AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !

Partagez | 
 

 Ethan G. Owen ( finish =D)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan G. Owen

avatar

[ INFORMATEUR ]
{ ~ Rape meee ! ♪ ~ }


Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2010
Age : 26
Localisation : dans une de mes planques où dans un café où j'ai mes habitudes
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Ethan G. Owen ( finish =D)   Ven 6 Aoû - 10:36

Identity


    Prénom(s) : Ethan G. ( pour Gabriel )
    Nom : Owen
    Surnom : El gatto en référence au fait qu’il est toujours en train de vadrouiller à droite à gauche les oreilles aux aguets.
    Date de Naissance et âge : 17 juin 2180 soit 20 ans ~
    Groupe : civile speranza
    Nationalité : Anglaise
    Manie, habitude, tic : Il a pour habitude d’être toujours méfiant envers tout le monde mais dans le lieu où il vit c’est plutôt normal et basique. Il a une tendance à passer une main dans ces cheveux lorsqu’il est gêné et ce totalement inconsciemment. Néanmoins, il ne rougit pas facilement parce qu’il arrive à garder un visage très neutre. Il prend toujours cette expression lorsqu’il travaille.
    Profession :informateur


Come on ! Let me look at you…


Il n’est pas très grand et c’est la seule chose qui le complexe un peu. En effet, il mesure 1m68 ce qui est loin des standards de la majorité des garçons. Aussi n’apprécie-t-il pas qu’on lui rappelle trop souvent sa taille. Cela le rend hypervexable. Il faut également dire qu’en plus d’être petit il est plutôt maigrichon. Il lui arrive parfois de ne pas manger pendant plusieurs jours. Il faut dire que le métier d’indicateur est plutôt contraignant. Etant donné qu’il est assez habitué, il se doit de changer de planque très régulièrement afin de rester le plus anonyme possible. D’autre part la paie est totalement aléatoire. Il mange rarement à sa faim aussi a-t-il une allure un peu dégingandée. Il parait frêle et gracile et malheureusement pour lui ce n’est pas qu’une impression. Il a effectivement très peu de force physique. Ses muscles saillants et fins sont plutôt taillés pour la course. Ce qui lui permet de courir plutôt vite s’il doit s’enfuir par exemple. Il a l’habitude de se faire le plus discret possible lorsqu’il marche. Aussi arbore-t-il la plupart du temps des vêtements sombres et complètement passe-partout. Il porte un pardessus marron légèrement délavé par le temps et un peu trop grand pour lui. Il préfère porter le plus souvent possible une capuche ou encore un postiche s’il fait chaud parce que son visage est un peu trop connu. Il vaut mieux passer inaperçu. Autrement il ne possède pas de signes distinctifs comme des bijoux piercings et autre colifichets. Il n’a même pas de brûlure juste quelques cicatrices dues à son enfance délicate.

Son physique est assez passe-partout en dehors de ses yeux bleus qui paraissent vous transpercer comme s’il voyait plus loin en vous. On y lit une lueur d’amusement et d’intelligence dedans. Cependant l’un est plus manifeste que l’autre. La couleur se rapproche plus de l’azur du ciel que d’une teinte plus foncée. Leur couleur limpide peut perturber par leur transparence qui donnerait presque l’impression qu’il voit tout. Ce qui est faux même si effectivement il est au courant de tout ce qui se trame de pas net dans cette ville maudite. Des mèches noires indisciplinées encadrent son visage lui tombant parfois dans les yeux. Ses traits sont réguliers et droits. Il n’a pas l’air efféminé malgré ses lèvres plutôt pleines, ce qui le sauve étant donné qu’il est déjà malingre et lilliputien. Cela aurait vraiment été le comble. Un peu plus et on aurait put le prendre pour une fille. Malgré cela l’ovale de son visage est délicat bien que le menton soit légèrement pointu. Son nez est bien dessiné et ses pommettes sont hautes et rosées malgré ses vingt ans révolus. C’est la seule trace un peu enfantine qu’il reste en lui. Il se déplace naturellement avec grâce et souplesse malgré son allure dégingandée : un peu comme un chat de gouttière le ferait. Il se débrouille toujours pour marcher avec discrétion. Il possède la plupart du temps une expression très neutre même s’il n’en pense pas moins intérieurement mais bon il a appris qu’il fallait savoir faire amende honorable surtout lorsqu’on travaille dans une semi-légalité. ( ou plutôt en dehors de la légalité mais bon). Bien qu’il paraisse inoffensif de prime abord il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

Wanna' understand you, my friend...




Ethan a deux facettes bien distinctes même si évidemment tout peut être nuancé. Toutefois on remarque rapidement qu’il ne se comporte pas de la même manière lorsqu’il travaille ou lorsqu’il se détend et qu’il est en confiance. Il ne possède que très peu d’amis. Etant donné que le sens est plutôt restreint chez lui. Il faut d’abord que ces derniers gagnent sa confiance. Ce qui est une chose assez peu aisée car il est de nature particulièrement méfiant et avec un caractère un peu sauvage. Par exemple, il peut lui arriver de vous dire les pires insanités juste parce qu’il ne s’attendait pas à cette réaction de votre part ou encore de balbutier de rougir idiotement sans pouvoir prononcer un mot selon la nature de l’action susmentionnée. Autrement, il pourra chercher à prendre la fuite instinctivement dès qu’il ne se sentira plus à l’aise ou plus à sa place. Il ne ressemble pas qu’à un animal des rues il en a un peu la psychologie. Il cherche absolument à survivre et pour cela il se doit d’être prêt à tout. Il lui est déjà arrivé de faire des choses dont il n’est pas très fier par le passé. Son physique de petit mignon l’aidant dans la tâche. Parallèlement, il prend la fuite dès qu’il peut et préférerait ne pas s’attacher. C’est pour cela qu’il évite de devenir plus qu’ami avec quelqu’un. Dès qu’il sent qu’il perd le contrôle de la situation, il coupe les ponts. D’autant plus qu’avec la personne concernée il lui arrive de faire preuve d’une innocence plutôt impressionnante dans le domaine de la sexualité. Il est parfois très naïf ne comprenant pas ou parfois faisant exprès d’ignorer les sous entendus qui le dérangent parce que sinon il devient rapidement rougeoyant. Inconsciemment il préfère ne pas voir ces derniers particulièrement pour les êtres qui lui paraissent prendre trop de place dans sa vie. Cela ne l’a pas empêché de mener une vie dissolue mais avec les personnes qui sont spéciales pour lui il est totalement différent.

Il ne supporte pas qu’on lui rappelle qu’il est petit ou encore qu’on lui montre qu’on lui est physiquement supérieur. Il a une sainte horreur de perdre le contrôle sur ce qu’il fait ou ce qu’il pense. Ceci fait aussi qu’il n’apprécie pas trop les sentiments lorsque ces derniers viennent s’immiscer dans son esprit. Autrement, il adopte un comportement très particulier lorsqu’il est en train de travailler. Il se débrouille pour conserver toujours un air neutre et sérieux afin de ne pas se permettre de familiarités avec ces clients. Et ce malgré le fait qu’il soit incapable de se retenir d’ouvrir la bouche pour dire quelque chose. C’est le meilleur moyen de se retrouver dans la panade la plus totale le plus rapidement possible. Il se contente donc de donner laconiquement toutes les informations qu’on lui demande tant qu’on le rémunère après parce qu’il sait qu’il lui arrive parfois de vraiment aller trop loin et que ce n’est certainement pas la chose à faire quand on a sa force de marshmallows. Par mesure de sécurité, il a toujours des aiguilles empoisonnées suffisamment bien dosée pour endormir un humain de grande taille. Mieux vaux prévenir que guérir. Autrement, il a particulièrement horreur des armes à feu qu’il trouve sanglante mais également des conflits directs parce qu’il sait que malgré son agilité il ne gagnera pas. Malgré son air innocent et doux, il est un très bon menteur et manipulateur tant qu’on ne touche pas à sa sphère privée. Dès qu’il est un peu proche de quelqu’un il se révèle incapable d’être convaincant et il lui arrive de culpabiliser d’avoir essayé.

Dans son cercle justement, c’est un garçon aimable toujours souriant. Il a toujours une remarque amusante à dire ou encore quelque chose de gentil à faire. Il est serviable et fait partie des personnes de bonne compagnie. Même s’il est d’humeur moyenne il fera tout pour redonner le moral à ses amis si ces derniers ont un coup de blues. C’est un garçon assez gentil une fois qu’on l’a un peu apprivoisé mais le chemin est souvent long vers ce fait. On peut s’appuyer à lui et s’y fier même s’il aime bien taquiner les gens. Ce n’est pas bien méchant souvent de la badinerie pas plus. Cela reste juste de l’enquiquinement parce que faire tourner les gens en bourrique c’est plutôt amusant. Ethan est un garçon qui aime rire et profiter de la vie bien qu’il sait que son existence plus ou moins heureuse ne tient qu’à un fil et l’oblige à faire attention à tout ce qu’il fait. Ainsi même s’il n’est pas plus proche de la mafia que cela il ne fera rien qui pourrait leur déplaire pour éviter de se faire tuer. Son but principal dans la vie : survivre. Malgré ces traits enfantins, il n’en demeure pas très mature lorsqu’il le veut et prêt à réagir rapidement. Il a appris à l’être depuis sa plus tendre enfance.

Ethan apprécie les chats auxquels il compare un sa vie en dilettante. Il est très curieux et ne peut s’empêcher de vouloir tout savoir sur tout le monde, une sorte de déformation professionnelle. Il adore se renseigner et fureter à droite à gauche pour dénicher ce qui peut être susceptible d’intéresser quelqu’un et qu’il puisse le revendre à bon prix. Il n’a pas trop d’états d’âmes de ce côté. L’argent c’est l’argent qu’importe d’où il vient bien qu’il préférerait en gagner par une voix plus nobles. Malheureusement, c’est tout ce qu’il sait faire et puis c’est nettement plus rentable qu’un travail honnête bien qu’il ne possède aucun endroit où se poser réellement. Il fait partie des gens qui ne peuvent pas se fixer de peur de voir des personnes débouler chez lui en plein de la nuit pour le supprimer parce qu’un jour il a dénoncé leur boss par exemple. Il est un peu solitaire dans l’âme parce qu’il juge que cela vaut mieux. Les connaissances qu’il a il ne les côtoient que dans des endroits où il y a une forte population. De plus il se débrouille pour ne pas être reconnaissable. Trop de personnes dangereuses connaissent son visage. Autrement, il aime bien l’indépendance qui lui permet son travail. Il se sent finalement libre et maître de lui-même ce que pendant un temps il a cessé d’être. Il peut faire ce qu’il veut quand il veut même s’il doit prendre ces précautions. Il ne se sépare jamais de son téléphone portable qui lui permet d’être contacté par ses clients. Il est plus ou moins greffé à lui en permanence.

Il n’apprécie pas les personnes qui se moquent trop ouvertement de lui. Cela lui donne l’impression qu’on cherche à le rabaisser pour pouvoir mieux montrer qu’on est supérieur par exemple. Cela est surtout valable si la personne est plus grande. Sachant que déjà il complexe énormément sur sa taille. Il n’apprécie pas les rapports sexuels sans lendemain parce qu’il a mené une vie bien trop dissolue auparavant et qu’il a perdu tout fierté. Néanmoins il concédera à se donner sans trop tergiverser parce qu’il se moque éperdument de ce qui peut arriver à son corps dans ce domaine. Ceci dit son implication dans la chose sera différente selon son envie évidemment. Aussi est-il fort probable qu’on n’obtienne pas grand-chose de sa part par la force à part peut être une splendide étoile de mer. Il est plus ou moins communicatif et actif selon son degré d’intérêt pour la personne. Même s’il peut lui arriver d’être légèrement violent pendant l’acte il ne pétera de côtés à personne promis. De toute manière avec sa force de pingouin manchot c’est fort peu probable. Il peut également se montrer très impulsif si on le provoque parce qu’il est très joueur sur les bords.

Finalement il faut savoir que sa confiance est dure à avoir et facile à perdre. Toutefois le jeu en vaut la chandelle même si
lorsqu’il est fortement attaché il peut se montrer possessif voir jaloux et ce bien qu’il tentera le plus possible de ne rien laisser paraître ou de se montrer un minimum discret. Toutefois on remarque bien vite qu’il a du mal à se contenir dans le domaine du privé et que la moquerie gentillesse peut finir par devenir un sarcasme pas très sympathique. C’est un peu comme s’il défendait sa propriété, son territoire.
And me? And me?


Ce qu'il pense précisément de la Mafia : Il se contre moque des actions de la mafia mais ne les approuve pas non plus. Néanmoins il ne fera strictement rien qui pourrait s’attirer leurs foudres parce qu’après tout il a déjà quelques ennemis de la période où il était contraint et forcé de se prostituer pour un petit groupe annexe et qu’il a été accusé du meurtre de quelqu’un. Toutefois, il a tout de même plus de réticences à servir la mafia parce qu’il sait que c’est la faute du coup d’état si ses deux parents ont finis six pieds sous terre et qu’il s’est retrouvé à devoir se débrouiller tout seul sans personne. Il a entendu parler des taupes de feu mais ne les rejoindra pas parce que cela ne fait pas parti de ces habitudes de prendre partie et de mettre ainsi potentiellement à dos la majorité la plus puissante. Il préfère un semblant de neutralité et puis c’est plus pratique lorsqu’on est informateur. On a accès à plus de sources de renseignements.

A t-il déjà eu affaire à la Mafia : Il y a déjà eut à faire lorsqu’il s’est fait entraîné dans un réseau de prostitution mais ce n’était qu’un groupuscule isolé aussi préfère-t-il ne pas faire de vagues mais est particulièrement intéressés par tout ce qui peut concerner la mafia de prêt ou de loin ce genre d’informations se vendent particulièrement bien. En dehors de cela il n’a à faire qu’à des membres de cette dernière pour donner les renseignements qu’on lui demande. Il sait séparer ses pensées personnelles de son travail. Il fait tout son possible pour éviter de travailler avec eux même s’ils représentent une certaine partie de son business tout de même.
Tell me who you are...


En ces temps troublés personne ne rechignait à profiter du calme qu’offrait le foyer. Et c’était ce qu’était la maison du petit Ethan. Un endroit chaleureux où la bonne humeur régnait même si l’argent manquait. Il n'avait jamais compris pourquoi ses parents anglais étaient partis du pays. Il lui semblait avoir entendu parler de la misère qui était terrible et de la famine qui les avaient obligés à partir vers une autre terre. Ils menaient une vie difficile mais ne rechignaient jamais à la tâche. Ils appartenaient à cette catégorie que l’argent n’avait pas favorisée. Cela les avait rendus travailleurs et déterminés. Sa mère enchainait plusieurs petits boulots dans divers petits restaurants du coin. Son père était un ouvrier. Tous les deux se saignaient à blanc pour pouvoir mener une vie décente mais ce n’était jamais facile de joindre les deux bouts. Dès très jeune, il fut habitué à se contenter du strict minimum pour vivre. Aussi était-il content s’il avait un toit, à manger et de quoi se vêtir convenablement. Jamais il n’aurait demandé un gadget hi-tech hors de prix ou quelque chose qui y ressembla parce qu’il n’en voyait tout simplement pas l’utilité. D’autre part ses géniteurs lui avaient inculqués d’autres valeurs plus morales. Il partait du principe que s’il n’en voyait pas l’utilité cela n’en possédait aucune. Tout allait pour le mieux parce que malgré la fatigue visible de ses parents et leurs mines loin d’être radieuses et reposées. Néanmoins, il ne se plaignait pas de la situation car pour eux c’était important que leur fils ne manque de rien.

Ils avaient toujours une pensée pour lui dès que le cœur leur manquait parce qu’il était leur raison de vivre et de se lever le matin. Ils imaginaient son visage rayonnant et son sourire d’enfant et la force leur revenaient. Il faisait partie de leur principale motivation. Devant lui ils parvenaient toujours à garder un visage serein et ce même si la situation n’allait pas en s’améliorant. La mafia prenait une ampleur terrifiante. La ville entière revêtait le costume rouge sang de cette menace. Le gouvernement semblait particulièrement dépassé et cela se ressentait partout. Il était impossible de faire un pas quelques parts sans se retrouver face à un membre de cette terrible organisation. Telle un virus tout avait été vampirisé par cette cruelle association. Avant même le coup d’état il paraissait évident que le moindre soulèvement et tout partirait a volo. C’était devenu nettement plus évident avec la montée en flèches des agressions et des règlements de compte en pleine ville. A croire que quelques parts un dieu s’amusait à torturer les humains de cet endroit le transformant en succursale de l’enfer.

La tension grimpait et le jeune garçon alors âgé de dix ans sentait que quelque chose ne tournait pas rond. L’ambiance dans la maison avait changé. Elle s’était teinté d’une peur sourde et particulièrement insidieuse. Personne n’en parlait mais parallèlement tous le ressentaient. L’enfant en particulier dont les sautes d’humeur de ses parents ne faisaient que l’alarmer davantage. L’école venait tout juste de fermer pour une raison qu’il ne connaissait pas et il se retrouvait de longues heures durant tout seul avec pour seule compagnie les araignées qui peuplaient la petit maison. Il avait déjà arpenté les coins et les recoins de l’endroit sachant parfaitement où se trouvaient la moindre fissure et même les trous de souris. Il s’ennuyait ferme ces derniers temps. Il n’avait même plus le droit de sortir. Et pourtant ces explosions il aurait aimé savoir d’où elle venait tout de même. C’était assez désagréable pour son âme de curieux de ne pas pouvoir regarder. Bien loin cependant sa conscience lui disait qu’il était très bien là, qu’il était en sécurité. Enfin essayez de faire écouter sa conscience à un enfant de dix ans.

Il n’avait pas vu son père depuis près de trois jours. Ce dernier était semblait-il tellement accaparé par des chantiers qu’il ne trouvait pas le temps de rentrer. Sa mère arrivait souvent si tard que le petit dormait déjà et repartait si tôt qu’il ne la croisait même pas. C’était difficile pour lui, il fallait qu’il se fasse à manger tout seul et qu’il s’occupe de lui comme plus personne ne semblait en mesure de le faire. Toutefois, il avait pris l’habitude de se servir des ustensiles de cuisine basiques et arrivaient à se faire à manger des choses simples et nourrissantes. Tous les matins, il passait dans la chambre de ses parents pour voir si les affaires avaient bougés. C’était sa manière à lui de savoir si sa mère était bien rentrée. Il se dirigea donc ce matin comme tous les autres vers le lit parental. Il commença à regarder un peu dans la pièce. Le lit était fait, et rien ne paraissait avoir été touché. Les vêtements pour le lendemain toujours à la même place. L’endroit semblait ne pas avoir été visité. Il commença à s’inquiéter et chercha partout des traces de la présence de sa mère. Il savait qu’elle faisait toujours la vaisselle du soir précédent le lendemain de telle sorte qu’il en trainait toujours un peu. Il courut vers la cuisine pour ne rien trouver.

Farouchement déterminé à vérifier cette supposition qu’il ne pouvait croire, il décida de ne pas dormir cette nuit-là. Il s’installa le plus inconfortablement possible restant debout le plus souvent possible. Il luttait contre son envie grandissante de fermer les yeux. Il était déjà une h du matin et personne n’était là. Finalement il s’endormit sans prévenir. Il se réveilla quelques heures plus tard. Courant vers la chambre, il remarque l’absence de ce qu’il cherchait. Il s’avéra que personne ne revint cette nuit. Finalement au petit matin, il croisa son père qui passait en coup de vent. Le pauvre avait une mine de zombie qu’on venait de déterrer. Il regarda son fils qui le scrutait de ses yeux bleux translucides. Sans crier gare il fondit en larmes lui expliquant que sa mère avait pris une balle perdue pendant un affrontement et que jamais elle ne reviendrait.
La nouvelle fut comme un coup de poing, il se retrouvait seul avec son père et sentait bien que ce dernier était aussi malheureux que les pierres. Lui-même du haut de son âge n’arrivait même plus à sourire. Il avait tellement pleurer que les larmes avaient fini par se tarir et qu’un silence stupéfait l’avait remplacé. Son père était obsédé par son travail et ne revenait presque jamais. Dehors les cris s’étaient amplifiés au fils du temps. On percevait particulièrement des coups de feu et des explosions. On mettait la ville à feu et à sang. Il avait vaguement entendu parler d’un coup d’état mais n’avait bien compris de quoi il s’agissait que quelques années plus tard. Il avait en effet eut assez peu d’informations et même en étant intelligent ce n’était pas facile de reconstruire un puzzle où il manquait les pièces principales. Un matin en se levant, il entendit une étrange conversation.

« Oui, oui je le ferais. Mais je.. hum il me faut du temps. »

C’était la voix de son père mais de quoi pouvait-il bien parler. Il constata que sa voix était teintée de peur. Il paraissait sur le point de suffoquer.

«  Le problème c’est que tu n’as pas de temps. Il me semble que tu as un très mignon petit garçon. Ce serait dommage qu’il aille apprendre la natation dans le lagon non ? »

Il devina plus qu’il ne vit l’air sadique qui se dessina sur les lèvres de l’autre. Son ton le faisait frémir et inconsciemment il sentit le danger qui émanait de cet homme.

"  Très bien je le ferais ce soir" dit-il résolu.

L’autre ne répondit pas, le jeune garçon supposa qu’il acquiesçait muettement. Il imaginait également un sourire malsain se dessiner sur ses lèvres. Son père partit à la suite de l’homme. Ce fut la dernière fois qu’il le vit, apparemment il avait été forcé de participer à un cambriolage entant que chauffeur et avait pris un coup de poignard alors qu’il s’enfuyait. Comme il n’y avait pas d’hôpitaux à proximité, il était décédé d’une banale hémorragie externe. Il avait appris ça en se promenant dans une rue. Dès ses douze ans, il avait pris cette habitude de marcher telle une ombre afin de ne pas se faire remarquer et d’écouter ce qui pouvait être intéressant. Il réalisa qu’il était totalement livré à lui-même dans cette ville hostile. Il savait d’instinct qu’il ne fallait faire confiance à personne ici bas.

Il passa les trois années suivantes à voler dans les poches des gens de quoi se nourrir. Il n’y avait aucun autre moyen pour lui de gagner de l’argent. Certes c’était mal de détrousser des gens qu’il ne connaissait pas mais à son sens c’était toujours mieux que de vendre des armes à feu ou de la drogue. De toute manière un enfant de son âge n’aurait pas été pris au sérieux. Il dut grandir particulièrement vite et faire preuve de beaucoup d’ingéniosité pour pouvoir ne pas se faire manger dans ce monde remplie de personnes mal intentionnées. Il apprit à ne pas avoir de scrupules parce que personne n’en auraient pour lui. Il eut la cruelle sensation de n’être plus qu’une machine et de ne mener qu’une existence vide et automatique. C’est à cette époque qu’il devint particulièrement méfiant.

Un matin, lors de sa 15ème année.

«  Hey petit ! Petit ! »

Ses mains se crispèrent, il n’aimait vraiment pas qu’on l’appelle comme cela. Il ne pouvait s’empêcher de se dire que l’on se moquait de sa taille qui restait assez petite tout de même. Il ignora celui qui l’avait alpagué parce que sinon il aurait été capable de s’énerver et de l’invectiver. Ce qui était une très mauvaise idée dans une ville entièrement dirigée par la mafia. On ne savait pas qui on pouvait rencontrer. L’homme finit par poser sa main sur son épaule. Il lui expliqua alors qu’il trouvait qu’il avait un très joli visage et qu’avec son physique il pourrait avoir une occupation très rentable, nettement plus que tout ce qu’il faisait maintenant. Le jeune adolescent sentait venir le coup fourré mais ne dit rien pour le moment le laissant débiter son blabla en tendant tout de même l’oreille. Cependant il avait appris que ce qui se monnayait cher était lourd à sacrifier. Après quelques minutes de discussions il crut comprendre ce que l’autre attendait de lui. Il préféra accélérer le pas pour s’en aller mais il avait déjà perdu bien trop de temps. Il le compris quand il sentit deux mains l’enserrer de par et d’autres et qu’il perdit connaissance. Il se réveilla alangui sur un lit en caleçon attaché et incapable de bouger.

Sa tête était lourde et aucun des membres ne semblait vouloir bouger. Il paniquait ses yeux bougeaient de part et d’autres pendant qu’une partie de lui s’en voulait de s’être fait si stupidement avoir. Comment n’avait-il pas vu ce subterfuge. La porte grinça dans un bruit sinistre et un homme gros et ventripotent s’approcha de lui. Rien , toujours rien il suppliait son corps de devenir moins lourd mais ce dernier restait comme stoïque. On l’avait drogué, il n’y avait rien de plus certain. Ce fut ainsi que se passa son premier rapport sexuel. Il avait beaucoup crié en sentant la douleur qui s’insinuait en lui alors que l’autre ne prenait vraiment pas de gants. Il y allait avec tant de violence que parfois sa tête buttait contre le mur derrière le lit. Finalement il perdit connaissance.

Il se réveilla le lendemain avec une sensation de douleur cuisante et un mal de crâne insupportable. Il avait la sensation qu’un avion vrombissait dans sa tête. Il se souvenait de ce qu’il s’était passé. Une moue d’écœurement se peignait sur son visage tandis qu’une fois de plus la porte s’ouvrait et qu’on lui injectait quelque chose dans le bras. Ce jour-là fut différent des premiers. Au début, c’était toujours le même homme qui venait une fois par jour. Là ce fut plusieurs personnes qui passèrent les uns après les autres et il ne pouvait rien faire si ce n’est endurer en silence car on avait pris soin de placer un bâillon autour de sa bouche. Dans ces cas-là il fermait les yeux attendant que cela passe. Quitte à le droguer, ils auraient tout de même put ajouter un anti-douleur non ? Apparemment son bien être ne devait pas être la première chose qui les intéressaient. Ceci dura plusieurs semaines, il arrivait maintenant à être parfaitement détaché. Il avait rapidement perdu toute notion du temps qui passait. Une fois dans la journée quelqu’un passait pour vérifier qu’il n’allait pas mourir de faim.

Il se sentait comme un animal en cage mais il avait curieusement pris l’habitude cette situation. Il se considérait exactement comme l’on voulait qu’il se considère : une vulgaire chose. Il n’arrivait même plus à se souvenir de ce qu’il faisait avant. Il avait crée une sorte de mur protecteur entre lui et la réalité de manière à ne pas en ressortir totalement traumatisé de cet épisode qu’il espérait temporaire. Les jours défilaient se ressemblant les uns les autres puis ce fut les mois. Il n’était plus attaché, il n’avait même plus la volonté de fuir. Il était là totalement soumis ne bougeant même plus. Il n’y avait plus besoin de l’attacher ou quoi que ce soit d’autre. Il était parfaitement soumis et conditionner. Il s’allongeait repartait et touchait sa part de l’argent.

Il avait perdu toute volonté de se battre, tout orgueil. Il voyait son corps comme un outil rien de plus. Il ne se considérait même plus comme humain, se contentant de faire ce qu’on attendait de lui. Enfin tout ça c’était jusqu’à ce qu’il arrive. C’était un membre important de la mafia mais c’était le seul qui était gentil avec lui. Il se contentait de coucher avec lui sans le frapper ou lui faire des marques bizarres. Il lui disait toujours qu’il était désolé que c’était plus fort que lui, qu’il avait besoin de posséder mais qu’il arriverait à le faire sortir de là. Ethan le regardait sans grand espoir parce que les belles promesses il avait fini par trouver que c’était totalement bidon. Toutefois, il devait remarquer que c’était son seul client, comme si tous les autres avaient brusquement disparu. D’autre part il le réquisitionnait toute la journée pour lui parler. Un matin alors qu’il avait fini ce pourquoi il était payé et avait récupéré l’argent, il était parti comme d’habitude pour retourner de là où il venait.

En revenant là où il dormait avec les autres victimes du trafic, il s’était fait sauvagement frappé sans comprendre le moins du monde ce qui lui arrivait. Il fut ensuite laissé pour mort dans une ruelle. Il ne comprenait pas vraiment, il commença alors à fureter auprès des contacts qu’il avait pour découvrir que son client avait été découvert assassiné sauvagement dans la chambre où il l’avait vu dormant la dernière fois. Pour tous, il passait pour le coupable. Il marchait en titubant légèrement, tout le monde le traitait comme un paria. Une seule personne l’accueillit chez lui. C’était un petit patron de café, l’un des seuls encore presque honnête dans ce monde pervertit. Il l’avait recueilli et caché le temps qu’il pouvait des membres mafieux qui voulaient sa peau le pensant responsable de la mort de leur boss. Il avait fallut qu’il pense rapidement à une reconversion, ayant déjà quelqu’un contact et l’habitude de se renseigner il devient progressivement un informateur très utile pour les membres de la mafia mais également pour les autres. Il est passé maître dans l’art d’échapper aux problèmes même s’il sait qu’il n’est pas très fort physiquement il connait les points sensibles du corps humains. Ceux où la précision suffit à immobiliser quelqu’un mais il ne l’utilise qu’en cas de force majeure. Il sait se faufiler dans la masse et éviter les ennuis de quelques mafieux teigneux qui le pensent vraiment responsables. Cependant ce sont loin d’être les plus malins aussi il lui suffit d’avoir quelques planques aux quatre coins de la ville pour éviter d’être découvert même si la plupart du temps il est fourré avec le tenancier du café à discuter de choses et d’autres.

And... you?


      Votre pseudo :
      Age, sexe : 18 ans. I’m a girl 8]
      Avatar de votre personnage :Sais pas._.
      Comment avez-vous connu le forum ? de partenariats en partenariats
      Qu'aimez-vous/Détestez-vous dedans ? Le graphisme à la fois épuré et soigné ainsi que le contexte.
      Autres ? vu par Amy
      j'ai fait ce que j'ai pu pour que ma présentation soit pas horrible u_u mais c'est un peu bizarre quand même u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Allesandreli

avatar

[ MULTI-FONCTION ]
{ ~ Oh, un sachet blanc, du sucre! ♥ ~ }


Messages : 244
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 25
Localisation : Lost
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Ethan G. Owen ( finish =D)   Sam 7 Aoû - 0:50

Ooh, un informateur ♥

Et puis voilà, j'ai beaucoup aimé ton histoire et que voilà, tout est parfait

Validé ~> Civile speranza

Amuse toi bien !

______________________________________________________


Elle le suivrait jusqu'en enfer
Et même l'enfer c'est pas grand chose
À côté d'être seule sur terre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ethan G. Owen ( finish =D)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
To start as well as everyone
 :: Tell me who you are ! :: Fiches validées
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit