AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !

Partagez | 
 

 Helene, un poisson pas comme les autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Helene, un poisson pas comme les autres...   Sam 24 Avr - 22:02

Identity



      Prénom(s) : Helene. Juste Helene.
      Nom : Sogno. « Rêve ». Pourtant, sa vie n’a rien d’un rêve.
      Date de Naissance et âge : « Le 22 mars 2183 mon capitaine ! EEEH d’où tu me demandes mon âge ?! Nan, je t’ai rien dit du tout, j’ai pas 17 ans !! … O___O t’es devin ? »
      Groupe : Scapins dannati. Soci Del Diavolo
      Nationalité : Italienne.
      Manie, habitude, tic : « … Porter un short sous sa jupe, ça compte ? »


Come on ! Let me look at you…


    Il faisait nuit. Vous marchiez dans la rue, l’air de rien, et vous avez croisé une jeune fille. Une jeune fille pourtant ordinaire, mais vous n’arriviez pas à détacher vos yeux d’elle. Elle vous regardait aussi, ses pupilles noisettes brillant à la lueur des poteaux électriques. Vous aviez l’impression qu’elle débordait de charisme, ses cheveux châtains clairs volant autour de son visage effronté. Ce qui vous a le plus marqué, ce sont ses yeux volontaires, comme des yeux de lionne.

    Puis cette impression s’est évanouie. Elle ne vous regardait plus, elle semblait un peu déçue. Vous aussi, vous étiez un peu déçu, elle n’était en réalité qu’une jeune fille ordinaire. Ni belle, ni moche, ni grosse, ni maigre. Au niveau de la poitrine, c’était plutôt pas mal, mais pas de quoi attirer les regards. On voyait bien qu’elle faisait attention à son physique, elle devait bien passer plusieurs heures devant son miroir pour se maquiller et se coiffer tout en restant naturelle. Vous ne compreniez vraiment pas les filles… Elle est passée à côté de vous et vous avez fixé son uniforme de lycéenne dont la jupe plissée ondulait derrière elle. Elle avait l’air pressée, vous n’avez pas pût vous empêcher de la suivre…

    Elle vous a donné du fil à retordre la petite, vous aviez l’impression qu’elle faisait exprès de prendre les plus petites ruelles possibles. Elle a finalement passé une porte, et vous êtes resté figé sur place. Les toilettes pour dames. Demoiselles en l’occurrence. Vous avez grommelé, puis décidé de l’attendre caché derrière un mur.

    Plus d’une heure après, elle est finalement sortie. Vous avez bien failli ne pas la reconnaître, il faut dire qu’elle était presque métamorphosée. Elle avait attaché ses cheveux en un chignon lâche et avait troqué son banal uniforme (dont la manche dépassait encore de son sac) contre une robe noire qui mettait ses formes en valeur. Elle avait de nouveau cet air volontaire, pas la moindre trace de honte ou de gêne. Les filles de cet âge ont souvent des complexes. Par exemple, elle avait les hanches un peu trop marquées et des épaules plutôt larges pour une jeune fille… Mais elle paraissait si sûre d’elle qu’on ne le remarquait qu’après l’avoir fixé longuement du regard à la recherche de ses défauts.

    Elle recommença à marcher, plus lentement cette fois, jusqu’à arriver devant un immense bâtiment dont elle poussa la porte. Après une seconde d’hésitation, vous êtes entré à sa suite…


Wanna' understand you, my friend...


    Il y avait beaucoup de monde dans la salle, une réception peut-être ? La jeune fille avança, se frayant un chemin à travers la foule, comme si de rien n’était. Elle semblait chercher quelqu’un, les autres n’avaient pas d’importance. Comme un trappeur à la recherche de sa proie… Cette pensée vous fit froid dans le dos. Elle sembla enfin avoir trouvé la personne qu’elle cherchait. Elle s’approcha en souriant d’un vieil homme qui semblait avoir englouti des hamburgers tous les jours depuis dix ans et, sans même laisser paraître la moindre once de dégoût, l’attrapa par le bras en riant. Ils commencèrent à parler de manière animée, le vieil homme lui lançant des regards lubriques qui ne lui faisait ni chaud ni froid.

