’amuser au pirate avec mes camarades de classe. Je m’ennuyais juste, je ne leur trouvais aucun intérêt parce que j’étais déjà bien plus mature et conscient qu’eux à cet âge là. A quoi bon imiter le croque mitaine pour faire pleurer les filles si moi je savais que ces conneries n’étaient qu’enfantillages ? Alors j’avais exploré la bibliothèque du parrain, fouillant un peu partout pour trouver des brouillons, des essais philosophiques ou même ses notes racontant d’anciens évènements liés à son entreprise mafieuse. Ça occupait mes samedis plutôt que cette leçon de piano que je voulais parfois fuir au lieu de finir disputé lorsque je me mettais à rabaisser la prof de façon spectaculaire. Hey mais j’étais déjà bien susceptible ! Cette vieille chouette utilisait une règle en bois pour le tempo et n’hésitait pas à me taper les doigts à la moindre faute. « Allons Mister Richââârd, c’est un si bémôôôl, Chôôpin s’en retôôôurnerait dans sa tôôôômbe ». Alors déjà, je détestais que l’on m’appelle Richard. J’avais certes une éducation qui faisait de moi quelqu’un d’assez distingué mais il était inutile d’en rajouter une couche par ce prénom qui me tirait en ridicule bourgeois avec le petit doigt levé alors que je voulais simplement garder une certaine classe. Et puis...Le 18ème siècle, ça datait quoi... F5...

Finalement, lorsque le parrain mourut, j’avais préféré fuir l’Angleterre. J’avais senti les tensions qui flottaient au dessus de lui alors qu’il m’enseignait tout ce qu’il savait de façon plus directe et plus hâtive. Je découvris peu après qu’il y avait eu certaines affaires laissant des séquelles qu’il n’avait pas su gérer et provoqué la colère de ses employés pour être renversé à la fin. Il était vieux, et la question de succession avait été la goute d’eau qui avait fait déborder le vase. Peut être qu’il m’avait désigné et étant inconnu aux autres, ils ne pouvaient plus lui accorder leur confiance ?

Mais ça ne m’intéressait plus, je ne voulais pas non plus rester là bas avec tous ces souvenirs.

J’avais envie de me servir de tous ces trucs qu’il m’avait enseignés, pour lui montrer que son héritage n’était pas perdu et que si je le voulais je pouvais être bien meilleur que lui. Vieille rivalité qui me motivait déjà. C’était la crise à Venise et ce genre d’ambiance anarchique m’intéressait bien...Stratégiquement parlant. Laissez moi vous expliquer pourquoi : lorsqu’il y a pagaille, les gens ont peur et cherchent des grands sur qui ils peuvent s’appuyer, demander protection et derrière tout ça, il y a les bénéfices qu’on peut tirer. Pourquoi croyez-vous qu’après une guerre beaucoup de dictatures prennent racine ? Parce qu’il faut quelqu’un de fort pour tout gérer et savoir prendre de bonnes décisions pour le pays et encadrer les anarchistes...C’est ça le secret.

Alors arrivé à Venise, je commençais à mettre en place ma petite entreprise, créant doucement mon gang mais surement puisque j’avais déjà saisi la méthode. Comment, me demandez-vous ? Oh ces bons vieux mafieux ont l’œil de pie, ils aiment ce qui brillent et l’or coulant de leurs doigts. Or, le parrain Londonien m’avait fait seul héritier de son compte en banque et je devenais le vrai bourgeois Anglais en me payant un endroit ou vivre et attirer les désespérés en secouant les billets sous leur nez pour qu'ils me rendent service bien sagement. Parce que de nos jours, l’argent pue puissance, c’est influent et un très bon attrape nigauds. Mais heureusement que je savais ce que je faisais, que j’étais ambitieux et que j’envisageais bien des choses.

Difficile de trouver bon associé et pourtant il avait fini par venir jusqu’à moi.

Un fou, un dérangé du cerveau à ce sujet, tout comme moi. On avait les mêmes projets et fini par collaborer. C’était six mois après mon arrivée dans la ville. Puis une certaine Liv croisa mon chemin, qui devint vite une troisième dans nos petites affaires et qui se voyait être très efficace même si le courant ne passait pas vraiment bien entre nous deux. Dès lors, la soudaine mort du premier perturba un peu l’équilibre, sa perte était très regrettable alors que l’on avait déjà comme projet de renverser le parrain de Venise qui pour nous était complètement inutile avec ce que nous on envisageait de faire. Après son deuil avalé, le but resta le même, peut être avec pour motivation en plus, l’idée de venger mon premier bras-droit.

Depuis tout se passe plutôt bien, jusqu’à ce que mon groupe sera d’avantage influent je miserais plus gros mais en attendant je dois y aller stratégiquement et progressivement pour ne pas tout détruire. Alors nous restons assez anonymes, je ne veux pas encore que nous ayons un statut de grosse mafia histoire de ne pas nous confronter si tôt à ceux qui le sont. De quoi vite se décrédibiliser. Le futur nous le dira, mais je suis assez confiant, tout se passe comme je l’avais prévu. Et comme des taupes, creusons un tunnel sous la surface pour resurgir là où on ne s'y attend pas.

-

Pour le moment, je sortais de la voiture, respirais enfin l’air frais après avoir été embarqué des heures durant. Le regard bleu perçant du policier, j’arrivais sans mal à le soutenir mais restant vague, neutre et comme si je ne comprenais pas son petit jeu. Il me libéra de ces menottes et me laissait donc rentrer chez moi après l’habituel discours « que-s’il-y-avait-des-échos-prouvant-que-je-mentais-leur-manière-de-m’embarquer-serait-certainement-moins-douce. Etc, etc ».....Menace à laquelle je répondais par un petit hochement compréhensif avec un sourire bien poli.

« Et bien, si ce n’est pas le cas, vous serez bien aise de ne me garder aucune rancune et de venir simplement me rendre visite.... »
« C’est ça. A bon entendeur...»

Amen humble mammifère ~

La portière claqua, ils démarrèrent sans le lâcher du regard sous mon vague sourire toujours aussi agréable disparurent au tournant de la rue. Dès ce moment où l’endroit devint silencieux, j’exprimais ce que j’étais réellement. L’envers du miroir, les coulisses de la scène ou autrement dit : quelque chose de plus sévère, plus froid et plus autoritaire.

« Tss... Crédules. » Sifflais-je.

Sur ces mots, je rentrais chez moi.

And... you?


      Votre pseudo :Shinshü
      Age, sexe : 19 ans, femme
      Avatar de votre personnage : Gokuedra de Kateikyoushi Hitman Reborn !
      Comment avez-vous connu le forum ? Line ♥♥♥
      Qu'aimez-vous/Détestez-vous dedans ? toi.
      Autres ? ok by Amy Et puis oui j'ai fait plusieurs façons, plusieurs points de vue parce que je trouve que c'est plus révélateur sur les capacités de rp et que j'me suis pas ennuyée à l'écrire ♥
      Citations: Deftones - change ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Allesandreli

avatar

[ MULTI-FONCTION ]
{ ~ Oh, un sachet blanc, du sucre! ♥ ~ }


Messages : 244
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 25
Localisation : Lost
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Shawn R. Lewis ~ Heaven at 00:00   Mar 7 Déc - 4:33

omg, je kiffe ta fiche *w*

Alors je te valide sans te faire plus attendre (oui, enfin!)

Hop

Validé~> La Talpa di Fuoco

Un rp, un rp !

______________________________________________________


Elle le suivrait jusqu'en enfer
Et même l'enfer c'est pas grand chose
À côté d'être seule sur terre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Shawn R. Lewis ~ Heaven at 00:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
To start as well as everyone
 :: Tell me who you are ! :: Fiches validées
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit