AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Réouverture du forum ! Veuillez vous faire référencer
>> ICI <<
Merci pour votre patience, et re-bienvenue parmi nous !

Partagez | 
 

 You got it all... Wrong [Iandouille ~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sergeï Litovski

Sergeï Litovski

[ POLICIER ]
{ ~ vous pas afoir riz-coca ~ }


Messages : 134
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 41


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Jeu 29 Juil - 9:37

Bordel c’qu’il pouvait bien faire chaud ici. Il aurait franchement donné n’importe quoi pour que la clim soit réparée sur l’instant, plutôt que de devoir attendre encore une semaine.
M’enfin, comment faisaient-ils tous là, à supporter (presque) sans broncher la chaleur étouffante qui régnait dans les locaux ? Nan pour le coup, respect quoi… Lui à côté se faisait vraiment l’effet d’être une grosse larve qui rencontrait quelques difficultés de concentration dès lors que la chaleur se hissait à des paliers plus hauts que la normale. Un jour, faudrait vraiment qu’il se fasse au fait qu’il n’était plus en Russie, mais bel et bien dans un pays beaucoup plus chaud. Ouai, ce s’rait une bonne chose, même.
En attendant, il avait de la paperasse à trier, quelques affaires à étudier et toute une masse d’archives dans lesquelles il devenait urgent d’y mettre de l’ordre incessamment sous peu. Le genre de truc que tu fais à contrecœur, quand vraiment t’as rien d’autre à faire… et encore, t’y vas à reculons.
Bah pour le coup, il n’y faisait pas exception.
C’est vrai quoi, le seul avantage de travailler dans le commissariat pendant les périodes estivales était la présence de la clim !
Autrement dit, il aurait donné n’importe quoi pour partir sur le terrain, là maintenant tout d’suite. Ou tout du moins, pour avoir un truc à faire d’un peu plus passionnant que de rester le nez dans des vieux dossiers qui ne représentaient absolument aucun intérêt pour lui.

Sergeï zieuta vers l’horloge murale et décida qu’une pause clope ne serait pas de trop. Quand bien même il ne pourrait pas l’accompagner de sa précieuse dose quotidienne de caféine, au vu de la température ambiante. Il fit une petite pile bien proprette des papiers qu’il était présentement en train de lire puis sortit de son bureau, les jambes ankylosées d’avoir passé trop de temps assis.

Et dès lors qu’il en eu refermé la porte, le bordel provenant des cellules de garde à vue lui parvint aux oreilles. Ma foi, ça semblait joyeusement animé, par là-bas. Sans doute un ou plusieurs types ramassés par ses collègues et qui exprimaient leur mécontentement de se trouver entre quatre murs.
Dommage pour eux, mais d’un autre côté ils n’avaient qu’à pas faire les cons, hein.
Le russe sortit à l’extérieur du poste de police et se prit une petite dizaine de minutes, le temps d’en griller une. Il fumait un peu trop, et ça c’était guère arrangé ces derniers temps. Le seul à lui en faire la remarque étant Ian – et encore, c’était juste parce que ça le faisait chier, lui – il n’avait bien entendu jamais remis en question sa forte dépendance à la nicotine.


[…] Le temps de retourner à son ennui finit par arriver, et ce ne fut qu’en entrant à nouveau dans le commissariat & en entendant le boucan qui parvenait encore des cellules que Sergeï pensa trouver là un bon moyen de casser pour un instant son quotidien.
Il modifia sa trajectoire et interrogea la première personne qui se trouvait sur son chemin. La réponse fusa aussitôt ; Rien d’autre qu’un type qui s’était fritté avec un des agents de patrouille dans le secteur où ils l’avaient ensuite cueilli. Et ils ne voulaient pas le laisser partir tant qu’il n’aurait pas décliné son identité afin de se récolter une sympathique amende – ou plus… Parce qu’on ne fait pas chier impunément les « gardiens de la paix », hehe.

Enfin en attendant, il leur cassait surtout les oreilles, ouais. (et encore, c’est parce que je suis polie que je dis ça)
Quelle idée aussi, de disposer encore des bonnes vielles cellules à barreaux pour les passagers provisoires, plutôt que de faire comme tout le monde et d’adopter les pièces isolées et bien insonorisées, hein ?

Sergeï s’avança vers la cellule en question jusqu’à pouvoir apercevoir son occupant. Et une soudaine envie de se prendre la tête entre les mains le saisit… Grumph. C’était trop beau, que de pas l’avoir vu ici pendant un si long laps de temps !

Il profita de ce que l’autre ne l’avait pas encore capté pour s’adosser contre le mur qui faisait face à la minuscule cellule.

« Mr. Anderssen, commença-t-il d’une voix posée, quoiqu’un tantinet agacée.
Ouai parce que ça la fout mal de montrer qu’on connaît très bien le fouteur de merde dont il est question, m’voyez.
… J’aurais dû m’en douter. »

Soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Anderssen

Ian Anderssen

[ LIBRAIRE ]
{~Nous afons les moyens de fous faire parler~}


Messages : 160
Date d'inscription : 21/06/2010
Age : 108
Localisation : ..... GUESS !


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Ven 20 Aoû - 10:07

▬ Non mais merde, présomption d'innocence quoi ! ALLEZ LES GARS, FAITES PAS LES CONS !

Pure fail. Comme si ça allait l'aider à faire entendre raison aux trois mastocs qui s'étaient jetés sur lui en pleine rue. Et vas-y que je t'enfonce mon genoux dans le dos, que je te massacre la crâne contre le sol, que je te passe les menottes... De vraies petites danseuses étoiles douces et aimables ma parole. On le force à se remettre sur ses pattes, on lui gueule qu'il a bien fait le con, que ça ne se passera pas comme ça, et lui il est trop sonné pour laissé passer autre chose que des paroles murmurées complètement incompréhensibles.

Ou pas.

▬ Mais j'me tue à vous dire que c'est pas ma faute ! C'est l'autre gorille qui s'est jeté sur moi ! J'AI RIEN FAIT C'EST PAS MOI J'ÉTAIS AU CINÉMA !

Ian ou l'art d'aggraver la situation en trente secondes chrono. Si l'on pouvait admettre que la situation pouvait être pire que ça.

Dans le barouf ambiant, le russe ne pigeait absolument pas ce qu'il se passait. On le poussait et on le força à monter dans une voiture de flics. Rien que ça, ça lui file des boutons. Il déteste les flics. Pourtant, il a rien fait de mal hein oujusteuntoutpetitpeumaischutquoi, et mit à part une ou deux... erreurs de jeunesse, il n'a jamais vraiment enfreint la loi. Pas sciemment en tout cas. Mais c'était plus fort que lui, quand il voyait un type en uniforme l'aborder, il avait envie de le frapper.

Évidemment, ça valait pour Sergeï aussi, mais dans une autre mesure.

Maisbonbref, c'était pas le moment de penser à lui là. Et d'ailleurs, POURQUOI pensait-il à lui MAINTENANT ?

...Peut-être parce qu'il était dans la merde, qu'il s'était fait chopé par des flics, et que le myope était – comme d'habitude – sa seule porte de secours. Greuh.
Pendant tout le trajet, les types qui l'encadre lui demande de décliner son identité. Aux chiottes ! Là, on pourrait croire que Ian a un soupçon d'intelligence, qu'il se dit que donner son nom aux forces de l'ordre serait dangereux pour lui vu qu'il est recherché pour meurtre... Bha des clopinettes ouais. C'est juste qu'il a envie de les saouler, en faisant sa tête de noeux, voilà.

Au bout d'un moment, ils abandonnent d'ailleurs. Ils laissent le russe dans son silence boudeur. Et dés que ce joyeux petit monde arrive au poste, on le balance dans une cellule comme un sac à patate sur le marché.

▬ Bordel mais laissez-moi sortiiiiir ! M'en fous, si vous me gardez enfermé je... Je... JE CHANTE ! Voilà !

Tu parles, comme si ça pouvait marcher. Mais bon, à force de gueuler, il attire l'attention de plusieurs employés, parfois des gradés, qui essaie de le cuisiner à la fois pour qu'il dévoile enfin son identité, mais aussi et surtout pour le convaincre de se taire.

Statu Quo. Évidemment. Ian sature, il se laisse lourdement tomber par terre, contre le mur, et râle en silence. Dans sa tête, il est déjà en train d'échafauder mille et une solutions pour s'évader. Si si, pour s'évader. Il a pas pigé qu'il est en garde-à-vue et pas dans la prison d'If. Du tunnel creusé à la petite cuillère au stratagème « j'attire le gardien des clés et j'le force à m'ouvrir », tout y passe. Puis...

« Mr. Anderssen »

Cette voix...
What the hell ?
Ian va pour se retourner.

« … J’aurais dû m’en douter. »

▬ SEEEEEEEEEEEEEERGEEEEÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏ !


Jamais il n'a été aucun content de le voir cui-là. Il ne pige même pas que Sergeï veut se la jouer discret (encore heureux d'un coté, s'il l'avait su, il aurait fait encore plus de bruit). Ian se relève immédiatement et s'accroche aux barreaux de la cellule avec l'énergie du désespoir.

▬ SergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeï *iiiiinspiration* Faut que tu me sorte de là ! J'ai rien fais du tout enfin j'ai presque rien fait quoi c'était pas moi je l'jure !

*Mode regard de Chat Potté*


Dernière édition par Ian Anderssen le Ven 20 Aoû - 23:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whitechrysanthemum.tumblr.com/
Sergeï Litovski

Sergeï Litovski

[ POLICIER ]
{ ~ vous pas afoir riz-coca ~ }


Messages : 134
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 41


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Ven 20 Aoû - 15:24

Oh le beau cri à en rameuter tout l’étage pour voir ce que valait une telle déferlante d’enthousiasme ! Un cri venu tout droit du cœur, ou il ne s’y connaissait pas. Et la discrétion que le policier voulait absolument préserver ?
… Bah fait lui coucou avec un p’tit mouchoir blanc, mon vieux. Parce qu’elle se casse, là… Dire qu’il avait espéré l’espace d’une nano seconde que le russe derrière les barreaux aurait une once d’intelligence, un éclair de lucidité de dernière minute qui lui aurait permis de réagir de façon beaucoup plus soft. Ha ha. Non mais sérieux, il avait vraiment pensé ça. La bonne blague.
Et ces gens, qui les regardaient de travers Ian et lui, maintenant... C’tait malin ça, tiens ! Puis v’la-t-il pas l’autre qui en rajoutait encore une couche en reprenant la parole, tout en ayant au moins la décence de baisser le ton quelques décibels plus bas.

▬ SergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeïSergeï... Faut que tu me sorte de là ! J'ai rien fais du tout enfin j'ai presque rien fait quoi c'était pas moi je l'jure !


………………………… Facepalm. (Et non, la technique « yeux de chat potté » ça ne marche pas. M’enfin, ça valait le coup de l’essayer, ceci dit.)
Dieu qu’il était con. Il ne s’y ferait jamais, décidément. Ou alors, c’est qu’Ian était de plus en plus grave, et qu’à chaque fois qu’ils se retrouvaient son état avait empiré d’un cran par rapport à leur précédente entrevue. Ou alors, les deux.

Mais en attendant, il venait de le foutre dans une sacrée belle merde en réagissant de la sorte à sa venue. Autrement dit, il n’en amenuisait que davantage ses chances de se tirer de là vite-fait bien fait indemne. La prochaine fois qu’il y aurait un pépin dans le même genre, faudrait qu’il trouve un arrangement pour le bâillonner avant qu’il n’ait le temps de s’apercevoir de sa présence à haute voix. Ou alors l’assommer, tiens. C’était un bon truc, ça aussi. Pas très légal – pas plus que le bâillon cité plus haut ceci-dit – mais ô combien défoulatoire.
A méditer, voilà.

Sergeï considéra un instant l’andouille qui macérait dans sa cellule, agrippé aux barreaux et les yeux remplis d’étoiles sans rajouter un mot, luttant contre la forte envie de tourner les talons et de repartir moisir dans son bureau-à-la-clim-cassée tout seul en face à face avec ses papiers. Mais non, décidément… Il était trop bon pour ce faire. Brave bête.
Et donc, il se dirigea vers le policier qui s’occuper des types ramassés dans la rue et mis en garde-à-vue, après avoir laissé entendre un soupir d’exaspération à l’égard de ce bonhomme au talent inné pour les embrouilles. Il expliqua à son collègue qu’il s’était déjà occupé de son cas plusieurs fois, qu’il commençait à avoir l’habitude et donc qu’il s’en chargerait pour cette fois encore. Il rajouta également qu’il ne fallait pas trop en vouloir au russe, qu’il était un peu simplet et pas très sain dans sa tête (et puis d’autres trucs dans le genre, aussi), ce qui expliquait dans les grandes lignes son comportement depuis qu’il avait atterri là.
Tout ça avec une sincérité qui paraissait absolument non feinte.

… Et tout en s’arrangeant pour parler assez fort, d’une voix suffisamment audible afin que l’intégralité de ses paroles parvienne aux oreilles du concerné tout à fait distinctement. Surtout en ce qui concernait la seconde partie de son argumentation, d’ailleurs.

Son interlocuteur, quant à lui, était bien trop lassé du comportement excessif du détenu pour songer à contrarier ne serait-ce qu’un peu les paroles de son supérieur. Il lui donna la carte magnétique sans discuter davantage (non, pas de trousseau de clefs, fallait pas non plus abuser hein… ça existait quasiment plus, ce genre de trucs). Pourvu qu’on le débarrasse de cet énergumène, et vite…

Sergeï ouvrit la porte de la cellule et se glissa à l’intérieur ; il abattit sa paume sur l’épaule de son vis-à-vis – il la lui aurait bien appliqué contre la bouche histoire de prévenir toute échappée de mots intempestifs, mais c’aurait paru bien trop familier ici – et lui adressa la parole d’une voix pincée et basse, de sorte à ce qu’il soit seul à entendre dans le détail ce qu’il lui disait.

« Tu te tiens à carreaux. Tu parles pas tant qu’on est pas dans mon bureau, tu fais pas de conneries, tu tentes pas de te faire la malle dès lors qu’on sort de là. Tu fais un seul faux pas, j’te ramène illico presto ici et tu te démmerde comme un grand pour te dépêtrer de tout ça. »

Il ne prit même pas la peine d’attendre que l’autre acquiesce ou montre en tout cas qu’il était okay. Resserrant sa prise sur son épaule, il le poussa sans ménagement hors de sa cellule et le guida à travers le bâtiment, lequel était loin d’être modeste puisque nous nous trouvions dans le poste principal de la police nationale.

Et la malchance avait voulu que son bureau soit à l’opposée des cellules de garde à vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Anderssen

Ian Anderssen

[ LIBRAIRE ]
{~Nous afons les moyens de fous faire parler~}


Messages : 160
Date d'inscription : 21/06/2010
Age : 108
Localisation : ..... GUESS !


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Sam 21 Aoû - 11:23

Bon, ba déjà, il allait sortir. Good point.
Par contre, Sergeï avait l'air d'être de trèèèès mauvaise humeur (qui a dit « comme d'habitude » ?). Pas good point.

Le regard de tueur – non mais ouais, Sergeï C'EST un tueur hein, faut pas croire les gars 8D – et la poigne qui manque de lui broyer l'épaule démontre à quel point il veut que Ian se la ferme. ...Alala, mon pauvre ami, si seulement tu savais.
Mais c'est mission impossible mon pov' vieux ! Demande à un écureuil de danser le tamouré t'aura plus de résultats.

Mais passons. Après la gentille, aimable et ô combien adorable mise en garde de son cher et ten... de son sauveur, Ian est quasiment tétanisé, style « je bouge, il me bouffe ». Bon, comme d'hab', il exagère – et encore, à peine – et il aura fallu attendre que l'ainé donne une légère impulsion pour qu'il comprenne que c'est bon, il peut mettre un pied devant l'autre sans risquer de se faire exploser.

Pendant tout le trajet, Sergeï ne le lâche pas d'une semelle. Il a vraiment si peur que Ian se fasse la belle ? Certes, il était con mais quand même, fallait pas pousser mémé dans les orties non plus. Sur le chemin, les trois quarts des gens se retournent vers eux, à la fois pour voir qui donc avait fait tant de boucan depuis deux heures, et surtout, qui avait réussit à le faire taire.
Alors comme ça, c'était ici que bossait Sergeï ? La claaaaaasse. C'était la première fois que le blondinet venait ici. A chaque fois qu'il s'était fait serrer par les flics, on l'amenait dans un petit poste de police minable et paumé, rien à voir avec... Ça. Puis c'était grand, vivant, ça bougeait et ça gueulait d'un peu partout, how funny. ♥

Et alors toi, tu supervises tout ça ? Mais tu sais que tu roxx du malandrin neurasthénique ? Comment je suis fier de toi là, tu peux pas savoir.

Horreuuuuur et sacrilège sans nom, Ian avait osé enfreindre la règle numéro 2 « Tu parles pas tant qu’on est pas dans mon bureau ». Et puis en plus, il disait ça en toute honnêteté hein. Il était VRAIMENT fier. Ça servait à rien mais bon, il lui en faut pas beaucoup pour être content.

Une autre chose qui le rendait heureux aussi, c'était enfreindre les règles. Enfin, pas toutes hein. Juste certaines.
Ou juste celles dictées par Sergeï en fait. Ici en l'occurrence, c'est la troisième : « tu fais pas de conneries » ...Non mais sérieusement, sur ce coup-là, c'est Sergeï qu'a été très con. Dire ça à Ian, c'est comme dire à un gosse de ne pas appuyer sur le bouton rouge : ça capote.
Les deux lurons sont à même pas deux mètres de la porte du bureau du binoclard. Ce dernier devait surement être en train de se sentir soulagé comme tout. Sauf que non quoi. Juuuuuste avant d'entrer, Ian se jette au cou de son ainé à la vue de tous.

T'es vraiment mon sauveur, .J E .T'A I M E ! ♥

Et hop, d'un petit mouvement en arrière, il franchit la limite du bureau en entrainant son ainé avec lui, et lance une œillade à l'assemblée juste avant que la porte automatique ne se referme.
ÇA, c'est ce qui s'appelait avoir le sens du spectacle. En espérant que ces messieurs-dames l'ai apprécié.

Une fois la porte fermée et le calme revenue du même coup, Ian lâche son sauveur qui semble s'être statufié sur place. Mais le blond préfère observer la déco de la pièce plutôt que se préoccuper de l'état du zouave à coté de lui. Comme il pouvait s'y attendre de son camarade, tout est nickel et millimétré. Étonnant pour un flic d'ailleurs. Enfin, c'est vrai quoi. Dans tout ses films policier, ce genre d'endroit est toujours dans un bordel difficilement concevable. Alors qu'ici, pas un grain de poussière.

Le plus jeune décide de poser ses fesses sur le bureau, histoire de s'asseoir un peu, et tapote le bois du meuble de la paume de la main.

Laisse-moi deviner, je parie que c'est ici que tu fais tes promotions canapé.

Boutade vieille comme le monde. Pour une fois, on voit très bien que c'est de l'humour. Car si Sergeï avait vraiment été du genre à recourir à ces pratiques, Ian lui aurait purement et simplement défoncer la tronche.
En toute amitié bien sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whitechrysanthemum.tumblr.com/
Sergeï Litovski

Sergeï Litovski

[ POLICIER ]
{ ~ vous pas afoir riz-coca ~ }


Messages : 134
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 41


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Sam 21 Aoû - 14:47

L’espoir fait vivre. Ouaiiis.
Mais malheureusement, il est souvent déçu, aussi. Comme c’est dommage… Sergeï allait vite l’apprendre, à ses dépends. Comme c’est balooooooot ~
En fait… C’était à se demander comment il faisait, après toutes ces années, pour encore continuer à espérer qu’un jour Ian écoute, et fasse ce qu’il dise. Non mais vraiment, quoi. L’optimisme incarné, carrément.
Mais bon, il fallait au moins ça avec le cadet qu’il se traînait depuis leurs lointaines contrées occidentales.

Enfin ceci dit d’un autre côté, il ne fut qu’à moitié surpris que son camarade l’ouvre en plein milieu d’une des pièces qu’ils traversaient pour migrer jusqu’à son petit coin personnel rien qu’à lui. La logique aurait voulu qu’il ne le soit pas du tout mais non, parce qu’il avait espéré. Et pensé qu’Ian aurait assez de jugeote pour se la boucler, puisque c’était dans seul intérêt, là – enfin, presque. C’était mal le connaître, ceci dit.
Bon, d’un autre côté, il n’avait pas non plus laissé échapper un truc qui lui aurait par la suite donné envie de s’enterrer six pieds sous terre pour ne plus jamais croiser le regard de ses collègues de travail. Alors il serra les dents, et sa poigne sur l’épaule du blondinet, et continua de le faire avancer sans un mot vers son bureau.

Ayé, on y était presque ! Et Sergeï avait survécu, incredible les amis !

…………….. Ouais mais en fait non.
En v’la encore un qui avait pensé trop vite. Et là, mais franchement, il ne vit absolument pas le truc arriver. Pas le moins du monde. Il n’aurait même pas imaginé qu’Ian puisse lui faire un truc pareil. C’était vil, vicieux, bas, mesquin… Enfin tout ce que vous voulez, mais c’était certainement pas l’attitude à avoir envers le sauveur qui venait de vous tirer d’un énième mauvais pas, mayrdeàlafin quoi !
Faire… ça. Il. Avait. Osé. Il venait de lui sauter au coup en lui faisant une déclaration d’amour en bonne et due forme à l’instar de toutes les personnes présentes – autrement dit, beaucoup de monde – dans les bureaux devant le sien, avant de profiter de cette étreinte inattendue pour l’entraîner à l’intérieur de la petite pièce et de laisser la porte se refermer sur eux.

Ça allait jaser méchant, ouaip.
Et tandis que Sergeï restait complètement figé, son cerveau recommençant tout juste à tourner correctement, il se demanda s’il allait un jour ressortir du bureau. Il lui restait toujours la fenêtre, ceci dit. On était au rez-de-chaussée, après tout.
Mais trêve de pensées sur l’éventualité d’un échappatoire nécessaire dans un futur proche, revenons-en donc au présent.
Le policier se tourna lentement, trèèèès lentement vers Ian, lequel s’était arrogé le droit d’utiliser son bureau pour poser son humble postérieur dessus. Et les chaises, c’est pour les blaireaux peut-être ? Il franchit les quelques pas de distance qui les séparaient tous deux, laissant son commentaire sur les « promotions de canapé » lui passer complètement au dessus de la tête, et saisit l’ahuri par le col, sans que la moindre once de douceur n’accompagne son geste. Oh, il lui en aurait volontiers collé une, là. Et même plusieurs, en fait. Mais un éclair de lucidité de dernière minute vint retenir sa main : qu’on voie ce jeune con ressortir du bureau d’un des supérieurs avec le visage amoché et ça, ça la foutrait vraiment mal.

C’est donc en grommelant un vague truc à propos des « chaises qui n’étaient pas là pour améliorer le décor » qu’il éjecta brutalement le cadet de dessus de son bureau, visant au jugé l’un des sièges les plus proches – et inutile de préciser que vu la façon dont il l’avait balancé, cette délicatesse typique de celle qu’on a à l’égard d’un sac de patates, bref Ian avait à peu près trois fois plus de chances de se retrouver le cul par terre que posé sur une chaise.

Il l’avait mauvaise, le Sergy, là. D’aucuns auraient pris ça sur le ton de la plaisanterie et ne s’en seraient pas davantage formalisés, mais ça n’était pas le cas de Sergeï, et pour le coup bah ça lui restait sacrément en travers de la gorge là.

… Et le pire, c’est qu’il n’arrivait même pas à trouver un moyen potable de lui faire manger ses dents pour le lui faire payer comme il se devait ! Frustrant, heh.


Il finit par prendre la parole, cependant, et le ton de sa voix était dangereusement calme, beaucoup trop doucereux pour être franchement des plus rassurants ;

« Et si j’déposais une plainte contre toi pour harcèlement sexuel plutôt que de trouver un moyen pas trop compromettant de te sortir de là peinard, hmm ? Tu penses pas que ça serait une bonne idée, ça ? J’vois pas trop ce que je pourrais faire d’autre pour toi, en fait. Au début j’avais bien un peu envie de t’aider mais là, comment dire… J’en suis plus sûr du tout, quoi. »

Genre, il oserait tout de même pas… Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Anderssen

Ian Anderssen

[ LIBRAIRE ]
{~Nous afons les moyens de fous faire parler~}


Messages : 160
Date d'inscription : 21/06/2010
Age : 108
Localisation : ..... GUESS !


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Lun 23 Aoû - 14:13

Jeeee.... Crois que je l'ai véxé.

Bravo Iandouille, c'est super-pertinent comme réflexion.
Comme si Sergeï pouvait vraiment lui faire un gros poutou sur le joue en lui offrant une autruche de Tanzanie après un coup pareil. A coup sur, ça allait lui flinguer sa réputation une fois que les bruits se seraient répandus... Si ce n'était pas déjà fait.
Bon, au moins, Ian pouvait se rassurer sur un point : Sergeï était un bon flic. Un excellent flic même. Ça lui faisait mal au cul et ça lui écorchait la tronche de l'avouer mais ouais, son pote était même un des meilleurs dans son domaine, il le savait, il en avait bien conscience. Donc il pouvait partir du principe que l'ainé avait depuis longtemps gagné le respect de ses pairs et de subornés.(Et le blondinet à réussit à faire ce lien tout seul comme un grand. Si si juré ! C'est-y pas beau ?). En conséquence, sa réputation professionnel n'en pâtirait pas le moins du monde.
Sa réputation personnelle par contre...
Euh... Amen ?

Bref, du coup, Ian est fier de sa réflexion, et dans la tête, y'a comme une espèce de sonnerie qui s'allume, genre le jingle des vieux jeux vidéo tout pourris pour un passage de level. Ou genre Victory Fanfare quoi. Et ce truc, ça s'est manifesté pour lui faire comprendre qu'en fait *maisouic'étaitbiensur* il ne risquait rien ! Ben oui. La menace trop bizarre de Sergeï ne pouvait pas marcher, vu que ça affecterait sa reput personnelle et pas professionnel, il ne pourrait ja-mais-de-la-vie invoquer une raison aussi stupide que le har... le harc... Le truc sexuel. Ah ah, Ian était une génie ! UN GÉN....

Ah non, merde.

Y'avait un truc qui clochait dans son plan top-super-méga-trop-génial.

C'est qu'en fait, ça marchait mais genre pas DU TOUT. Auto-fail. Et le résultat de son auto-fail, ben c'était de se retrouver agrippé, soulevé et carrément balancé avec toute la délicatesse du monde sur une des chaises – par bonheur, Ian avait au moins une chose à son avantage : l'équilibre, ce qui lui avait évité de justesse de se ramasser par terre.

Sergeï, il était calme. Très calme. Trop calme. C'était pas habituel et accessoirement, c'était assez flippant inquiétant. Comme si c'était Sergeï, mais que c'était pas lui (*Bac + 7*). Genre... L'Exorciste..........!

Là, ce fut surement uniquement pour éviter de finir à nouveau au coltar que le blond s'est retenu de hurler « Vade retro Satanas ! ». M'enfin bon, Ian arrive quand même à déterminer assez précisément les mots qu'il doit choisir pour se faire à peu prés excuser sans que Sergeï ne passe en mode berseker. Et tout ça avec un grand sourire s'il vous plait.

T'oserai pas. Ça fait des années que tu me sors de la galère dés que tu peux et que t'accoures au moindre de mes problèmes. T'es trop borné pour tout plaquer et tout ficher en l'air. En fait, ça te saoulerai même. Parce que pendant tout ce temps, tu m'aurais sorti des emmerdes pour rien.

Aaaaah... Mal à la têêêête. Y'en a trop avoir forcé sur les neurones là. Fallait qu'il arrête de réfléchir et d'analyser logiquement les choses, ça lui bousillait ce truc bizarre qu'il avait dans le crâne (Cerveau ? Quel est donc ce mot barbare ?)

Sans bouger de sa place – Sergeï arrivait très bien à le dissuader de faire un seul geste rien qu'avec son regard – le plus jeune continua.

▬ Puis sans moi, tu t'ennuierai à mort. Tu peux pas te passer de moi.


…........ C'était tellement évident.


Dernière édition par Ian Anderssen le Mar 24 Aoû - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whitechrysanthemum.tumblr.com/
Sergeï Litovski

Sergeï Litovski

[ POLICIER ]
{ ~ vous pas afoir riz-coca ~ }


Messages : 134
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 41


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Mar 24 Aoû - 11:21

Sergeï avait envie de lui faire ravaler son sourire à coup de mandales dans la tronche. Il aurait au moins pu afficher un air faussement contrit, juste pour faire genre il était désolé… Même si on savait tous pertinemment – et Ser’ le premier – que c’était faux. Non ? Bon…
Enfin pour le coup, il voyait presque les rouages du cerveau – si tant est qu’il n’avait pas encore déserté les lieux – de son camarade russe, et se serait pour un peu attendu à voir de la fumée sortir par les oreilles. C’aurait été drôle, ceci dit. Mais non. Encore un espoir déçu, ça commençait à devenir une rengaine.
En lieu et place de tout ça, il eut juste droit à une longue tirade comme quoi il oserait pas le faire parce que, voilà quoi. Avec des justifications valables, en plus. Et le pire, c’est que ça se tenait parfaitement et qu’Ian avait visé juste. Nan mais la loose, quoi. Si même les imbéciles se mettaient à dire des trucs intelligents, où allait le monde ?

Bref. Quoi qu’il en soit, la fierté de Sergeï venait de se prendre un coup bien trop gros pour qu’il reconnaisse de bon cœur ce que son cadet venait de déclamer. Et sa première phrase sonnait comme un défi à ses oreilles. Oh non, bien sûr qu’il n’oserait pas, fallait pas se berner là-dessus… La question étant de savoir si oui ou non il serait capable de faire croire à Ian le contraire. Chose qui, en soit, pourrait constituer une petite vengeance tout à fait appréciable, quitte à ce que le solde soit un nouveau règlement de comptes entre les deux.
C’est pas comme si il en avait pas l’habitude après tout, hein. En plus, ça faisait trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas fait part l’un l’autre de leur amitié mutuelle à grand renfort de coups de poings & autres. Beaucoup trop, même… ça en devenait anormal.
…….. Bah oui, plus ou moins une semaine quoi.


▬ Puis sans moi, tu t’ennuierais à mort. Tu peux pas te passer de moi.

Huhum. Non, ça c’était faux. Complètement et outrageusement pas véridique. Sergeï pouvait TRÈS BIEN se passer de lui ! Il réfutait totalement l’affirmation.
C’te blague, quoi.

Ce qui, bien évidemment, expliqua pourquoi un grand blanc suivit la dernière phrase du plus jeune. Un beau moment de silence qui montrait bien à quel point Ian avait encore une fois visé juste, même si ça ne faisait tout simplement pas partie des compétences de son aîné que de le reconnaître. Et puisque se récrier contre ceci n’aurait servi qu’à en confirmer davantage la véracité, il avait préféré le silence que de devoir par la suite une remarque moqueuse d’Ian qui aurait bien évidemment sauté sur l’occasion comme un chien sur un os.
Oui parce que vous comprenez, après il aurait été obligé de l’abîmer un peu pour lui prouver qu’il avait tort. Et c’était pas un bon plan, pas alors qu’ils étaient en plein dans le commissariat de plus gros de la ville… Mais bon ça, on l’a déjà dit donc on s’en fout.


Sergeï n’avait toujours pas prononcé un mot depuis sa vraie-fausse menace de tout à l’heure. Il finit par lâcher un soupir digne de… digne d’un soupir, en fait, et contourna le bureau pour aller s’asseoir sur son fauteuil à lui, genre le vrai truc en cuir bien confortable et tout et tout – et à roulettes. Mais osef. Il avait plus qu’à baisser le volet électrique et allumer la petite lampe sur son bureau pour balancer la lumière en plein sur la sale tronche de son vis-à-vis et c’aurait été la salle d’interrogatoire parfait. Mais non. Il était pas encore descendu jusque là, LUI.

« Tu sais que vu mon grade, je peux directement transmettre la plainte aux hautes instances sans que mes collègues n’en soient avertis. Oh, bien sûr, tu serais pas coffré longtemps. Mais qui sait ? Et puis avec un peu de chance, ton absence me permettrait enfin de me trouver quelqu’un que tu ne ferais pas fuir. J’aurais alors fait d’une pierre deux coups : Non seulement j’aurais une charmante compagnie qui m’empêcherait de m’ennuyer, mais en plus il n’y aurait pas ta tronche en face de moi, là, trop souvent. Tu crois vraiment que je pourrai pas me passer de toi ? T’es à ce point persuadé que j’oserai pas ? »

Bien sûr, fallait pas que Ian repense à cette conversation qu’ils avaient tenu tous les deux la dernière fois que Ser’ s’était pointé chez lui sinon ça risquait pas de prendre ne serait-ce qu’un dixième de quart de nanoseconde. Mais bon, Ian avait déjà vachement réfléchi tout à l’heure lorsqu’il lui avait débité tout ça alors sa mémoire serait sûrement pas capable de faire référence à des éléments antérieurs à aujourd’hui pour sa défense, hein ? Hein ?

De toute façon, il était bourré quand il avait dit ça. Enfin, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Anderssen

Ian Anderssen

[ LIBRAIRE ]
{~Nous afons les moyens de fous faire parler~}


Messages : 160
Date d'inscription : 21/06/2010
Age : 108
Localisation : ..... GUESS !


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Dim 29 Aoû - 5:37

Ah ouais ? Alors MÔSSIEUR le prenait comme ça ? Trèèèès bien. Ok ok ok ben si c'était ça, Ian, il l'emmerdait le Sergeï. Et profondément en plus.

Son sourire et sa bonne humeur se firent tout les deux la malle sans prévenir. C'était que là, même lui qui faisait si peu attention aux reproches et aux moqueries, il venait d'en prendre un sacré coup dans sa fierté. Il avait sérieusement envie d'encastrer la tête de son ainé dans le bureau. Oh bien sur, Ian avait SOUVENT envie d'encastrer la tête de Sergeï dans un bureau ou un mur innocent. Mais généralement, c'était à cause d'une de leurs engueulades ou bastons digne de gosses de primaire. Et souvent, il oubliait rapidement ce qui avait causé la dispute. Là, c'était diffèrent. Vraiment diffèrent. Il arrivait à saturation et avait des envies de meurtre. Surement que s'ils n'avaient pas été dans un commissariat, le blond aurait déjà empoigné la lampe sur le bureau pour la fracasser sur le crâne de l'autre. Pour qu'il se taise. Pour ne plus entendre ses putains de menaces à deux balles et ses sous-entendus minables.
Sergeï avait souvent tendance à péter plus haut que ses fesses. En général, Ian s'en fichait. Il savait que son pote était comme ça et il l'acceptait, point. Il utilisait juste ça pour le taquiner de temps en temps.

Mais parfois, trop c'était trop.

Après la sale remarque du plus âgé, Ian avait laissé le silence se faire totalement. Il se contentait de fixer Sergeï d'un air hargneux. Clair que si un regard pouvait tuer, le russkof serait mort sur le coup.

Finalement, le blondinet se leva de sa chaise. Il ne devait pas exploser, il ne devait pas s'énerver, il ne devait pas lui pourrir la tronche à ce creuvard sans nom.

▬ Serieux...
Il avait du mal à réguler son ton de voix alors il inspira un coup avant de se pencher vers Sergeï, les mains bien à plat sur le bureau et la mâchoire serrée.
...Sergeï bon sang mais descend de ton putain de piédestal ! Tu vois pas que tu t'ennuie tout seul là-haut, toi et ta perfection ? Et puis tu sais quoi ? Au final, si tu t'es toujours pas trouvé quelqu'un de potable près à te suivre jusqu'à la fin de tes jours, c'est qu'au fond tu fous jamais rien pour retenir les gens. Non mais tu crois quoi Ser ? Qu'on lit pas en toi comme dans un livre ouvert ? Mais t'es malheureux mon pauvre. Parce que tu t'emmerde comme un rat mort. Et qu'en fait, t'es bien content quand je fais le con, parce que ça te permets de t'échapper de ton quotidien ennuyeux et répétitif à pleurer.

Il avait gardé son calme pendant tout son discours. Il avait prit son temps et était resté posé. Ça ne lui allait tellement pas, c'était si peu habituel chez lui que c'en était effrayant.

Ian se redressa bien droit, une main dans la poche qui triturait une pièce de monnaie nerveusement. Il n'avait plus rien à lui dire. Le reste de sa pensée concernant Sergeï, l'intéressé devait parfaitement le connaître. Finalement, il laissa échapper un soupir las. Il en avait juste marre.

▬ Ok c'est bon. T'sais, ma tronche là ? Celle que tu vois trop souvent ? T'as gagné, sois fier, tu la verras pas avant un bon bout de temps.

Il se dirigea vers la porte qui s'ouvrit automatiquement quand il passa la main devant le déclencheur. Il s'arrêta dans l'ouverture pendant une micro-seconde et il ne se retourna pas quand il reprit la parole.

▬ Si jamais un jour tu te décides à descendre de ton trône, fais-moi signe.

Ne pas craquer.

Il avança à peine et la porte se referma juste après. Ian ne regardait pas autour de lui, il ne regardait pas les autres péquenots qui trainait dans le bâtiment, franchement, il avait autre chose à foutre que vérifier si on l'observait ou non.

Ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas craquer ne pas....

▬ ET MERDE !

Trop tard. Il venait de massacrer un bureau en shootant dedans. Le bruit de l'impact et son juron avaient résonné dans tout le commissariat, et dans le silence qui s'ensuivit, il en profita pour se barrer purement et simplement. Le plus loin possible. Personne n'essaya de l'arrêter. Surement que toute cette bande de glands se disait que vu son état du moment, il valait mieux simplement le laisser partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whitechrysanthemum.tumblr.com/
Sergeï Litovski

Sergeï Litovski

[ POLICIER ]
{ ~ vous pas afoir riz-coca ~ }


Messages : 134
Date d'inscription : 20/06/2010
Age : 41


Police record ~
♥ Inventaire de poche ♥:
♥ Petites choses en plus ♥:
♥ Répondeur téléphonique ♥:

MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   Lun 30 Aoû - 12:35

D’accord, il était allé trop loin. Il le savait et de toute façon, quand bien même ça n’aurait pas été le cas son cadet venait de le lui rappeler assez clairement, là. Pour le coup, les rôles s’étaient inversés : l’imbécile de l’histoire était Ser’, et celui qui lui faisait la morale, Ian.
Non, honnêtement, il ne l’avait jamais vu comme ça. Et savoir que c’était de sa faute était encore pire à digérer, bien que le masque soigneusement impassible qu’il s’était composé pendant que son vis-à-vis lui crachait ses quatre vérités en pleine ne laissât rien paraître.

Surtout, surtout ne pas répondre. Il ne ferait que davantage s’enfoncer s’il ouvrait la bouche pour ne dire ne serait-ce qu’un mot. Des excuses auraient peut-être été appropriées mais il était bien trop fier pour ça, même en sachant pertinemment que pour le coup, c’était lui qui avait merdé. Plus tard, peut-être ? Avec une sacrée bonne dose d’alcool dans l’pif aussi, fallait pas trop rêver non plus. Et puis de toute façon, l’autre blondinet semblait pas plus que ça dispo à écouter ce que Sergeï aurait pu avoir à lui dire. Donc le problème était réglé, et il se la fermait point barre.

La question étant de savoir comment ils allaient se démerder maintenant. Lui était borné, têtu, et après s’être mangé autant de reproches dans la gueule, il était assez clair qu’il n’avait plus la moindre envie d’apporter une quelconque aide à Ian rapport à sa situation actuelle. On avait beau être trentenaire, parfois la maturité vous faisait cruellement défaut dans certaines circonstances. Et en l’occurrence, c’était justement le cas pour le russe, qui faisait passer sa fierté blessée avant le reste.


Sauf que, hors de question qu’il le ramène dans sa cellule non plus.

D’abord, parce qu’Ian risquait d’avoir de sacrées emmerdes une fois qu’ils auraient trouvé son identité.
Ensuite… Parce que Sergeï sentait que s’il posait ne serait-ce qu’une main sur son cadet, ça risquait de sacrément dégénérer. Mais, sérieusement pour le coup, pas juste une petite remise en place des idées respectives de chacun concernant tel ou tel suet. Et s’il y avait bien une chose à éviter dans l’état immédiat des choses, c’était celle-ci. Puis y aurait pas mieux histoire de les mettre vraiment en froid pour un bon bout de temps, cette fois.

Donc ?
... Donc, Ian se chargea lui-même de régler le problème à sa façon sans laisser à l’ancien le temps d’y réfléchir. Il s’était redressé et, après avoir déclaré en gros que les deux zouaves ne se croiserait plus pendant un moment, après lui avoir balancé une dernière remarque acide à la gueule, se barra tout simplement de son bureau en laissant un silence quasi-religieux s’installer à son départ.

Silence qu’il brisa par ailleurs lui-même en usant d’un vocabulaire très fleuri après qu’un joyeux vacarme eut retenti sur tout l’étage.

Le policier se fit violence pour ne pas se lever de son fauteuil tant que la porte automatique ne s’était pas refermée sur l’autre abruti. D’une matière semi-opaque, elle permettait à quiconque s’en approchait suffisamment près de distinguer vaguement ce qui se passait de l’autre côté. Son regard vola du bureau renversé – alors c’était ça, le bruit de tout à l’heure – à la silhouette d’Ian qui disparaissait déjà de la pièce, sans doute profitant de la confusion créée pour s’éclipser les mains dans les poches. Grand bien lui fasse.


Sergeï avait besoin d’un café. Un putain de café bien serré, bien fort et après tout irait mieux. Forcément.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: You got it all... Wrong [Iandouille ~]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You got it all... Wrong [Iandouille ~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infam Industry :: 
Corbeilles | HRPG
 ::  Corbeille RPG
-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit