AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !

Partagez | 
 

 007 is also gonna die ♫ PV Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: 007 is also gonna die ♫ PV Ethan   Dim 15 Aoû - 1:54

« What is silence, what is shout... What is fear and what is doubt ? ... »


L'Informateur & le Mécanicien
UNKNOWN SOLDIERS


Ah vraiment il ne savait pas ce qu'il y avait de mieux entre obéir aux ordres farfelus de Shawn ou agir de son propre chef.
Matteo n'aimait pas tellement devoir faire le travail d'un autre. Pure flemme de sa part ou pas que ça à faire, c'était plus le fait de quitter ses chères et tendres bécanes plus connues sous le nom d'ordinateurs, pendant quelques heures qui l'emmerdait quelque peu.
Le jeune blond de vingt-cinq ans était plutôt un bourreau du travail quand il s'agissait d'ordinateurs, craquage et autres piratages ou encore réparation et amélioration de vieilles armes.
Oui c'était son petit passe-temps le bricolage.. enfin si on pouvait appeler ça passe-temps plutôt que activité principale et passion.
Tout ça pour dire que ce que Shawn lui avait demandé de faire n'était pas du tout de son ressort et si les négociations se passaient mal ce n'était pas sa faute puisque ce n'était pas son boulot.

Il avait fallu qu'Adrian, l'un des informateurs de la Taupe soit « non disponible » pour qu'on soit obligé de demander à l'asocial de service de faire le sale boulot à sa place.
C'était dire aller rencontrer un informateur dans une petite ruelle sombre du Squero de San Trovaso et lui payer les infos qu'il a à fournir à la Taupe sur la situation actuelle du Parrain. Cela ne lui faisait pas très plaisir de devoir sortir de la Taupe.
Shawn avait été clair et net. Il faisait le boulot « pour le bien de la Taupe » etc...
Bref. Matt' devait le faire, ça ne l'enchantait pas mais il ne voulait rien savoir. Il allait sans doute paraitre désagréable envers l'informateur (qu'il n'avait jamais vu d'ailleurs) juste parce qu'il était sortit de sa monotonie et de ses petites habitudes. Il s'en foutait si les relations entre l'organisation et lui se dégradaient par sa faute. Adrian n'avait qu'à être là et puis c'était tout. Et Shawn n'avait pas à envoyer le mécanicien et informaticien à ses heures perdues à la place. C'était tout.
Malgré ça il était obligé de le faire. Il avait à obéir même si il se disait qu'un peu de résistance passive et trainer un peu sur la route ne changerait rien.
Il avait décidé de prendre des détours.
Pour passer le temps. Il était sortit tôt de sa piaule comme il appelait la pièce où il vivait. Cette pièce dans laquelle il dormait peut-être quoi... deux heures par nuits, dans un lit de camp installé dans un coin, bloqué par des carcasses d'ordinateurs démontés et autres pièces mécaniques.
Une femme aurait jugé que cet endroit était une vraie porcherie... une garçonnière quoi. De toute manière il fallait s'en douter avec Matteo. Les canettes de bière et le cendrier bourré de mégots de cigarettes prêts des claviers ça le connaissait. Ça empestait le tabac froid. Il n'en avait rien à faire.
Du moment qu'il faisait son travail il n'y avait rien à lui reprocher.

C'était d'ailleurs tard dans la journée qu'on lui avait annoncé qu'il devait prendre la place d'Adrian pour le rendez-vous de ce soir.
Vers une heure du matin. Mais quelle idée de faire des rencontre aussi tard.
Surtout que Matt' n'était pas très « frais ». Il avait encore passé une nuit blanche à reconfigurer le système de sécurité de ses ordinateurs et de la Taupe. Comme si c'était pas suffisant, il l'envoyait là-bas. Shawn l'avait convoqué sur le coup des vingt-deux heures histoire que le jeune homme se prépare mentalement à faire autre chose que du pianotage de clavier. Il le briefa quelques instants sur le type d'énergumène qu'il allait rencontrer.
Shawn le qualifiait de « petit chat sauvage ». Matt ne comprenait pas tellement pourquoi il disait ça. De toute façon il verrait bien sur place. C'est pas comme si le terrain n'était pas sa spécialité principale.
Cette mission était hyper simple, malgré le fait qu'il ne la prenne pas trop à cœur, il pris soin de bien préparer ses affaires. Après tout, dans ce milieu, on est jamais trop prudent.

Il avait accepté la mission. Comme si il avait eu le choix.
Le jeune homme rentrait dans sa pièce à lui, pas très enchanté de ce qu'il allait faire quelques heures plus tard. D'un air neutre, il contempla en quel état il avait mis la seul endroit où il logeait. Il rangerait plus tard. La flemme. Il gagna la petite salle de bain qu'on avait mis à sa disposition en enjambant les pièces au sol d'un pas expert et se posta dans le miroir.
Il failli se faire peur lui-même. Il avait une tête de déterré de la Seconde Guerre et ne comptait pas aller rencontrer l'informateur avec une truc pareille.
Il fallait qu'il paraisse clean dès le début. Moins de soupçons sont mis sur le dos de gens à l'apparence propre. Il ne se soucia pas pour l'instant des dégâts sur son visage et alluma l'eau froide de la douche. D'un coup il passa sa tête entière sous le jet d'eau glacé. C'était censé le réveiller d'un coup.
Et ça marchait. Après un soupire mêlé d'un grognement, il ferma le robinet d'un geste nonchalant et attrapa une serviette, s'essuyant les cheveux et le visage rapidement avant de retourner devant le miroir. Bon, c'était déjà mieux. Il n'y avait plus qu'à faire disparaître cette barbe de trois jours qui le grattait. Sans perdre de temps, il attrapa le rasoir, la mousse et entreprit la pénible tache de se raser. Il ne voulait pas perdre de temps.
Il voulait retourner sur ses ordinateurs en attendant minuit et demi. Le quartier pauvre où il avait rendez-vous n'était pas loin, il pourrait faire des détours.
Cependant, pressé de finir de se raser, il ne fit pas assez attention à la pression qu'il y mettait et s'écorcha au niveau du cou. Une belle entaille qui saignait bien. Que demander de plus. Se foutant complètement du picotement occasionné, il finit sa tâche, rinçant le tout avant de regarder au plus près sa blessure.
Se couper en se rasant. Mais qu'est-ce qu'il était con. Il se maudissait d'être aussi maladroit, vraiment.
Sans plus attendre il attrapa un pansement qui trainait dans ce qu'on pouvait (difficilement) qualifier de pharmacie et l'appliqua sur l'entaille. Rha décidément il était vraiment con.

Quelques heures plus tard et après avoir changé son tee-shirt plus très blanc pour un kaki, le jeune sicilien paressait dans les rues malfamées du quartier dit « pauvre ». Il était déjà venu dans ce quartier plusieurs fois, ce n'était pas son passe-temps mais il y allait suffisamment souvent pour connaître le moindre recoins, la moindre ruelle qui pouvait servir de cache pour des trafiquants et autres mafioso.
Regardant ça-et-là, les oreilles aux aguets tout de même. Avec les mains dans les poches il aurait pu paraitre une proie facile mais la dissuasion par l'arme à feu marchait toujours. Et puis on le connaissait par ici, aucune chance qu'on vienne l'emmerder, surtout à une heure du matin.
Il ne faisait pas chaud dans les rues et pourtant il arrivait à se balader librement sans ressentir cette impression de chair de poule qui pourrait prendre n'importe quel humain.
Il regarda un instant sa montre. Bientôt une heure.
Il allait falloir qu'il rejoigne le lieu du rendez-vous si il ne voulait pas avoir à faire avec l'informateur type « chaton » ET à Shawn. Les rues étaient vraiment désertes si on ne prêtait pas attention aux trafiquants et autres vendeurs de drogues qui se cachaient dans l'ombre.
Quelques minutes passèrent avant qu'il n'atteigne la ruelle dans laquelle il avait rendez-vous. Une ruelle comme toute les autres. Il s'enfonça un peu plus entre les murs des immeubles et s'installa, dos et pied au mur, regardant une nouvelle fois sa montre : Une heure moins cinq. Tant mieux. Il était un peu en avance, on aurait pas dit aux premiers abords.
Sentant qu'il devrait encore attendre un moment, il sortit le paquet de cigarettes de sa poche, la porta entre ses fines lèvres et l'alluma d'un geste expert. Son regard se portait vers l'entrée de la ruelle par où il était venu. Il avait espoir que le « chaton » arrive par là directement.
Contrairement à ce qu'on aurait pu penser de lui, il était détendu. Il avait son beretta avec lui si cela tournait au vinaigre de toute manière. Son visage tournait de part et d'autre de la rue. Cela tirait sur le pansement. C'était désagréable mais il s'en foutait.

Il était de nouveau en train d'observer l'endroit par lequel il était arrivé qu'il entendit des pas venir de derrière lui. Se retournant lentement, il se demandait si c'était l'informateur ou un vendeur de crack en tout genre.
Il le dévisagea un instant. Un grand manteau, une capuche qui cachait le visage, le jeune blond aux yeux bleus en avait conclu rapidement qu'il s'agissait plus d'un revendeur que de son rendez-vous. D'un geste désolé, il lui lança calmement, retirant sa clope de la bouche :

« Désolé mec, j'ai pas le temps. J'attends quelqu'un et je ne consomme pas de drogue, donc tu seras gentil d'aller chercher un client autre part. »
Revenir en haut Aller en bas
Ethan G. Owen

avatar

[ INFORMATEUR ]
{ ~ Rape meee ! ♪ ~ }


Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2010
Age : 26
Localisation : dans une de mes planques où dans un café où j'ai mes habitudes
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: 007 is also gonna die ♫ PV Ethan   Jeu 26 Aoû - 9:44

S’il y avait une chose qu’Ethan G. Owen ne supportait pas c’était l’imprévu. Il n’avait rien contre cela quand il ne travaillait pas à la limite si ce n’était pas dangereux c’était amusant. Cela le changeait de son quotidien habituel mais pourtant là pour ne pas faire dans la dentelle, ça l’emmerdait complètement. Il ne supportait que les choses ne se passant selon ses plans parce que cela le mettrait forcément dans l’embarras à un moment ou à un autre. Ils avaient de la chance d’être des clients réguliers et plus ou moins de confiance – si tenté que ce soit possible en ce monde de troubles de trouver quelqu’un qui le fut un temps soit peu- ce qui leur avait sauvé la mise. Il s’était permis une petite exception en précisant qu’ils avaient vraiment intérêt à lui envoyer quelqu’un de bien sinon il pouvait se passer définitivement de sa conversation. Il n’avait pas trop aimé le ton goguenard de son interlocutrice à ce sujet. Elle avait dit d’une voix mielleuse qu’on ne faisait pas plus charmant. Curieusement, il avait cru sentir de l’ironie dans cette voix et cela ne l’avait pas tellement rassuré. Il espérait juste que ce ne soit un attardé mental ou pire peut être un de ces drogués de l’ordinateur qui peuplaient les lieux.

Il s’inquiétait un peu de cela parce qu’on lui avait dit que le gars en question n’était pas préposé à la recherche d’information mais qu’il travaillait plutôt de chez lui. Après, on ne lui avait pas tout raconté en détails. Il semblait évident à tout le monde qu’il ne fallait pas se permettre de raconter des choses trop intéressantes dans l’oreille d’un informateur aussi sérieux soit-il. Il n’en restait pas des hommes pour le moins. Il avait donc rouspété intérieurement mais avait offert au lieu de cela son air le plus sympathique parce qu’honnêtement ça l’avait beaucoup ennuyé mais qu’il avait jugé opportun pour une fois de faire preuve d’une diplomatie hypocrite. Il se souvenait avoir raccroché et avoir eut une brusque envie de passer ses nerfs sur quelque chose. Il s’était calmé rapidement et s’était installé dans son lit pour sombrer dans le sommeil. De toute façon dans cet endroit miteux, il n’y avait strictement rien d’autre à faire. C’était une planque dès plus simples. Un matelas simple et usé jusqu’à la moëlle accompagnée du minimum syndicale autrement dit une prise pour son ordinateur portable et une petite douche. Il n’avait pas de réchaud et n’en avait pas vraiment besoin pour la simple et bonne raison qu’il ne cuisinait jamais. Il prenait la majeure partie de ses repas là où il se trouvait actuellement : dans le café de son seul et unique ami.

C’était un lieu cossu où l’ambiance était toujours teintée d’une certaine cordialité, suffisante pour ne pas être froide mais pas non vulgaire et graveleuse. Là-bas on était juste bien comme chez soi. D’ailleurs les planques qu’il avait n’étaient pas spécialement chaleureuses mais impersonnelles. Il ne se sentait en « famille » qu’ici même si parfois le gérant tentait de se moquer de sa taille. En ces cas-là un regard noir et réfrigérant suffisait à le faire taire. C’était son quotidien, se lever aux aurores pour distribuer des informations à qui en voulait et avait l’argent, se retrouver là à traîner tranquillement discutant avec le patron l’aidant parfois à servir ou occupant les clients qui s’impatientaient. Il apparaissait que lorsqu’il le désirait il pouvait se montrer très charmant avec une facilité déconcertante. Il trouvait cela surprenant et amusant de constater avec quelle facilité il pouvait duper les gens qu’il ne connaissait pas. Il avait un total détachement vis-à-vis de ces étrangers qu’il ne reverrait peut être jamais. Sans doute des restes de son précédent « métier » pensa-t-il avec ironie. Les choses se compliquaient très sensiblement lorsqu’il commençait à savoir un peu plus de choses sur la personne. Il ne savait plus faire semblant, il perdait cette faculté de mentir et manipuler. Il ne pouvait alors que s’énerver tout seul et laisser son visage exprimer ce que sa bouche se refusait à dire. Cela pouvait se révéler embarrassant et de plus cela révélait selon lui d’une perte de contrôle et Ethan détestait ça. Tout comme cette histoire de changer d’informateur, il était énervé pour une simple broutille certes mais il considérait d’un mauvais œil la chose. Il soupira une énième fois devant le boss comme il l’appelait qui lui servit une autre tasse de capuccino histoire de lui arracher un petit sourire et un merci. Il le connaissait suffisamment pour savoir que les mots n’étaient pas de rigueur pour arranger son humeur. L’autre avait sérieusement intérêt à assurer s’il ne voulait pas se faire griffer par le petit chat sauvage qui se trouvait devant lui. Il espérait qu’il ne ferait pas d’impairs.

De son côté, l’informateur ne pouvait s’empêcher de vouloir connaître la tête de son futur client. Il possédait une curiosité maladive qui était un peu une déformation professionnelle un peu un trait de caractère. Cela faisait un long moment déjà qu’il était là. Une image se matérialisa devant lui. Il imaginait déjà son futur client. De grosses binocles orneraient son nez. Il aurait l’air d’un intellectuel coincé forcément, et il paraîtrait avoir oublié de passer par la case adulte. Il resterait des reliquats de traits adolescentins sur lui et il serait chétif parce qu’il passerait ses journées devant un pc en oubliant ses repas. Il savait qu’il caricaturait un peu mais il s’attendait limite à ce que ce dernier ne lui envoie un sms pour lui demander les informations au lieu de lui parler ne face. Il avait ce travers d’extrapoler un peu la situation lorsqu’il était mécontent, il jeta un coup d’œil à sa montre. Il devait se bouger un peu. Il attrapa avec souplesse et rapidité son manteau marron à capuche. Il le revêtit en passant rapidement la portée d’entrée. Heureusement le lieu de rendez-vous n’était pas loin. Il posa comme à son habitude sa capuche de façon à cacher son visage. Il marcha quelques instants avant de se retrouver dans la dite ruelle. Un blond immense y était déjà. Il n’avait pas l’air trop repoussant à regarder en tous les cas mais qu’est-ce qu’il pouvait bien foutre là ? Lui il avait rendez-vous avec un binoclard agoraphobe et intoxiqué à son clavier jusqu’au bout des ongles.

Il allait répliquer lorsque ce dernier prit une mine curieuse en le regardant pour lui lancer une phrase pour le moins étrange.

« Désolé mec, j'ai pas le temps. J'attends quelqu'un et je ne consomme pas de drogue, donc tu seras gentil d'aller chercher un client autre part. »

De quoi ? Il s’était cru où l’autre asperge géante de le confondre avec un vulgaire dealer de drogues. Immédiatement son poil se hérissa heu je veux dire il commença à frémir intérieurement. Non mais sérieusement, il se prenait pour qui l’autre à lui asséner des phrases à la cantonade comme si monsieur allait faire quelque chose de louable dans une ruelle sombre du quartier le plus pauvre de Venise. Il continuait de regarder son visage, en dehors de sa mâchoire carrée et masculine (mais comment il pouvait le détailler tout en étant autant énervé, il se le demandait lui-même) il remarqua un petit pansement sur une de ses joues. A y regarder d’un chouilla plus prêt ce n’était pas assez important pour être autre chose qu’une coupure de rasoir ou autre. La réplique fusa, cinglante comme toujours. Après tout ce gars ne faisait ni parti de son relationnel ni de son professionnel, il n’avait donc pas à se montrer ni avenant ni sérieux.

« En tous cas je n’en vendrais pas à quelqu’un qui est foutu de se couper en se rasant ~ »

Il avait utilisé un ton mielleux presque doucereux. Cela révélait bien son ironie latente tout en sous entendant qu’il n’était pas un vendeur à la sauvette, du moins pas un vendeur de drogues. Il trouvait cela dégradant tout de même non mais plus sérieusement, il se croyait vraiment sorti de la cuisse de Jupiter celui-là.

« Bon je ne sais pas quelle chose particulièrement innocentes tu comptais faire dans cette ruelle mais il s’avère que moi j’attends quelqu’un ici alors si tu pouvais disposer. Ça m’arrangerait un peu. »

Il le congédia d’un geste de main pour lui montrer qu’il n’avait que faire de la raison qui le poussait lui à venir ici dans cette endroit. C’était tout de même bizarre qu’il se soit retrouvé à cette heure indue dans ce dit endroit. Néanmoins, il n’était certainement pas d’humeur à se poser la question ce soir. Il trifouilla dans sa poche pour sortir son téléphone. Il remarqua qu’il était 1 :05 passé. Il faisait quoi l’autre là. Lui n’avait pas envie de passer sa journée là-dessus, il se décida donc à composer le numéro qu’on lui avait fourni en espérant pour l’autre qu’il allait répondre sinon il allait mettre de côté son sérieux pour le houspiller comme il le fait. Cela le fatiguait d’avance mais il serait prêt à le faire. Comme on dit nécessité fait loi. La premier bip du téléphone retentit dans son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: 007 is also gonna die ♫ PV Ethan   Lun 30 Aoû - 2:35

Sérieusement, qu'est-ce qu'il foutait dans un bordel pareil. Un rendez-vous, à 1h du matin, avec un mec qu'il ne connaissait pas, pour une info' qu'il ne connaissait pas. Super quoi. Merci Shawn. Il lui revaudrait ça. Surtout qu'après une nuit blanche, se re-taper du boulot n'était pas trop pour Matt', d'autant plus que Monsieur n'aimait travailler que sur ses ordinateurs.
Le terrain c'était son truc mais aller chercher de l'info (ou du moins payer l'info) à un informateur n'était pas trop dans ses cordes malgré la facilité de la mission qu'on lui avait confié. Informateur d'ailleurs qui mettait un certain temps à arriver sur les lieux.
Le blond avait pour habitude d'être toujours ponctuel, cela ne devait pas être le cas de l'autre. A la place, il avait en face de lui un vulgaire dealer de drogues, qu'il trouvait d'ailleurs trop jeune pour faire ce métier et qui le dévisageait d'un air avenant. Matteo se demandait si vraiment il allait daigner lui répondre. A moins qu'il n'avait pas entendu.

« En tous cas je n’en vendrais pas à quelqu’un qui est foutu de se couper en se rasant ~ »

Connard. C'était le seul mot auquel Matteo pensa à ce moment là. C'était vrai ça. Il ne lui avait pas parlé méchamment et il se permettait d'utiliser de l'ironie, surtout pour une bête coupure de rasoir. Le jeune homme gardait son sang froid.
Normalement, il n'aurait pas hésité à aller lui en coller une. Il était d'humeur magnanime ce soir. Il avait de la chance. Tout ce qu'il se décida à faire était de répondre sur le même ton.

« Oh j'm'en fiche. Moi je n'achèterai pas à quelqu'un qui n'a pas encore de poils au menton. ~ »

Et paf, dans les dents. Matt' aurait encore pu en rajouter en le narguant sur sa taille mais le temps manquait comme lui fit remarquer l'énergumène court sur pattes :

« Bon je ne sais pas quelle chose particulièrement innocentes tu comptais faire dans cette ruelle mais il s’avère que moi j’attends quelqu’un ici alors si tu pouvais disposer. Ça m’arrangerait un peu. »

Non mais sérieusement, il se prenait pour qui pour le congédier de la sorte ? Un boss ? Un patron ? Tout simplement pour un mec qui ne savait pas contre qui il se battait et la défaite cuisante qu'il pouvait essuyer si jamais Matteo s'énervait. Malgré son manteau le jeune homme de la Taupe pouvait très bien distinguer le caractère chétif de l'individu. Il le calcula un instant. Si ils en venaient aux mains, Matt' était sûr de gagner. C'était certain.
Le jeune homme à peine pubère en face de lui serait décalqué au mur en une fraction de seconde pour peu qu'il dépasse les bornes.

« Ce ne sont juste pas tes affaires ce que je fais ici. Et non je ne bougerai pas. Comme si j'allais obéir à un môme comme toi. »

La cigarette arriva à nouveau au contact de ses lèvres. Non content de sa connerie, il se retint de ne pas en lancer une autre à la tronche de ce gamin qui se croyait tout permis. Il ne prêtait plus attention au gamin. Il s'en foutait après tout. Et puis c'est pas comme il allait lui dire ouvertement qu'il attendait un informateur. Un vulgaire dealer de poudre ne devrait pas être apte à savoir ce genre de chose. Son regard se portait à la sortie de la ruelle quand son téléphone vibra dans sa poche. Ah ben enfin. Il allait lui remonter les bretelles à ce gars si il lui avait posé un lapin. Rapidement il se saisit du combiné, autorisa la conversation et le porta à son oreille :

« Pas trop tôt. Tu comptes venir ou me laisser poiroter encore longt.... »

Il n'eut pas le temps de finir sa phase qu'il s'entendait en écho non loin de sa position. Quoi ? Il était déjà là ? Lentement le jeune homme se retourna, remarquant de suite que la personne avec qui il était au téléphone n'était autre que le pseudo-dealer au manteau qui se situait non loin de lui. Il raccrocha d'un geste nonchalant, reposa son portable dans sa poche et s'approcha du jeune homme, assez agacé :

« Très drôle petit malin. Alors comme ça tu bosses ? Étonnant qu'on ne remarque pas tout de suite ta véritable profession, t'es tellement minuscule qu'on croirait que tu viens de sortir de l'école. »

Oui il était méchant. C'était parce qu'il ne portait pas tellement cette mission dans son coeur. En espérant que l'autre allait vite lui donner ce qu'il voulait, qu'il puisse repartir sur ses ordinateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan G. Owen

avatar

[ INFORMATEUR ]
{ ~ Rape meee ! ♪ ~ }


Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2010
Age : 26
Localisation : dans une de mes planques où dans un café où j'ai mes habitudes
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: 007 is also gonna die ♫ PV Ethan   Dim 12 Sep - 8:54

Il ne faisait même plus attention à cette personne qu’il avait immédiatement classé dans la catégorie « asperge stupide » dès qu’elle avait ouvert la bouche. Il ne voulait certainement pas se souvenir que l’autre en plus de le traiter de vulgaire dealeurs de drogues. Ah vraiment, il ne pouvait pas encadrer ces types là en plus : ça vendait la mort en foutant de la poudre aux yeux. C’était pire qu’abject, et cela ne valait sans doute pas la peine qu’il continue d’y penser non plus. Il avait de la chance de ne pas être trop repoussant sinon Ethan l’aurait aligné certainement bien plus sèchement ou plutôt l’aurait pris de haut l’ignorant avec superbe comme un chat juché sur une branche. A la réflexion c’est certainement ce qu’il aurait fait qu’il soit jeune, beau, moche, vieux ou stupide. Cependant ce dernier avait eut immédiatement – comme si c’était inné- le don de l’irriter suffisamment pour qu’il ne soit pas particulièrement agréable par la suite. En un sens, il pourrait très bien lui tirer son chapeau.

« Ce ne sont juste pas tes affaires ce que je fais ici. Et non je ne bougerai pas. Comme si j'allais obéir à un môme comme toi. »

Un môme ? Non mais sérieusement, il sous entendait quoi là ? Il osait supposer qu’il avait un air juvénile ou qu’il était petit ? Peut être bien les deux et c’est ce qui finit de mettre d’énerver le jeune garçon parfois légèrement cyclothymique. Petit un, il avait vingt ans et donc était très certainement loin de l’adolescent ( enfin pas si loin mais qu’à cela ne tienne) mais au grand jamais il n’aurait put tolérer que l’on lui parle de sa taille. Il espérait pour lui s’être trompé parce que sinon c’en était fini de ce grand dadet qui lui faisait face. Il se contenta du regard noir de circonstance et composa le numéro pour appeler ce crétin de geek qui n’était pas ponctuel lui non plus. Définitivement, cette journée allait vraiment de mal en pis.

« Pas trop tôt. Tu comptes venir ou me laisser poiroter encore longt.... »

Et visiblement cela ne faisait qu’empirer plus les secondes passaient…Comment ça ce devait être une blague de très mauvais goût. Il eut envie pendant un moment de cherche où se trouvait les caméras histoire de pouvoir se rassurer en se disant qu’effectivement c’était un coup monté mais visiblement il ne se passait rien de suspect aux alentours. A la limite ils apparaissaient comme les plus suspects du coin. Il continuait de regarder avec surprise le blond géant qui lui aussi visiblement venait de comprendre. Il imita son geste rangeant effectivement son propre outils de communication high-tech.

« C’est amusant pour moi tu ne ressembles pas vraiment à un poireau, j’aurais dit une endive pour le côté stupide ou une asperge pour le côté immense. »

Il avait dit cela sans un seul changement d’expression en conservant le même ton plus ou moins froid bien qu’il ne put s’empêcher finalement d’esquisser un mince sourire en coin. N’empêche il sentait que cela allait être particulièrement difficile. On ne lui avait même pas dit le nom de son interlocuteur et il aurait eut l’air idiot de lui demander. Pour la peine pour le reste de la soirée il le surnommerait l’endive blonde en référence à son crétinisme et à sa couleur de cheveux. C’était tant pis pour lui après tout. Il n’aimait pas particulièrement la vulgarité gratuite, bien sûr il lu iarrivait comme tout le monde de parler comme un charretier lorsqu’il se prenait une porte ou autre mais la plupart du temps ses « insultes » demeuraient pour le moins très imagée.

« Très drôle petit malin. Alors comme ça tu bosses ? Étonnant qu'on ne remarque pas tout de suite ta véritable profession, t'es tellement minuscule qu'on croirait que tu viens de sortir de l'école. »

De quoi !? Non mais ho il allait loin là. On ne se moquait pas impunément de la taille de ( mon bébé >w<) quelqu’un dont on a besoin d’une part. D’autre part, il ne supportait pas tout simplement qu’on se permette de sous entendre qu’il était petit. Il n’était pas minuscule liliputien ou autre. Ok. Il ne mesurait pas 1m95 mais ce n’était pas une raison pour se croire meilleur ou je ne sais quoi. Il se foutait vraiment de sa gueule depuis le début ce stupide informaticien de bas étages. C’était quoi ce travail. Imperceptiblement, il s’était raidi et une légère rougeur sur ces joues montraient que franchement il n’avait pas apprécié le moins du monde. Malheureusement pour l’inconnu qui semblait –il pensait qu’il était le meilleur dans toute cette histoire il en savait pas encore à qui il avait à faire. Il avait beau être un bon informateur il n’en demeurait pas moins versatile et obstiné par moment.


« C’est amusant avec ton air de parfait abruti on se demande comment tu peux travailles là où tu es employé ~ Comme quoi les apparences sont trompeuses. ~D’autre part, si tu penses que la grandeur se mesure à la taille c’est qu’il te reste beaucoup de choses à apprendre sur la vie. ~»

Oui c’était dit avec un ton doucereux mais ce n’était pas pour autant ni très gentil ni très méchant. Cela s’apparentait plus à une réponse, légèrement exagérée à une provocation un peu trop poussée pour les nerfs du jeune garçon. Ce n’était pas sa faute dès qu’on insultait sa taille, il fallait qu’i les mette en colère c’était viscéral. Il n’avait jamais put se faire à l’idée qu’on n’arrête pas de l’associer à cela. Il se sentait diminué par ce genre de remarque et par voix de fait, il lui arrivait facilement d’en être particulièrement vexé. Ah il n’était vraiment pas évident parfois. Même si indirectement et de façon sous-jacente, on pouvait se demander pourquoi il semblait que l’autre arrive plus facilement encore à l’irriter comme s’il trouvait les points sensibles du premier coup. Il n’allait certainement pas s’en sortir aussi facilement qu’avec cette boutade gentillette.


« Je suis désolé j’ai pour habitude de ne pas donner mes informations aux gens que je ne considère pas de confiance même si il paie. Tu diras bonjour de ma part à Adrian. »

Disant ces quelques mots, il se dirigea sans un regard vers la sortie de la ruelle l’ignorant simplement superbement. Il n’allait tout de même pas se montrer gentil avec ce machin, il ne savait même plus comment le qualifier. D’un air particulièrement hautain, comme s’il pouvait regarder de haut quelqu’un de plus grand que lui, il se mit donc en marche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: 007 is also gonna die ♫ PV Ethan   

Revenir en haut Aller en bas
 

007 is also gonna die ♫ PV Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
Corbeilles | HRPG
 ::  Corbeille RPG
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com