    Elle finit par tourner les talons sans prévenir. Le vieil homme resta comme deux ronds de flan, comme assommé par la nouvelle qu’elle venait de lui glisser à l’oreille puis pris ses jambes à son cou. Vous avez crût déceler un sourire satisfait sur le visage de la jeune fille avant qu’elle ne disparaisse dans la marée humaine. Vous avez lâché un juron avant de tenter de la poursuivre mais quelqu’un vous plaqua un pistolet contre la tempe avant que vous n’aillez le temps de faire un pas. Un vieux modèle, datant de plusieurs générations…

    Vous avez soupiré, vous saviez qu’Elle était passée derrière vous, sans même que vous ne vous en rendiez compte.

    « Bon, maintenant tu vas me dire POURQUOI tu me suivais depuis tout ce temps ok, gros vicelard ?! »

    Cette voix glaciale, vous ne vous attendiez pas à l’entendre sortir de la bouche d’une jeune fille. De sa main libre, elle fouilla dans votre poche et en ressortit une tablette numérique. Après avoir tapé le code que vous lui aviez gentiment donné, elle regarda les dossiers attentivement. Jusqu’à tomber sur ce qu’elle cherchait. SON dossier. Des photos, des vidéos, des notes sur ce qu’elle faisait à telle heure… Oui, vous saviez déjà tout. Helene Sogno, dix-sept ans, née en Italie de parents italiens, de plus en plus distante avec sa famille et ses amis, et pour cause, mafieuse depuis quelques années, aimant manger des yaourts arôme fraise bien que tout le monde dise que c’est moins bon que les vrais, détestant les pervers, ayant le coup de pied facile et la gâchette aussi… Vous avez souri nerveusement tandis qu’à votre oreille, elle murmurait :

    « Les gros poissons mangent les petits… »

    Dans ce monde, il n’y a pas de place pour les faibles. Vous avez fermé les yeux. Elle pressa la détente. Sans aucune hésitation.


Let me K I L L you ♥

    Spécialité : La séduction (ya beaucoup de lolicoms en Italie, faut pas croire) et le tir.
    Armes qu'il possède : Un simple pistolet. Vieux, utilisé maintes et maintes fois par plusieurs générations. N’a jamais faillit à sa tâche, alors elle le garde. Elle cache plusieurs lames rétractables dans ses affaires, dont une insérée dans son bras droit. Pratique pour agir dans l’urgence.
    Ces conditions d'entrée dans la Mafia. : Son oncle lui a fait découvrir ce monde alors qu’elle n’avait que huit ans. Elle a vite compris qu’elle ne devait plus être faible.


Tell me who you are...





C’était une belle matinée d’été. Sur le chemin pour rentrer de l’école, Helene rencontra son oncle pour la première fois. Elle ne savait pas qui était cet homme aux cheveux noirs qui la regardait avec cet air si gentil. Il était venu lui parler, comme ça, et elle l’avait suivi jusque chez lui. Sa maman lui avait pourtant dit qu’elle ne devait pas suivre les inconnus, mais elle n’avait que huit ans et cet homme avait trouvé les mots pour qu’elle le suive.

Il la fit s’asseoir à table et lui offrit un bol de chocolat qu’elle n’osa tout d’abord pas toucher. Pourtant elle aimait bien le chocolat, c’était plutôt rare d’en trouver en ce moment, mais elle regardait cet homme sans bouger. Elle attendait qu’il parle. La façon dont il lui annonça qu’il était son oncle lui rappela un très vieux film que son père lui avait fait voir. Sauf que le mot « père » avait été remplacé par « oncle ». Il ne lui posa aucune question sur elle. Il savait déjà tout, et elle s’en émerveilla. Elle n’avait jamais trop aimé parler d’elle, ce n’était pas intéressant du tout. Elle préférait écouter. Il lui parla de voyages qu’il avait fait, de ses aventures où il avait failli perdre la vie…

Il faisait presque nuit lorsqu’il la raccompagna jusqu’au chemin qu’elle avait quitté quelques heures auparavant. Il lui dit « au revoir » et « à demain ». Lorsqu’elle rentra chez elle, ses parents la grondèrent mais elle leur dit qu’elle était allée chez son amie. Ils ne devaient pas savoir. C’était leur secret.

_______________




Après ce jour, elle alla souvent chez son oncle. Elle ne savait même pas comment il s’appelait, il disait s’appeler Jude… Mais il était italien alors ce n’était sûrement pas son vrai nom. Elle ne dormait plus très bien la nuit, elle ne cessait de se poser des questions sur lui, sur ce qu’ils allaient faire le lendemain. De temps en temps, il lui prêtait son pistolet et lui montrait comment s’en servir. La première fois, elle avait eu peur et n’osait plus y toucher. Mais il avait soupiré en disant qu’il aurait dû se douter qu’elle ne serait pas encore prête, alors ça l’avait énervé. Elle avait empoigné l’arme à deux mains et avait tiré dans la bouteille en verre à l’autre bout du jardin. Les mains tremblantes, elle l’avait laissée tomber par terre et Oncle Jude lui avait sourit. Il lui avait passé sa main dans les cheveux comme pour la féliciter et elle s’était sentie mal. Elle était tombée dans le piège d’Oncle Jude, et elle se promit que ça n’arriverait plus. Une promesse qu’elle ne tiendra jamais.

_______________




« … Tu as déjà eu un copain ? »

La petite fille de douze ans leva la tête de ses cahiers et regarda l’Oncle Jude d’un air étonné. De quoi pouvait-il bien parler ? Elle était une fille, les filles ont plutôt des copines en général, non ? Les garçons, c’était tous des nuls de toute façon, ils pensaient toujours être les plus forts même quand elle les battait à plate couture…

« Euuuh, nan, mais j’ai ma meilleure amie. Elle s’appelle Vanessa et elle est trop collante en ce moment, elle fait chier ! Elle dit qu’elle me voit de moins en moins et qu’elle est triste, elle est trop bête ! Elle sert trop à rien, je sais même pas pourquoi je rest… »

« Ce que tu peux être stupide. »

Elle était blessée. Comment pouvait-il dire cela tout en rinçant la vaisselle ?! Les larmes lui montèrent aux yeux. C’était ses affaires, et puis c’était de sa faute d’abord ! À cause de lui, elle ne pensait qu’à leur secret et elle se fichait du reste… Mais, d’après lui, elle s’était trompée. Elle l’avait déçu. Elle qui ne vivait que pour lui, elle l’avait déçu. Elle pris ses jambes entre ses bras, elle avait le cœur gros et les lèvres qui tremblaient.

« Tu ne dois pas t’éloigner de tes amis, ils te seront forcément utiles à un moment ou à un autre. Tu dois trouver des personnes qui te soient UTILES, tu comprends ? Garde toujours ton but à l’esprit et marche droit. Ceux qui te barrent la route, supprime-les. »

Il ôta le pistolet de sa ceinture et le posa sur la table devant elle. Puis il sortit, laissant la porte ouverte. Il lui arrivait souvent de sortir en la laissant seule. Il ne revenait jamais avant qu’elle ne soit partie, il la laissait réfléchir. Alors elle réfléchit. Le lendemain, elle s’occupait de sa côte de popularité, se réconciliait avec sa meilleure amie et se dégotait son premier copain. Influençable, vous dites ?

_______________




Allongée dans l’herbe, Helene rêvassait. À ses côtés, sa pseudo meilleure amie parlait dans le vide, elle se contentait de quelques « hm » de temps en temps. Elle regarda ses lèvres bouger, et elle se dit qu’elle devait faire de la gym pour lèvres. Non, elle n’était pas du tout en train de lui parler, pour quoi faire ? Elle finit par se lasser et regarda le ciel. Étrangement, il était presque bleu. Les gesticulations de Vanessa l’agaçaient, si bien qu’elle sortit de sa rêverie en fronçant les sourcils.

« Helene ? Helene ?! Tu m’écoutes ?!! »

« Non. »

Elle se releva brusquement et déposa ses lèvres sur les siennes pour l’empêcher de répliquer. Elles avaient un goût d’orange. Elle détestait l’orange. Elle s’écarta rapidement pour éviter la main qui fondait droit sur elle. Vanessa se leva, les larmes aux yeux.

« Mais… Pourquoi t’as fait ça ?! »

Tout sourire, elle lui répondit :

« Pour voir. T’as jamais voulu essayer ? »

Et elle retourna à son observation du ciel. Elle leva la main, comme pour attraper un bout de ce bleu parsemant l’éther tandis que Vanessa se joignait à elle en silence. Au moins, elle se taisait. Elle sourit. Quand elle se taisait, elle en venait presque à l’apprécier.

« Vanessa ? … Tu es peut-être bête mais je t’aime bien <3 »

_______________




En marchant vers la maison de l’Oncle Jude en chantonnant en rythme avec sa musique, Helene était satisfaite. Elle avait appris que trois autres garçons l’avaient remarquée et elle s’était encore améliorée au tir. Elle avait hâte de lui faire partager ces bonnes nouvelles, il la féliciterait sûrement. Elle regarda le chemin et décida, en enlevant ses écouteurs, de courir jusque chez lui, ça ne lui ferait que plus d’exercice. Dans un cri guerrier, elle se lança dans la pente. Les immeubles défilaient devant elle, les gens qu’elle tentait d’éviter aussi. Elle riait. Puis quelqu’un l’appela. Vanessa. Pourquoi pleurait-elle ?

« Ah, c’est encore ton copain ? Un conseil, laisse-le tomber, tu seras bien mieux avec moi ! Hahaha !»

Elle était de bonne humeur, pourquoi pas elle ? Vanessa commença à rire aussi au bout du fil. Elles parlèrent encore un moment, jusqu’à ce qu’Helene raccroche brusquement.

« … La… porte. »

Elle commença à courir partout dans la maison dévastée de l’Oncle Jude. Bien sûr, aucune trace de lui. Jamais Ils n’auraient laissé le corps à sa place. L’Oncle Jude lui parlait souvent d’Eux. Lui-même ne savait pas qui Ils étaient, Ils auraient pût être n’importe qui. Dans ce qui était la cuisine, elle remit la table sur pied et s’assit sur une chaise, comme elle l’avait fait alors qu’elle était si petite… Elle ne resterait pas longtemps, l’Oncle Jude lui aurait dit de partir avant que quelqu’un ne la retrouve, mais elle ne pouvait pas partir comme cela. Sinon, elle n’arriverait jamais à tourner la page.

« L’Oncle Jude ne sera plus jamais là pour toi… »

Elle se souvint d’un jour, elle lui avait demandé comment il faisait pour obtenir tout ce qu’il voulait d’elle. Il lui avait sourit, avec ce sourire narquois qu’il arborait si souvent, et lui avait dit qu’elle n’était pas la seule à se faire embobiner. Mais il n’avait pas répondu à sa question. Maintenant elle savait. Les mots, l’apparence, l’attitude. Il était un piège, tout en lui était creux, faux, construit de toutes pièces. S’il avait pris contact avec elle, ce n’était pas pour rien, il y avait forcément une raison. Elle devait lui être utile. S’il était encore vivant, elle devait le retrouver. S’il était… mort, elle devait le venger. Son atout : la séduction. Elle se leva, une flamme nouvelle brillant dans ses yeux. La détermination.

« C’est parti. »

_______________




« WOUUUUUUHOUUUUUU !!! »

« … Vanessa calme-toi. »

Helene tournait sans cesse la tête vers le gros baraqué à l’autre bout du bar. Et Vanessa lui compliquait la tâche… Mais, si elle était venue seule, elle se serait fait remarquée. Elle avait commandé plusieurs verres d’alcools divers et variés pour Vanessa dans l’espoir qu’elle s’écroule sur la table en quelques secondes mais rien n’y faisait. Elle tenait malheureusement plutôt bien l’alcool. Celle-ci la prit par les épaules, son haleine venant chatouiller le nez d’Helene.

« Baaah quoi ? Jme sens parfai-tement bien !! Je-je croyais que t’étais venue pour faire la fête moi ! °^° »

Et elle tomba sur la table la tête la première dans un CLONG retentissant. La jeune mafieuse se dégagea de son emprise en soupirant avant de se diriger vers l’homme-qui-savait-peut-être-quelque-chose. Elle l’espérait tout du moins, sinon elle aurait fait des recherches sur lui pour rien. En dehors de ses recherches sur les causes du décès de l’Oncle Jude, l’adolescente faisait passer des messages, souvent de menace, sans que personne ne sache qui elle était. Elle trouvait ça drôle, ça lui correspondait parfaitement. L’Oncle Jude serait fier d’elle.

« Mon… monsieur ? Je vous dérange ? »

Jouer les candides jeunes filles, voilà un rôle qu’elle connaissait par cœur. Les gorilles fondent pour ce type de personnage, elle n’eût qu’à lui poser quelques questions avec force de pleurnicheries et yeux remplis d’espoir et le tour était joué. Il ne savait rien.

« MEEEEEEERDE !!! »

Dans quelle galère elle s’était fourrée ! Elle se retrouvait dans les quartiers malfamés avec une fille bourrée sur le dos. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle venait de se tromper de ruelle. Elle soupira. Le chemin serait escarpé, elle n’atteindrait peut-être jamais son but. Mais elle serait forte. Contrairement à ses parents, à ses amis, elle ne serait pas un petit poisson qui craint toujours d’être attaqué.

« Les gros poissons mangent les petits… Bon, t’es lourde toi, quand est-ce que tu te réveilles ? »





And... you?



      Votre pseudo : Léa-chii
      Age, sexe : 100 ans, je suis une vieille mamie qui vit dans une grotte <3
      Avatar de votre personnage : Misaka Mikoto de Railgun (ou To aru kagaku no)
      Comment avez-vous connu le forum ? Par une baka que je déteste fort. Mais c’est mon amie alors je dis rien. (vous avez reconnu ? 8D) -> .... Putain on dirais MOI OO
      Qu'aimez-vous/Détestez-vous dedans ? Le html ça me pertuuuurbe >.<
      Autres ? j'suis v'nu à ta rescousse, mon chou ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Visconti

avatar

[ TUEUR A GAGES ]
{ ~The next Einstein ~ }


Messages : 380
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 25
Localisation : En train d'astiquer mes bébés ♥
Faite-vous partie d'un sous-groupe ? : Aucun


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: Helene, un poisson pas comme les autres...   Dim 25 Avr - 7:27

    Bienvenuuuue !! *woah, c'est classe, dit comme ça 8D*

    J'aime beaucoup Helene, elle m'a fait beaucoup rire. J'ai quand même littéralement explosé de rire au "je suis ton oncle" et aussi au "manipulable, vous dites?" HAHAHAHA.

    Bref ♥️
    Je n'ai pas très bien compris la fin... *je viens de t'appeler pour savoir, même*, est-ce que elle reste dans le quartier malfamé pour rejoindre la famille, ou bien alors tu la laisse solitaire?
    Dans ce cas, tu dois changer de groupe, par conséquent de modèle de fiche...

    Récapitulons :
    Scapins Danati : changement de modèle de fiche - y'a juste une partie de différence et quelques trucs dans l'identité.
    Soci del Diavolo : Il suffit que tu changes dans l'identité, et que tu rajoute un petit quelque chose dans l'histoire pour montrer qu'elle est bien DANS la famille, et informatrice presque à temps plein.
    *perso, je la voit plus dans les Soci, mais ce n'est que mon avis*

    Modifie juste ça - c'est parce que je suis bête, hein - , et je te validerais sans problèmes ♥️

    EDIT APRES COMPREHENSION :

    Elle va donc chez les mafiosos normaux ♥️ Tu ne l'as pas mi au niveau de l'identité, c'est pour ça...
    Je modifie ça.

    Validée Soci del Diavolo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://audy-kun.livejournal.com/
 

Helene, un poisson pas comme les autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
To start as well as everyone
 :: Tell me who you are ! :: Fiches validées
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit